Le CNT adopte la loi de finances 2013

277321.jpg

Le gouvernement guinéen a procédé à un léger réajustement de 13,8% de son budget de développement, au compte de l'année budgétaire de 2013, avec un objectif de croissance de 5,0% pour son PIB (produit intérieur brut). Pour entrer en vigueur, cette loi de finance initiale 2013 a été examinée et adoptée samedi par le Conseil national de Transition (CNT, organe parlementaire de la transition), lors de sa session extraordinaire consacrée à l'examen du projet de loi de finance initiale et en application aux dispositions pertinentes de la nouvelle loi organique.

En 2013, les prévisions des recettes globales sont estimées à plus de 11.000 milliard de francs guinéens, soit environ 1,5 milliard de dollars. Dans son volet recette, la loi de finance initiale prévoit un taux d'inflation en glissement de 10,3% et un taux de pression fiscale de 20% du PIB, avec un taux d'échange de 10.202,6 francs guinéens (monnaie locale du pays) contre 1 euro et 7.250 francs guinéens contre un dollar américain. Dans le secteur non minier, l'accroissement des recettes en 2013 est estimé à 22,66%, alors que le secteur minier doit connaître un accroissement de 5,50% des recettes. Au niveau du volet dépense de la loi de finance initiale 2013, le ministre guinéen de l'économie et des finances et celui délégué au budget ont indiqué des objectifs à atteindre sur la base de projection budgétaire avec un niveau de dépense courantes de 15,9% et de dépense en capital de 14,8% du PIB. Ainsi, les dépenses prévues en 2013 s'élèvent à plus de 13.000 milliards de francs guinéen (GNF), environ 1,8 milliard de dollars, soit 30,45% du PIB par rapport aux réalisations de 2012. La part accordée aux traitements et salaires a été revue à la hausse avec une augmentation de 24,7% par rapport à l'année dernière, alors que les biens et services connaissent un accroissement de 13,80%. En 2013, le gouvernement guinéen compte allouer des montants considérables à certains secteurs prioritaires du développement socioéconomique. Il s'agit du développement rural (campagne agricole, réalisation de pistes rurales, construction et équipement de chambres frigorifiques etc. ) pour une prévision de 13,1% et le secteur des mines, énergie et eaux à hauteur de 36,6%, les secteurs des infrastructures (routes etc.) 22,5% et le secteur social 9,0%. Dans le cadre des recommandassions à l'issue des travaux en inter commission, les conseilleurs nationaux du CNT ont affirmé avoir constaté un effort appréciable dans la mise en œuvre de la nouvelle loi organique relative aux lois de finances et une amélioration dans la présentation des documents justificatifs qui permettent une meilleure lisibilité des tableaux d'allocation sectorielle et par nature, des dépenses de l'Etat guinéen.

Source:Xinhuanet

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×