Le secteur des mines est un "secteur clé" de l'économie nationale (ministre)

Images7fm7ryyw

Le secteur des mines avec ses énormes potentialités est un "secteur clé de l'économie nationale", a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse le ministre guinéen des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba. La contribution du secteur minier guinéen dans le PIB (produit intérieur brut) est de 20% et le secteur contribue à plus de 80% en devises étrangères (euros, dollars) dans l'économie du pays, a indiqué le ministre.

Evoquant les perspectives de mise en valeur des ressources minières en Guinée (bauxite, fer, or, diamant), le ministre a souligné qu'à l'horizon 2020, l'investissement dans le secteur minier passerait de 2 millions de dollars à plus de 610 millions de dollars, avec plus de 10.000 emplois créés pour la main-d'œuvre locale.

Etant donné les activités de plusieurs sociétés minières dans l'exploitation de la bauxite, la production bauxitique pourrait passer de 20 millions de tonnes à l'heure actuelle à plus de 80 millions de tonnes par an à l'horizon 2020.

Selon le ministre des Mines, les multiples réformes engagées dans le secteur minier par le gouvernement depuis 2010 ont permis "d'asseoir les bases d'un développement fiable" qui tient compte de la contribution des ressources minières dans l'économie nationale.

Ainsi, afin d'assainir le cadastre minier, le gouvernement a engagé des refontes qui ont permis de retirer 149 permis sur 600 à certaines sociétés minières qui ne remplissaient pas les conditions d'obtention des permis de recherche ou d'exploitation.

Une lettre de mise en demeure a aussi été envoyée à 87 sociétés minières récemment afin de leur ordonner de se conformer au code minier en vigueur dans le pays.

Dans la lettre de mission adressée au ministère des Mines et de la Géologie par le Premier ministre guinéen Mamady Youla, le ministère a été chargé d'atteindre cinq objectifs principaux : créer un cadre propice à l'investissement, améliorer le suivi des activités minières, améliorer les connaissances géologiques, renforcer les capacités de l'administration minière et accroître l'impact économique du secteur minier sur l'économie nationale.

"Depuis 2010, il y a une volonté politique claire d'améliorer la gouvernance dans le secteur minier", a estimé le ministre des Mines, qui a ajouté que la Guinée cherchait à saisir toutes les opportunités qui s'offrent à elle afin de faire face à la tendance internationale de baisse des prix de certaines ressources minières telles que le fer et l'alumine.

Pour clore son intervention, le ministre a indiqué que les activités d'amélioration du cadre de concertation avaient notamment permis d'obtenir la finalisation de la négociation de la convention de base d'Alufer pour 185 millions d'investissements prévus, la signature de la convention de base amendée de la Société aurifère de Guinée (SAG) pour 400 millions de dollars, dont 117 millions pour la première phase, l'approbation du financement de la première phase du projet d'extension de la Compagnie des bauxites de Guinée (CBG) de 643 millions de dollars de financement immédiat, et l'approbation du financement de la première phase du projet Guinea Alumina Corporation (GAC) à hauteur de 1,4 milliard de dollars.

Source:Xinhua

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×