Le gouvernement et les syndicats s'accordent sur une augmentation de 50% des salaires

sans-titre-24.png

Suite à un accord entre le gouvernement et les syndicats, Le gouvernement guinéen et le mouvement syndical sont parvenus, vendredi, à la signature d’un accord, après plusieurs mois de négociations, portant sur une hausse fractionnée en trois tranches pour un total de 50 pour cent à compter d’octobre dernier, a-t-on annoncé de source officielle.

Selon les termes de l’accord, rendu public, les salaires, qui ont été majorés de 10 pour cent en octobre dernier, subiront en janvier prochain une seconde hausse de 15 pour cent avant celle de 25 pour cent qui devrait se faire avant la fin 2013. Le porte-parole du mouvement syndical, Mamadi Mansaré, a dit: "c'est maintenant que le changement tant clamé par le chef de l'Etat est entré en vigueur". La signature de l’accord entre le gouvernement et les huit centrales, constituant le mouvement syndical, qui a été saluée par les travailleurs, a eu lieu après une réserve des syndicalistes à l’encontre d’une proposition du président Alpha Condé, en octobre dernier, qui avait promis une hausse de 10 pour cent que les travailleurs avaient trouvé "dérisoire".

Les responsables des centrales syndicales avaient rencontré le président de la République au lendemain de la notification faite par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale au gouvernement guinéen de l’atteinte par le pays de l’Initiative des pays pauvres très endettés (PPTE). Le FMI et l'Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale ont décidé en septembre dernier d'accorder à la Guinée un allègement de sa dette équivalant à 2,1 milliards de dollars américains, représentant une réduction de 66 pour cent du futur service de sa dette extérieure sur une période de 40 ans. Les syndicalistes avaient indiqué que la meilleure façon d’améliorer les conditions de vie d’un fonctionnaire était de lui accorder un salaire de 3.500.000 francs guinéens (environ 350.000 francs CFA). Un tel niveau de salaire, selon eux, met le fonctionnaire à l’abri de la corruption et du vol. Contre toute attente, le président Condé avait dit à ses hôtes que l’augmentation des salaires des fonctionnaires devrait se faire de façon progressive en tenant compte des moyens de l’Etat et en accord avec le FMI et la Banque mondiale avec lesquels le pays se trouve en programme jusqu’en 2015. "Ce qui est de principe, c’est que les salaires soient égaux à 35 pour cent des recettes fiscales. Actuellement en Guinée, les salaires représentent 31 pour cent des recettes fiscales", avait-t-il expliqué. La masse salariale, rappelle-t-on, représente 20 pour cent des dépenses totales de l'Etat guinéen.

Source: Grioo.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site