Le président intérimaire accepte un «Premier ministre de l'opposition»

Le président par intérim de Guinée, le général Sékouba Konaté, a accepté mercredi 6 janvier 2010 le « choix d'un Premier ministre issu de l'opposition, désigné par elle-même » pour former « un gouvernement de transition d'union nationale ». Il s’exprimait devant les responsables de la junte au pouvoir depuis le coup d'Etat du 23 décembre 2008 dans un discours enregistré par la radio publique guinéenne.

« Il faut poser dès maintenant des actes allant dans le sens de l'apaisement », a déclaré le président intérimaire ce mercredi 6 janvier. « Nous décidons du choix d'un Premier ministre issu de l'opposition, désigné par elle-même et qui engagera avec l'ensemble des couches sociales et politiques du pays des discussions et consultations pour la mise en place d'un gouvernement de transition d'union nationale », a-t-il ajouté.

S’exprimant devant les responsables de la junte au pouvoir depuis le coup d’Etat du 23 décembre 2008, le général Konaté, également ministre de la Défense, est on ne peut plus clair : « Le temps et les modalités pour y arriver, la composition de cette nouvelle équipe basée sur l'unité dans la diversité incombent désormais à toutes les parties concernées, que j'invite à tout faire pour ne pas imposer au pays une
attente longue et interminable
 », poursuivant que « la communauté internationale nous presse de hâter le pas et attend de notre part des progrès significatifs ».

Le nouvel homme fort de Guinée s'exprimait au lendemain de son retour à Conakry, après un séjour d'une semaine au Maroc, où il a notamment rencontré le chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, toujours hospitalisé à Rabat.

Dans son discours, le général Konaté tend la main à l'opposition appelant ses dirigeants ayant fui le pays pour des raisons de sécurité à rentrer, pour contribuer « à la construction d'une Guinée nouvelle, démocratique et prospère », en garantissant « la sécurité de chacun ».

Les principaux dirigeants de l'opposition, blessés lors du massacre par les forces de sécurité de plus de 150 opposants le 28 septembre dans un stade de Conakry, ont très vite quitté la Guinée pour trouver refuge en Europe et en Afrique de l'Ouest.

Se voulant rassurant, il indique qu' « il est prévu en particulier pour les leaders de l'opposition des unités mixtes de sécurité, gendarmerie-police-armée, directement rattachées au ministre de la Sécurité présidentielle (Claude Pivi) pendant toute la durée de la transition ».

Concernant les élections présidentielle et législatives, le général Konaté a déclaré
qu'elles « se dérouleront à la date fixée par la nouvelle autorité de transition ». Le premier tour de la présidentielle était initialement fixé au 31 janvier 2010.

Le général Konaté, également ministre de la Défense, assure l'intérim à la tête du pays à la suite de la tentative d'assassinat le 3 décembre du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara. Hospitalisé au Maroc après avoir été gravement blessé par balle à la tête par son ex-aide de camp, le capitaine Camara n'a depuis lors fait ni discours ni apparition publique.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. kevin 14/10/2010

Merci pour votre site très intéressant,
Je n\'hésiterait pas à repasser,
cordialement di.
blog immobilier

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×