Maroc -Guinée: une feuille de route de coopération dans la transformation minière

Maroc guineeLe Maroc et la Guinée Conakry veulent travailler main dans la main dans le domaine des mines. Les deux pays ont signé un protocole d’accord pour une feuille de route de coopération relative à la transformation, à la géologie et au contenu local.

L’industrie minière marocaine est appelée à adopter de nouvelles pratiques innovantes afin de répondre correctement aux besoins énergétiques du pays. Une remarque qui n’enlève rien au mérite qui revient au secteur minier marocain, lequel, considéré comme l’une des mamelles de l’économie du royaume, contribue à hauteur de 10% au PIB. D’ailleurs sur le continent africain, le Maroc ferait cas d’école. C’est ainsi qu’au coudeà- coude avec la Chine, la Guinée Conakry qui ambitionne de devenir le premier exportateur de bauxite du monde, a décidé de se tourner vers le Maroc. Abdoulaye Magassouba, ministre guinéen de l’Énergie et des mines, s’est entretenu lundi à Rabat avec son homologue marocain, Aziz Rabbah. Objectif : trouver les voies et moyens d’impulser la coopération bilatérale dans le domaine des mines et de la géologie. Et la mayonnaise ne devrait pas tarder à prendre. Les deux pays africains ont signé en début de semaine un protocole d’accord de partenariat allant dans le sens du renforcement de la coopération entre Rabat et Conakry notamment dans le domaine des mines. Il s’agit concrètement de tracer une feuille de route de coopération relative à la transformation, à la géologie et au contenu local ainsi que d’échanger les expériences et les expertises en la matière dans le cadre du partenariat entre le Maroc et la Guinée, a déclaré le ministre marocain Aziz Rabbah. «On s’est mis d’accord pour que les équipes techniques commencent à travailler sur ces axes de coopération dans l’ambition d’aller plus loin dans le B to B, de créer une complémentarité en matière de manifestations et d’événements organisés dans les deux pays en la matière et d’encourager les entreprises marocaines et guinéennes à travailler ensemble pour aller plus loin dans ce partenariat», a-t-il expliqué avant de mettre en avant l’importance significative de l’expérience du contenu local, soulignant à cet effet la nécessité de mettre en place un cadre financier adéquat, de transformer le système d’investissement pour aller vers des guichets uniques aux niveaux régional et national ainsi que travailler sur l’artisanat minier et générer de la valeur ajoutée par la valorisation des mines locales.

Pour sa part, Magassouba a indiqué que ses entretiens avec le ministre marocain s’inscrivent dans le cadre du renforcement du partenariat bilatéral dans le secteur minier et font suite à l’engagement des deux chefs d’État, le roi Mohammed VI et le président Alpha Condé, «pour que cette coopération historique et stratégique se transforme en projets concrets». «Nous avons eu une discussion fructueuse sur les opportunités de projets concrets dans l’espoir d’avancer dans tous les chantiers qui ont été initiés par nos chefs d’État et qui sont en train d’être mis en oeuvre par les deux ministères et les services techniques concernés», a-t-il poursuivi.

Très pauvre mais riche dans son soussol, la Guinée pourrait devenir un excellent partenaire pour le Maroc. Sur la période 2016-2025, le voisin immédiat du Sénégal et de la Côte d’Ivoire a drainé plus de 10 milliards de dollars pour le secteur minier. En effet, la Guinée a entrepris de sérieuses réformes depuis 2011, lesquelles ont permis à ce pays de l’Afrique de l’Ouest de drainer d’importants financements du groupe Banque mondiale à travers la SFI et la MIGA dans le secteur minier, des engagements d’environ 800 millions de dollars, se félicitent les autorités guinéennes.


Aziz Rabbah 
Ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable
 
On s’est mis d’accord pour que les équipes techniques commencent à travailler sur ces axes de coopération dans l’ambition d’aller plus loin dans le B to B, de créer une complémentarité en matière de manifestations et d’événements organisés dans les deux pays en la matière et d’encourager les entreprises marocaines et guinéennes à travailler ensemble pour aller plus loin dans ce partenariat.

Abdoulaye Magassouba
Ministre guinéen de l’Énergie et des mines 

Nous avons eu une discussion fructueuse sur les opportunités de projets concrets dans l’espoir d’avancer dans tous les chantiers qui ont été initiés par nos chefs d’État et qui sont en train d’être mis en oeuvre par les deux ministères et les services techniques concernés.

Source: leseco

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site