Le Guinéen, sa conscience, ses ressources et sa démocratie

 


C’est maintenant qu’il faut se poser des vraies questions de développement pour notre pays à l’orée de la nouvelle ère démocratique. Il est temps que les forces s’intègrent dans le paysage politico-social pour redonner du blason à la nouvelle Guinée afin que l’optimisme tant espéré soit une réalité pour l’ensemble des guinéens d’ici et d’ailleurs.

Le futur président qui sera élu doit éviter de tomber dans les mains des démagogues qui n’ont aucun sens de patriotisme et qui continuent de rôder autour d’un élu afin de satisfaire leur sale besogne égoïstes.
La Guinée a toujours été gouverné par des clans, dont le seul but est de :
- S’accaparer des richesses du pays
- S’éterniser au pouvoir
- Voler et piller les deniers publics
- Faire profiter leur famille au détriment de la communauté
- Eriger l’Etat en royauté familiale

A cet effet. Si nous voulons faire l’histoire pour nos futures enfants qui sont le fruit de nos souffrances d’aujourd’hui, nous devons empêcher tous ceux qui manifestent cette volonté de nuisance pour notre patrie.
Le mal guinéen
Le problème guinéen est connu de tous, c’est entre autres :
- La gestion catastrophique
- Le mal gouvernance et la démagogie
- L’injustice et l’impunité
- Le désordre et la corruption à grande échelle
- Le manque d’un Etat fort et responsable
- Le manque d’intellectuels patriotes
- Le manque d’éducation de la population
- Le manque d’infrastructures (routes, hôpitaux…)
- Le manque de soins et couverture sociale
- Le manque d’une armée républicaine
- Le manque de la cohésion interethnique
- Le manque de sécurité pour tous
- Le manque d’emplois et l’abandon de la jeunesse
- Le manque de formations adaptées
- Le manque d’autosuffisance alimentaire
- Le manque d’eau et d’électricité
- Le manque de créativité et de garantie
- Le manque de foi en Dieu
Chaque guinéen s’identifie à son appartenance en ignorant la place de l’autre dans son entité où chacun veut avoir tout pour lui et lui seul et à tout prix.
Regarder, c’est à chaque approche du mois saint de Ramadan que tous les prix prennent l’ascenseur et pourtant c’est pendant ce mois saint que nous devons faire le maximum de sacrifice et l’Etat reste sourd, cela traduit la faiblesse notoire de nos dirigeants.
Aucun Etat ne devient fort sans au préalable assurer ce minimum de garantie qui suffira à promouvoir l’égalité et attirer les investisseurs vers notre pays.
En Guinée depuis toujours, c’est l’Etat et son système qui tue toute évolution de nos valeurs, détruit nos liens familiaux, tarie nos espoirs et brise à jamais l’esprit patriotique de la jeunesse.
La Guinée et la corruption
La corruption a engendré toutes les sphères de l’Etat, la raquette systématique, la police, la gendarmerie, l’armée, sur tous les coins de rue on constate les mêmes faits.
La Guinée est un Etat de copains-copains, il suffit d’avoir un parent socialement haut placé pour décrocher un travail et avoir des faveurs de l’Etat de grâce, même si l’incapacité est avérée flagrante.
Les lois sont faites pour être appliquées, mais qui pourra les faires appliquer ?, c’est un Etat fort qui pourra les faire appliquer, mais hélas ! Si l’Etat même est corrompu ?
La Guinée est devenue le berceau des faux-papiers, où tout est possible, fausses-cartes d’identité, faux-passeports, faux-permis de conduire, fausses-carte grises, faux- diplômes, faux-extraits de naissances, tout cela sous les yeux d’une administration bancale qui ne cherche qu’a se remplir les poches sans se soucier de l’image de la Guinée à l’extérieur.
La corruption est devenue une gangrène qui continue de remonter et se transformer en cancer-d’ Etat où chaque guinéen perdra une partie de son corps et même les innocents paieront malheureusement.
En Guinée d’aujourd’hui, il suffit d’avoir le montant nécessaire, tu auras tout ce que tu voudras, car l’administration guinéenne est une continuité d’illégalités.
A quand tout cela sera fini ? La nouvelle administration « démocratique » doit faire face à ce fléau qui gangrène notre nation afin que le Guinéen se sente respecter à travers le monde.
J’ai l’impression que tout est faux en Guinée, c’est trop dire mais hélas ! la réalité est là.
La Guinée et sa justice
Prenons la justice : il existe des localités où il n’y a pas même de tribunaux, on juge et condamne les gens sans avocats et sans aucune assistance judiciaire.

