Mouvement de citoyens: où sont donc tous ceux qui s’étaient réclamés de Zowota ?

image001.jpg

Suite aux évènements tragiques provoqués par AC à Zowota, beaucoup de nos compatriotes, certains avec sincérité, d’autres avec démagogie à peine dissimulée, se sont réclamés de cette localité subitement prisée de la Guinée Forestière. Si tous ces « zowotaïques » de circonstance se rendaient en même temps dans leur village d’adoption, celui-ci aurait une densité de population proche de celle de HongKong !

J’avais déjà dit pourquoi je n’étais pas de Zowota. Cependant, je reste Guinéen (pour combien de temps encore ?) bien que mes droits de citoyen aient été drastiquement réduits dans mon pays d’origine. En effet, la Guinée française n’est pas devenue après le 2 octobre 1958 la République de Guinée qui avait suscité tant d’espoirs. Mais plutôt une espèce de bantoustan où le plus fort est celui qui dispose de la plus puissante sagaie.

 

Donc, je persiste et signe car ma prise de position provient d’une conviction profonde. On dit souvent que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis mais oublie-t-on qu’il n’y a pas plus imbécile que celui qui change systématiquement d’avis ? C’est par incurie intellectuelle qu’on parle de peuple de Guinée ou de nation guinéenne. Il y a des populations guinéennes qui coexistent sans animosité particulière et qui partagent inégalement les produits d’un territoire. Vont-elles constituer une nation ? A voir comment ce pays est dirigé, le scepticisme est permis.

 

Des marches de protestations avaient été bruyamment programmées mais sans préciser la marche à suivre. Flop total, faute de marcheurs ? C’est curieux qu’aucun chiffre n’ait été donné sur le nombre de manifestants mais que l’accent ait été mis sur des déclarations ! Aucune image convaincante, non plus. Pourtant certains foyers sont connectés au web même dans leurs commodités ! A Washington, les compatissants Peulhs étaient, parait-il, plus nombreux que les Forestiers à l’initiative de la marche. Voudraient-ils être plus « zowotistes » que ceux de Zowota ?  A Paris, rien ! Comme si la consigne était: En arrière, marche ! Quoi qu'il en soit, une nouvelle attitude déplorable commence à voir le jour en Guinée: le "zowotisme" qui consiste à brasser du vent après un bain de sang.

 

Je n’ai jamais été contre une marche en tant que telle mais contre la manière dont certains marchent. Je n’aime pas être manipulé ! Bien entendu, j’ai été choqué par la tuerie de Zowota, œuvre du sanguinaire AC. Pourquoi ce dernier n’est-il pas publiquement dénoncé par les représentants des victimes ? Voilà ce qui me révolte. Je ne marcherai jamais avec ceux qui rampent devant ce « grimpeur » ! C’est une question de principe, donc non négociable.

 

Je n’ai pas envie de marcher, même en me bouchant les narines, aux côtés d’une certaine Yombouno qui a osé soutenir que les femmes victimes de viol le 28 septembre 2009 l’avaient bien cherché, encore moins avec un Kourou qui, pour obtenir un strapontin auprès d’AC qu’il avait pourtant insulté, qualifie en permanence les Peulhs d’éternels insatisfaits. Ces individus ne sablaient-ils pas le vin de palme, faute de champagne, lorsque d’autres paisibles citoyens étaient assassinés ?

 

En revanche, ce serait pour moi un plaisir de descendre avec prudence les escaliers ( pour ne rater aucune marche!) et de marcher avec un F. Moullimono, un E. Soropogui, un Blaise Chérif (indisponible pour l’instant), un Paul Théa ou, bien entendu, un Ansoumane Doré. La Guinée dite Forestière n’a pas que du bois mais dispose également d’un capital humain inestimable : des filles et des fils de valeur qui n’ont rien de commun avec le visage barbare de Claude Pivi et celui cicatriciel de Daddis Camara.

 

Des imbéciles mal intentionnés ont voulu me faire passer pour un « antiforestier ». Ils échoueront toujours. Lorsque j’ai évoqué récemment la « Guinée des Forestiers », c’est pour tout simplement souligner que ces derniers ne constituent pas un bloc ethniquement homogène mais se ventilent, entre autres, en Guerzés, Manos, Tomas, Kissis, Lélés, Konias, etc. Pour des raisons familiales et administratives, j’ai été plus proche des Guerzés (dont je comprends la langue) parmi lesquels il me reste des amis depuis l’enfance avec lesquels j’ai grignoté probablement quelques queues de lézards fortement épicées ! J’ai beaucoup de sympathie pour ces Guerzés mais j’hésite souvent à en parler car cela pourrait laisser supposer que je n’en ai pas assez pour d’autres groupes ethniques.

 

Je souhaite donc que les Forestiers cessent de se faire toujours manipuler en arrêtant de jouer le rôle de complément d’effectifs car ils ont des atouts à faire valoir dans la construction éventuelle d’une nation en Guinée.

 

Je lance encore un appel aux « lanceurs d’appels » pour qu’ils organisent sans tarder  des marches concertées un peu partout afin d'abréger le mandat usurpé d’AC. Nous devrions même porter plainte contre X car ce n’est pas par hasard si AC a été hissé à la tête de notre pays. Et si nous étions victimes d’un complot visant à exploiter nos ressources naturelles ? C’est à méditer.

 

« AC, dégage ! » doit être le slogan du jour car les Guinéens n’ont pas les mêmes intérêts que lui. Nous avons nos valeurs et AC ses voleurs qui prennent exemple sur lui.

 

 

Ibrahima Kylé DIALLO

I.Kylé Diallo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site