La MFWA se dit attristée par le drame de Womey et demande au Premier Ministre de rester fidèle à ses mots pour que justice soit rendue

Mfwa logo en

Le 17 Septembre 2014, une foule de villageois tué trois journalistes et six autres qui ont été la sensibilisation sur le virus Ebola dans Womey, un village situé à environ 900 km de la capitale de la Guinée, Conakry.

Facely Camara, qui était journaliste à Radio Liberté FM à Nzérékoré (environ 50 km de Womey), et Molou Chérif et Sidiki Sidibé, qui étaient, respectivement, un journaliste et un technicien dans une station de radio communautaire à Nzérékoré, ont été tués alors qu'ils couvraient une campagne de sensibilisation sur les mesures préventives contre Ebola dans Womey.

Guinée Le correspondant de la MFWA a rapporté que les habitants ont attaqué l'équipe, qui comprenait des administrateurs locaux, deux médecins, un prédicateur, et les trois journalistes. Ils ont bombardé l'équipe avec des pierres et les ont attaqués avec des coutelas.

Certains membres de la délégation ont réussi à fuir, mais neuf d'entre eux, dont trois journalistes, ont été enlevés par les villageois. Les villageois ont brutalement tués dans la brousse en leur tranchant la gorge et les ont enterrés dans une fosse commune.

Selon le correspondant, les villageois ont incité cette attaque parce qu'ils pensaient que le virus Ebola "est un mensonge politique orchestrée par les autorités et que la maladie n'est pas réel." Cela fait suite à des émeutes précédentes à Nzérékoré en Août après des rumeurs selon lesquelles des responsables de la santé chargés de la désinfection d'un marché ont été infectés par les personnes atteintes du virus.

Le correspondant de la MFWA a ajouté que l'Union de Radio Free et les stations de télévision de la Guinée, l’Association des éditeurs de journaux privés, et des Medias, ont publié une déclaration conjointe condamnant cet incident.

Le Premier ministre guinéen, Mohamed Said Fofana, a condamné le massacre dans un discours à la nation. Il a promis que les auteurs seront punis; six personnes ont déjà été arrêtées en relation avec l'incident.

La MFWA est profondément attristé par ce développement et demande instamment au Premier Ministre guinéen de rester fidèle à ses mots et traduire les coupables en justice.

Nous prions instamment les organisations travaillant avec des journalistes pour assurer leur sécurité lorsqu’ils couvrent des sujets sensibles. Nous appelons également le gouvernement guinéen et d'autres gouvernements en Afrique de l'Ouest, à intensifier l'éducation sur le virus Ebola pour effacer les doutes et les soupçons que des gens peuvent avoir sur la maladie.

Source: MFWA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site