Une justice sans aucune infrastructure adéquate, une justice abandonnée à la merci des plus forts au détriment des pauvres sans défense et sans ressources nécessaire ce qui pousse le bas peuple à fuir les juridictions, car trop lourd à porter.

Des prisonniers en détention sans jugement et privés de toutes assistantes, sans soins ni nourritures, dans une insalubrité moribonde entrainant des maladies et des dépressions psychologiques.

Les attaques à mains-armées qui se répètent en longueur de journée dans les maisons des citoyens, dans les marchés, dans les rues, sont la plupart l’œuvre de bandits armés en kalachnikov en lien directe ou directe avec l’armée guinéenne.
Les citoyens désemparés, ne sachant plus où se donner la tête sont obligés de se rendre eux-mêmes justice, en brûlant vif des délinquants dans les rues, alors où est l’Etat de droit ? où est la justice ?
D’où ces bandits sortent ces armes dangereuses ? Qui leurs fournis ? Pourquoi ? Il y a –t-il des coupables ? Qui sont-ils ?
Les présumés innocents ne savent pas la plupart du temps les raisons de leurs condamnation expéditif. Là aussi, il suffit de verser suffisamment d’argent pour gagner le procès fictif.

Pire encore, une fois que ces bandits sont mis aux arrêts, quelques semaines après ils sont libérés et se retrouvent fac à face devant les victimes.

En Guinée l’argent a coupé nos cordons ombilicaux, faisant de nous des corbeilles à sous.
L’impunité et le favoritisme sont érigés en système par la justice guinéenne, empêchant toute évolution d’un Etat de droit.

