Le retour du Guide suprême ! « Je reprendrai la Guinée là où.. »

Là où le Suprême des geôles l’avait laissée. Le système Conté n’était qu’une parenthèse, une autre dictature, molle, qui avait sevré ceux qui ont la nostalgie des monologues du même, des longues attentes depuis Kaloum jusqu’au terme infini de l’autoroute de l’Histoire, heureusement qui s’arrêtait au kilomètre 14.  Revoici le calvaire des étudiants, lycéens, collégiens, élèves et Guinéens lambdas tous sexes confondus, de sept à soixante dix sept ans accablés par un soleil de plomb.

« A lélé tcho », est fidèle à sa parole. Demain mardi, premier février 2011, c’est dès dix heures que le même peuple lessivé par cinquante deux ans de lavage de cerveau, mithridatisé par deux républiques dont la première a fait le lit de la seconde, pour le confort insolent de deux cents salopards, lit planté dans la boue faite du sang et de la sueur de plusieurs centaines de martyrs, de violées, de spoliés et de victimes de vols à la tire, de vols publics, crimes habillés de la tunique publique de l’impunité la plus obscène.

Un séminaire gouvernemental vient de s’achever avec les mêmes incantations : trou noir dans nos finances creusé par le CNDD ; on saute au passage  par-dessus l’abîme creusé par « notre » gouvernement parachuté depuis Ouagadougou en passant par quelque troquet de Paris, avec à sa tête JMD, et Kerfalla Yansané aux Finances. Gouvernement mis sur pied par l’Opposition, dont les sieurs Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, pour ne pas allonger cette liste jusqu’au 24è complice lointain de cette hémorragie de près de 6 mille milliards de francs gluants.

Mais aujourd’hui, il n’y a qu’un seul responsable de cette hécatombe financière, en attendant le serpent de mer, ces fameux audits : le président démocratiquement élu (RTG). C’est lui qui, discrétionnairement les fera publier ou non, choisira le moment opportun pour le faire. En vérité, c’est un mouchoir rouge, la muleta qu’il agitera pendant la campagne pour les législatives. Et alors il pourra faire trembler :

Attention, retenez-moi, je vais balancer le brulot, attention aux flammes qui n’en veulent qu’aux prédateurs !

Deux décrets sont semble-t-il, passés inaperçus qui dépouillent le ministre chargé des audits de ses attribution essentielles, de sa raison d’être, à savoir le ministre en charge du contrôle économique.

Sont et demeurent rapportés les décrets.. Article 1er : Sont et demeurent rapportés les décrets D/2009/009/PRG/SGPRG/CNDD du 3 mars 2009 et D2010/110/PRG/SGPRG/CNDD du 31 mai 2010 portant création du Comité d’Audit et de Surveillance des Secteurs Stratégiques de l’Economie et nomination du Président dudit Comité.

Non, ils n’avaient pas de raison d’être puisqu’ils donnaient trop de pouvoir à celui-là même qui était cause des humiliants 18% du premier tour, Lansana Kouyaté, malgré ses apports de 7,50 % de l’électorat arc-en-ciel, et 16 milliards de francs glissants, 1,6 milliards de francs CFA tout de même. Donc ces décrets délestent d’un de ses pieds, voire de son siège, un strapontin devenu zéro pointé. A côté, le ministère du plan, premier marocain consenti au PEDN, sans la Coopération, pourra toujours périodiser les 71 « on va faire ceci, on va fera cela ». J’en ai déjà parlé et on ne peut pas être plus royaliste que le faiseur de Roi (1). Un séminaire de trois jours qui aura coûté pas moins de 60 millions de nos glissants. Des jetons, dirait Mathias, la star du procès des gangs, trucidé depuis, laissant ici ses 199 acolytes continuer leurs « Après-midi de chien » (2), comme à ENTA il y a quelques heures. Les mêmes qui se cachent derrière les vitres fumées, engoncés dans une Prado ou un Hummer.

Un jour fatal, une citerne pleine de liquide hautement inflammable se renversa aux abords d’un village, dans le Coyah pluvieux à la chaussée incertaine. Le liquide se répandit ; les villageois débarquèrent, qui muni d’un gobelet, qui d’une bouteille, qui d’un récipient troué, oh à peine de quoi indiquer dans le jargon postmoderne, la traçabilité d’une transgression proscrite dans tous les livres sacrés : tu ne voleras point ! Et vint la petite étincelle. Le chemin mortifère était tout tracé pour mener aux voleurs de survie. Tout le village crama. Voleurs, innocents et ceux qui ne sont ni voleurs ni innocents :

Les passagers sans souci, comme les Guinéens ?

Ils vont encore se réveiller à cinq heures du matin, iront s’aligner sous la canicule pour voir venir le spectre du Guide Suprême, après 52 ans de purgatoire ? Où sont donc passés les mendiants de janvier et février 2007 qui accompagnèrent l’insurrection populaire qui a exigé clairement le changement ? Ce mot qui fut le leitmotiv de l’arc-en-ciel ? Voici que ce mot est devenu mot d’ordre de la RTG.

RTG siempre :

Demain mardi, dehors peuple de Guinée pour le changement, il arrive. Il est enfin de retour, le Guide  suprême ! A lélé tcho !

Quel cauchemar.

Saïdou Nour Bokoum

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×