Marche pour un journaliste porté disparu depuis près de deux semaines

Marche journaliste

Environ 200 personnes ont marché mercredi en silence à Conakry pour demander aux autorités de faire toute la lumière sur la disparition depuis près de deux semaines d'un reporter de la chaîne de télévision privée guinéenne Espace TV, Chérif Diallo, a constaté un journaliste de l'AFP.

La procession, encadrée par la police, a duré environ 1H30 minutes à travers Kaloum, le quartier administratif de la capitale. Les journalistes, membres de la société civile et autorités ayant pris part à cette marche ont marqué des arrêts devant la Haute autorité de la Communication, puis le ministère des droits de l'Homme et fini leur parcours devant le ministère de la Communication. La manifestation s'est tenue à l'initiative d'un comité de soutien créé par des journalistes pour exiger la lumière sur la disparition de Chérif Diallo, qui n'a pas été vu par ses collègues et sa famille depuis le soir du 23 juillet. Ses proches n'excluaient pas la piste d'un enlèvement. Jusqu'à présent, "nous ne savons pas ce qui s'est passé. Les journalistes guinéens sont très inquiets par cette disparition", a déclaré à l'issue de la manifestation Mme Sow Moussa Yéro Bah, au nom du comité. "En Guinée, quand il y a assassinat, disparition, il y a toujours des enquêtes ouvertes, qui ne sont jamais refermées. Cette fois-ci, nous voulons que la vérité éclate", a-t-elle ajouté. Le ministre de la Communication, Alhousseyni Makanéra Kaké, a participé à la marche pour, a-t-il expliqué, "marquer (sa) solidarité à la famille de Chérif Diallo". Le gouvernement "fera tout pour connaître la vérité et retrouver le journaliste que nous souhaitons et espérons encore en vie", a-t-il assuré. Le président du Conseil national des organisations de la société civile, Dansa Kourouma, autre participant à la marche, a estimé que la disparition d'un journaliste "n'est pas une bonne image" pour le pays, pour ses autorités. "Les Guinéens aujourd'hui en ont marre de se sentir dans une insécurité permanente", a-t-il estimé. Dans un communiqué diffusé mercredi, la police guinéenne a assuré mener des enquêtes sur le terrain pour retrouver Chérif Diallo depuis qu'elle a été "informée par téléphone le vendredi 24 juillet 2015 à 19H00" de sa disparition la veille. Elle a ordonné à tous ses services d'ouvrir des enquêtes pour recherche M. Diallo, "situer les causes réelles de cette disparition, et rechercher éventuellement les auteurs", soutient-elle, invitant les populations à collaborer avec elle, lui fournir des "informations pouvant permettre d'aboutir aux résultats souhaités".

Source: AFP

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×