Le pouvoir judiciaire doit être totalement indépendant du pouvoir exécutif, cela permettra aux magistrats de rendre une justice équitable et être en conformité avec les lois en vigueur en âme et conscience dans le respect de nos institutions républicaines.
La nouvelle administration doit veiller au respect de nos institutions, à la sauvegarde de nos valeurs républicaine en intégrant d’avantage la promotion de l’éducation nationale dans la constitution comme étant une « obligation » afin de lutter efficacement à court et à long terme contre l’analphabétisme.
La Guinée et son armée
La nouvelle administration doit également définir et fixée une fois pour toute, le rôle de l’armée nationale dans la constitution pour que l’armée reste une armée de défense et non une armée-politique ou ethnique afin que l’armée guinéenne redevienne une armée républicaine au service du peuple et non contre le peuple.
Une armée professionnalisée doit être l’objectif à atteindre à court terme pour réconcilier l’ensemble des corps dans le but de servir la nation en favorisant la formation et l’information sur les lois et les droits de l’homme.
L’uniforme de l’armée se mérite et que la connaissance du droit et du devoir doit prévaloir avant toute considération clanique.
Des lois strictes doivent figurées dans la constitution et en claire pour définir les rôles précis de l’implication de l’armée dans la vie publique et politique de notre pays, cela prendra le temps qu’il faudra, mais c’est le seul moyen de sortir du piège l’armée guinéenne qui est habituée aux privilèges des bureaux climatisés, des voitures luxueuses etc.
« Une armée sans formation est un danger public » comme disait mon général, alors bâtissons l’armée sur la prévention et la formation afin que ce danger se transforme en sécurité pour la population.
L’armée doit rester en dehors de la politique et en tant que citoyen à part entière, celui qui veut embarrasser la vie politique assume et respecte les lois y afférentes.
La nouvelle administration doit faire face à des priorités, car tout reste à refaire et en 5 ans on ne peut pas tout faire, mais on peut poser de jalons pour que la continuité soit assurée par la suite dans la sérénité et le développement pour tous.
La nouvelle administration doit s’atteler au travail en privilégiant les compétences, en excluant toutes formes d’exclusion, en favorisant l’intégration, l’unité nationale et la « bonne gestion » du bien public, c’est cela qui pourra nous sortir du marasme économique actuelle.
Actuellement, c’est le combat des marabouts, car tout guinéens se crois ministrable, alors évitons encore en 2010 que des maçons deviennent ministre des finances, que des ébénistes deviennent secrétaires d’Etat, que des agriculteurs deviennent ministre de la santé.
Le peuple de guinée en a trop souffert de ces barbaries et des régimes bananiers et démagogiques, le temps doit faire place à l’espoir et que le développement économique et la stabilité soient notre arme de guerre pour que le château d’eau devienne la cours de la réalité dans l’intérêt supérieur de toute la nation.
Tout n’est pas à refaire, mais tout reste à améliorer et à adapter aux conditions de vie actuelle et orienter vers le développement d’un Etat de droit pour la prospérité de la nation.
La Guinée et son système scolaire
La nouvelle administration doit revoir tout le système scolaire en adaptant les programmes de l’enseignement en fonctions de l’évolution sociale-économique de nos besoins et à la mondialisation des technologies.
L’enseignement doit être revalorisé en permanence en s’appuyant sur la formation des maîtres du primaire, car la crème de développement passe par l’enseignement du primaire qui constitue nos fondations pour un développement futur.
Reformer et réévaluer le statut de l’enseignement à tous les niveaux en favorisant sans cesse la formation continue des maîtres à la base et le suivi quotidien de la qualité des résultats.
Sensibiliser les populations sur l’importance de la scolarité des enfants, l’analphabétisme en faisant de l’éducation nationale une priorité des priorités.
Lutter contre les mariages forcés et l’excision des femmes à travers des journées de sensibilisation sur ces coutumes ancestrales millénaires désastreuses qui n’ont aucune place dans notre société émergeante.
Faire de l’école le partenaire idéal entre parents et enseignants, un lieu de rencontre, d’échange, d’éducation, d’information, de partage, de progrès et d’évolution dans le respect de nos valeurs républicaines.
Intégrer le sport dans le processus de l’éducation dès l’école primaire comme moyens de détection des talents pour assurer un suivi adéquat pour garantir la relève.
Valoriser le métier de l’enseignant, en créant des conditions de vie digne et acceptable, cela nous évitera l’enseignement au rabais dont les conséquences sont énormes pour la relève de notre nation.
Contrôler efficacement les certificats d’études des élèves et la façon d’octroi des certificats, car les faux-certificats sont plus nombreux que les vrais en guinée.
Certains chefs d’établissement vont jusqu’à falsifier les PV du brevet pour en faire des vrais et permettre à d’autres de passer le baccalauréat, tout cela par manque de contrôle efficace sinon avec un peu de bon sens, cette pratique doit être impossible, car les filiations sont distinctes des uns des autres. Mais hélas ! Aller-voir réellement combien de guinéens ont effectivement eu dans toute légalité leurs B-E-P-C ou leurs baccalauréats. Il suffit d’un contrôle systématique pour se rendre à l’évidence…
La Guinée, son secteur agricole, minier et son environnement
Promouvoir le secteur agricole en orientant régulièrement nos agriculteurs vers une agriculture mécanisé dans le respect de l’environnement et préserver la santé publique de la population. C’est ce qui constituera le créneau de développement durable en luttant efficacement contre la pauvreté et assurer l’autosuffisance alimentaire.
Améliorer notre environnement en créant des structures comme la construction des sites de stockage et de traitement d’ordures ménagères dans le respect des normes internationales.
