Le PNDES vise à opérer une transformation structurelle de l'économie guinéenne" (responsable)

Telechargement 1"Le Programme national de développement économique et social (PNDES) vise à opérer une transformation structurelle de l'économie guinéenne en contribuant à la promotion d'une croissance forte, tout en mettant le pays sur la trajectoire du développement durable", a affirmé mardi une responsable du ministère guinéen de l'Economie et des finances, lors d'une réunion axée sur les économies des pays membres de la seconde zone monétaire ouest-africaine.

Selon Mme Bountouraby Yattara, secrétaire générale du ministère guinéen de l'Economie et des finances, ce programme de développement du gouvernement guinéen s'inscrit également dans logique d'améliorer le bien-être des populations, en leurs fournissant les services sociaux de base de qualité.

Pour elle, la mise en oeuvre de ce programme a permis à la Guinée d'enregistrer sur la période 2016 - 2018, un taux de croissance annuel moyen de 8,9 %, dans un contexte marqué par un taux d'inflation inférieur à 10%, un déficit budgétaire de moins de 3 % du produit intérieur brut (PIB) et un solde de transaction courante soutenable.

La secrétaire générale n'a pas manqué de souligner que "face à la pression économique et monétaire qui entrave le développement macro-économique, la Guinée a consenti ces dernières années de nombreux efforts dans le cadre de la relance de la croissance économique et de la stabilisation du cadre macro-économique".

Ces différents efforts s'inscrivent dans une politique globale de développement et de croissance économique qui se concrétiseront à travers la mise en oeuvre du PNDES, pour la période allant de 2016 à 2020.

Parlant de la seconde zone monétaire de l'Afrique de l'ouest (ZMAO), dont les travaux de la 45ème réunion ordinaire se tiennent ce mardi même à Conakry, Mme Yattara a précisé que la Guinée, tenant compte de la convergence économique, respecte depuis 2016 cinq des six critères de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) et de la ZMAO.

"Cependant, seul le critère mensuel relatif aux réserves brutes de change d'importations de biens et services n'est pas respecté", a indiqué Mme la secrétaire générale avant d'ajouter que le non-respect de ce critère, en dépit d'une bonne orientation du secteur extérieur qui se traduit par un renforcement substantiel du volume des réserves, "découle du niveau particulièrement élevé des importations des biens d'équipements, financées par des investissements directs étrangers dans le cadre de l'entrée en phase d'exploitation de plusieurs projets miniers dans le pays".

Source:Xinhua

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×