Favoriser l’émergence des énergies renouvelables en s’orientant vers l’énergie solaire et les éoliennes avec une large ouverture vers les marchés émergeant des pays riches.
Renégocier tous les contrats miniers afin que nos ressources profitent à la collectivité et que cela participe au développement sociaux-culturel des populations riveraines tout cela en collaboration étroite avec tous les partenaires sociaux et économique.
Faire de l’agriculture, le moteur de développement principal pour la lutte contre la faim et la malnutrition de la population en facilitant l’accès aux nouvelles technologies aux paysans et renforcer la cohésion entre paysan et la terre avec la formation et l’information.
Instaurer un climat de confiance entre les bailleurs de fonds et l’Etat en créant une garantie de sécurisation des personnes et des biens dans tout l’étendu du territoire par des lois et des mesures d’accompagnement.
Respecter les droits de l’homme et des citoyens en rendant une justice équitable entre les gouvernants et gouvernés.
Informer la population sur leurs droits et leurs devoirs en vers la nation par des journées de sensibilisation sur le civisme, le respect de l’autre et le respect des biens de l’Etat.
La population guinéenne est privée de tous ces acquis millénaires et se retrouve dans l’ignorance totale de son évolution.
Un Etat fort est un Etat qui veille au respect de ses institutions et assurer un espoir à sa population en rendant une justice impartiale et accordant les mêmes droits à tous ses sujets.
A cet effet, le combat de toute la Guinée d’aujourd’hui c’est la lutte contre les prédateurs de nos ressources, la corruption, le clanisme, les détournements, l’impunité sans quoi, notre chère patrie se dirige vers une nouvelle révolution démocratique de démagogues.
La Guinée et sa santé
Revenons au secteur de la santé, tous les hôpitaux sont abandonnés à l’usure, pas de lits, pas de médicaments, pas de soins adaptés.
Tous les médecins se sont érigés en commerçant de souffrance sur le dos de la population oubliant totalement la déontologie du métier noble de « Médecin ».
Chaque médecin est actionnaire à part entière dans une pharmacie ou dans une clinique à Conakry, le service public a disparu au profit de l’argent, laissant la place à tous les abus et au slogan « Tu n’as pas d’argent, tu crèves »
Aucun contrôle ne se fait sur la validité des soins apportés, aucun suivi sur la capacité et l’efficacité des structures en place, aucun contrôle sur les diplômes de nos médecins, chacun crée sa propre clinique et apporte à sa volonté les soins parfois catastrophique pour le patient qui s’y aventurera.
En Guinée tout le monde est médecin ou pharmacien, alors que la santé publique doit être un des secteurs principaux de l’Etat pour préserver la santé publique de la société. Une population malade engendre un Etat économiquement pauvre.
Investir dans la formation des médecins et les structures d’accompagnement en équilibre avec la recherche, la sensibilisation et la lutte contre les maladies endémique comme le paludisme, la rougeole, les maladies cardio-vasculaires, le choléra, le VIH-Sida etc. qui constituent principalement la mortalité dans notre pays.
La Guinée et ses infrastructures
Les routes, il faut des plans d’urbanisation qui s’adaptent aux besoins de la population, Conakry regorge de population balkanisée, où l’administration n’en tiens pas compte pour améliorer ses structures routière, sanitaires et d’habitats. Chacun construit n’importe comment et n’importe où, un laisser aller total. Celui qui a plus d’argent s’achète tout au vu et au su de tout le monde par manque d’un plan d’urbanisation digne et une administration inexistante et corrompue.
Les chefs de quartier se sont érigés en tribunaux populaires où les conflits domaniaux sont monnaie-courantes et parfois entraines à des affrontements catastrophique. Ils se sont spécialisés en vente de terrains à plusieurs personnes et chacun un plan de masse bien garni de signatures vraies ou fausses, aller voir…
Toute la Guinée est devenue commerçante, chacun veut vendre même ce qui ne l’apparient pas, où allons-nous ? Tout cela se traduit par la faiblesse d’un Etat.
Tous les ronds points sont inondés de policiers en uniforme sans aucune formation entrain de maquetter à longueur de journée les pauvres taximan et privés, 1000gnf par-ci, 5000gnf par là.
L’Etat doit avoir une politique de désenclavement des villages qui constituent le poumon économique et le grenier des grades agglomérations en matière d’autosuffisance alimentaires.
Les paysans doivent avoir accès à des routes praticable toutes les saisons les permettant d’écouler plus rapidement les récoltes et améliorer leurs quotidien dans les villages.
Encourager l’évolution de nos cultures vivrières et l’émancipation de l’artisanat à travers les promotions touristiques à l’échelle nationale.
La Guinée et sa fonction publique
La fonction publique, ho là -là, une vraie pandémie nationale, personne ne viens à l’heure, les bureaux sont transformés en marchés hebdomadaires où circulent basins de Bamako et wax-hollandais et les vendeurs de riz en permanence.
Milles personnes entassées dans un minuscule bureau de 2 mettre carré à faire juste passer une feuille de bureau en bureau et à parler des problèmes familiaux à longueur de journée et rentre le soir à la maison se disant je viens du bureau, je suis très fatigué, quelle tromperie de la nation ? Loin de les accuser, c’est le système qui est fait ainsi.
Malheur à toi si tu arrives chercher un extrait de naissance ou signer un document, c’est la galère totale, tu dois payer et repayer encore et attendre l’arrivée du responsable du bureau et le départ du commerçant de basins.
Une administration où il n’y a pas de retraités, chacun peut à tout moment changer d’acte de naissance pour jouir des bénéfices de l’Etat de grâce, les morts ne sont jamais vraiment morts car les salaires continus à être verser à des tiers.
En Guinée, personne n’est content de partir à la retraite, je me demande pourquoi ? On devrait plutôt être content de partir après 30 à 40 ans de loyaux services rendus à la nation et laisser la place à la jeunesse pour redonner un sang nouveau à l’Etat que de s’éterniser à un poste dépassé par le temps ?
La Guinée est un Etat sans un véritable Etat entier, le semblant d’Etat doit être redoré afin que le citoyen se sente protégé dans on intégrité avec ses biens.
Si nous parlions du banditisme, alors là aussi c’est l’Etat même qui forme ces bandits, un enfant sans éducation, sans formation, sans structures réinsertions adéquates, est un enfant-bandit-Etat.
Les gouvernants même se sont érigés en bandes de voleurs, comme si les biens de l’Etat n’appartiennent à eux seulement et à leurs familles respectives. C’est quant tu es connus des services publics pour le vol que tu es récompensé par un poste stratégique tel que la douane, les impôts ou la banque centrale.
Un Guinéen nommé ce matin ministre, le lendemain, il est aux ils Caïman, le surlendemain il a déjà acheté une maison aux côtes d’Azur sans compter les villas déjà entamées ou en finition à Conakry. Personne ne se soucis du bien être de la nation et de ses sujets, c’est l’adage millénaire « Tout pour moi et ma famille, pour le reste ils n’ont qu’à chercher à être ministres comme moi ». A cet effet, aucun pays ne peut se développer avec cet esprit d’égoïsme sectaire dans une mondialisation à outrance.
L’espoir de la Guinée
Notre pays regorge de richesses, mais il faut savoir les exploiter dignement afin que les autochtones en bénéficient à large échelle.
Bannir la discrimination et l’exclusion de la diaspora, car se sont aussi des guinéens à part entière, chose qui permettra à notre nation d’avancer ensemble vers un dynamisme économique durable dont profitera l’ensemble de la population guinéenne.
Eduquer la population sur l’importance des biens publiques, personnes n’ai au dessus des lois et chacun a l’obligation de gérer les biens de l’Etat avec sévérité et celui qui vol doit au prima bore rembourser et payer de sa personne à la société selon nos lois républicaines.
Inculquer dans les mentalités, l’esprit de gestionnaire et l’amour de la patrie en intégrant dans nos manières de vivre le slogan « Gérer bien, c’est développer durablement »
Faire du « vol un crime d’Etat » en instaurant des lois où quiconque facilitera cet abus sera considéré comme tel et sera purement et simplement radié à vie sur toute prise de fonctions dans la nouvelle république de Guinée.
Développer un réseau de communication interrégionale à travers l’enseignement à distance afin que la jeunesse guinéenne s’intègre plus rapidement dans la toile de l’information et du savoir à travers les nouveaux outils de communication.
Comparer est souvent porteur de développement, se servir de l’expérience de nos voisins pour en tirer les idées novatrices et créatrices dans le processus d’intégration et favoriser une évolution positive de la nation.
Promouvoir l’insertion de la jeunesse dans les prises de décisions de la nation, créer des opportunités à l’investissement en garantissant la stabilité public et politique de nos institutions.
Les gouvernants doivent faire preuve de conscience et de maturité dans la gestion des biens de l’Etat en déclarant leurs avoirs avant toute prise de fonction.
La transparence à tous les niveaux de l’Etat doit être le fil conducteur du gouvernement afin de redonner la confiance entre gouvernants et gouvernés.
Revoir le fichier de la fonction public et corriger les failles du système afin que l’Etat ne paie plus des agents fictifs et des morts. Cela permettra à l’Etat j’en suis sûr à économiser une part importante du budget et orienter cet argent à d’autres secteurs qui sont dans le besoin.
Réorganiser et structurer l’enseignement supérieure, car il y a trop d’universités qui ne répondent pas aux normes et aux besoins de l’économie nationale.
Empêcher la fuite des cerveaux vers l’occident, en créant un cadre adéquat à la promotion de l’emploi des jeunes et à les stimuler d’avantage dans la participation au développement communautaire de la nation.
Adapter les filaires de formation aux besoins de l’économie en valorisant la formation professionnelle des secteurs porteurs de développement rapide et durable du pays.
Intégrer largement les femmes dans les instances de prises de décisions importantes, car la femme guinéenne reste le symbole d’espoir de développement et de stabilité.
Madame Hadja Rabiatou Serah Diallo (présidente du CNT), incarne avec fierté cette nouvelle génération de femmes engagées dans la lutte contre la corruption, l’intolérance, l’impunité et l’instauration d’un Etat de droit dans notre pays.
Je crois qu’en parlant de toutes ces ambitions, certains me diront où il faut trouver cet argent ?
Mais, le développement d’un pays ne passe pas en premier lieu par l’argent, il passe par les ressources humaines intégrées dans l’amour de la patrie, la gestion exemplaire des ressources internes, la valorisation des compétences et des capacités des uns et des autres.
Nous devons nous séparer de ce complexe et refuser d’être un « Etat assisté en permanence », en assumant en premier lieu notre propre destiné et gérer bien nos ressources naturelles.
Le développement doit rimer avec la conscientisation de l’esprit des gouvernant dans la gestion du bien public, l’esprit d’ouverture, l’innovation, la créativité, une justice équitable, une vision sur l’avenir à court et à long terme, la transparence, l’instauration d’un Etat de droit dans une démocratie participative de toutes les couches sociales.
Nous devons lutter contre le favoritisme et le clanisme qui engendre la faillite notre société dans son ensemble.
Séparer le pouvoir exécutif du pouvoir judiciaire, renforcer la liberté de la presse en dotant des cadres juridiques à la presse des moyens efficaces de rendre l’information juste et crédible dans le respect de la déontologie du journalisme en conformité avec les lois à la portée de tous.
Faire de la démocratie un lien de transparence dans la gestion des biens de l’Etat entre le pouvoir et le peuple.
Renforcer l’unité nationale, la paix, la stabilité, la cohésion, le patriotisme entre tous les guinéens à travers ces institutions.

Lutter contre le proxénétisme, le fondamentalisme religieux, le terrorisme-communautaire et renforcer la vigilance à l’émergence des nouvelles écoles coraniques (madrasas) et les sectes.
Faire de la Guinée un Etat laïc où chacun est libre d’exercer sa religion dans le respect des valeurs traditionnelles de l’autre dans la dignité et la concorde nationale.
La nouvelle administration devra s’atteler sur ses quelques exemples concrets, d’ailleurs connus de tous pour essayer de recadrer nos mentalités et les adapter à nos réalités actuelles afin que notre patrie recouvre une espérance de vie meilleure à l’orée du troisième millénaire.
Vive la Guinée, vive la démocratie participative, vive la transparence, vive l’espoir et la paix pour tous.
Alpha Issa Barry
Suisse
E-mail : aissabarry@hotmail.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Sogbe Bangoura 31/07/2010

Mon cher compatriote
Je vous remercie pour ce constat exhaustif de la situation de notre pays. Malheureusement je ne suis pas sûr que les candidats à la magistrature suprême aient une véritable conscience de la situation.
Leurs programes respectifs se réduisent à des bonnes intentions et à des approximations graves.
Nous aurions souhaité que ces candidats nous disent concrètement comment résoudre ces problèmes, avec quels moyens et dans quels délais.
Je pense à tors peut-être, que nous ayons à vivre cinq années supplementaires de transition quelque soit le vainqueur des prochaines elections.
Il nous faut continuer à sensibiliser les masses pour qu'enfin elles puissent désigner leur candidat respectif en fonction uniquement de leur programme et non sur tout autre critère subjectif
Du courage
Vive la démocratie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×