Odilon THEA: grand journaliste devant l’éternel comme j’aime le dire affectueusement

sans-titre-2.png

Odilon Théa est né en 1942 à Sankoly dans le village de Samoé à quelques kilomètres de N’Nzérékoré. Il y fait ses études primaires.

Ensuite, il rentre au petit séminaire à Bobo Dioulasso en Haute Volta (actuel Burkina Faso) pour être prêtre ; en 1955, il y passe son CEP (certificat d’étude primaire) et c’est là que l’indépendance de la Guinée le trouve.

En 1959, un prêtre le fait savoir de but en blanc qu’il était devenu indésirable donc retour au bercail ; alors là, papa n’est pas content parce que le fiston ne deviendra pas prêtre, quelle honte ? C’est la grand-mère qui va trancher en disant à son fils « si tu tiens tant à la prêtrise, devient alors prêtre et laisse mon petit fils en paix ».

L’administration manque cruellement d’enseignants, alors Odilon Théa est muté à Kobéla toujours dans la région forestière, pour enseigner en CE (cours élémentaire).

Il se décide ensuite à aller à Conakry chez un oncle, il emprunte alors un des bus de la compagnie transafricaine ; dans la capitale, il se dirigé dans le bureau du Ministre de l’éducation de l’époque Mr Barry Diawandou qui l’oriente à l’école des prêtres de dixinn. En 1961, à la fermeture des écoles des prêtres, il se retrouve au lycée de Donka.

Après l’obtention du baccalauréat, pendant ses vacances en forêt, il apprend un communiqué radiophonique, demandant aux gouverneurs de recenser les bacheliers et de les envoyer à Conakry. C’est le gouverneur feu Dramou Jérôme qui s’en chargera et ainsi, Odilon Théa revient à Conakry pour rencontrer le ministre de l’idéologie Mr Béhanzin qui lui signifie le besoin de journalistes.

Vingt personnes sont sélectionnées pour une formation donnée par des journalistes suisses dans les locaux de l’enseignement technique ; au bout de trois mois de formation, neuf seront admises.

En 1963. Il est envoyé en formation à l’université catholique de Fribourg en Suisse, pour une formation accélérée ; à la fin de la formation théorique, il va faire la pratique à la radio de Genève pour trois mois ; ensuite une autre pratique de trois mois à Berne International. Odilon Théa participe à la rédaction du journal miroir du monde à Lausanne.

En 1964, c’est le retour au pays; certains sont envoyés au groupe de presse, lui et trois autres collègues seront envoyés à la radio « la voix de la révolution ».

Quelques temps après, il sera envoyé en chine pour un an.

En 1970, il sera le correspondant du journal Horoya à Moscou pendant trois ans. De retour à Conakry, il anime l’émission « voyage à travers la Guinée » qui fera une grande audience ; il sera considéré comme consultant des nouvelles de la Guinée profonde.

De 1982 à 1985, il sera rédacteur en chef et en 1986, nommé directeur du studio école pour la formation des journalistes.

De 1991 à 1994, directeur des programmes et en mars 1994 il est détaché auprès de la CBG (compagnie des bauxites de Guinée) à Kamsar pour diriger la première radio communautaire privée.

En 1996, il prend sa retraite mais la CBG lui prolonge son contrat.

Enfin en 2003, retour à Conakry.

Parlant de sa relation avec le président Sékou Touré, Odilon Théa dit qu’il a été utilisé plus que quiconque car c’est lui qui lisait les poèmes du président ; ce dernier envoyait souvent son chauffeur le chercher pour travailler de 20h à 22h ; quand il lisait bien, le président disait « voilà c’est comme ça »

Maintenant, il donne des cours de diction dans des universités (publiques et privées), pour journalistes ; il prête sa voix pour certains documentaires qui passent sur Canal France International par exemple.

Il faut noter qu’il est lauréat du premier prix d’un concours organisé par la CIRETF (Conférence Internationale des Radios d’Expression Française) à Berne en Suisse ; pour le documentaire « Nous ne vieillirons pas ensemble »

Petit commentaire :

Mon père Togbo Gérard, fut le premier directeur du studio école qui forma techniciens et journalistes (Mr Mamady Condé ; Mme Aissatou Bella Diallo etc.), ensuite Tonton Odilon.

Gamin, j’eu la possibilité d’apprendre le journalisme avec eux mais mon refus désespéra mon père ; je disais toujours que ce n’est pas mon milieux ; comme je suis tombé à la radio et dans l’écrire par hasard sans aucune formation dans le domaine, j’assume pleinement mes lacunes d’amateur.

Je ne pouvais pas faire cette chronique à nos aînés sans parler de Tonton Odilon Théa, que j’ai toujours vu souriant, apte à raconter des blagues bref une joie de vivre ; mon complice m’a dit que Tonton Odilon était classé hors paire à cause de sa voix exceptionnelle.

J’ai failli le rater à Conakry et notre rencontre eu lieu le jour de mon départ, c’est là que j’ai su qu’on se ratait mutuellement ; je n’avais plus mes équipements pour une séance vidéo, je n’eu que le temps de prendre des notes pour cet article.

Ce n’est que parti remise puisqu’il a accepté de travailler avec moi ; j’espère que quand nous ferons une émission radio ensemble, j’arriverai au moisn à sa cheville, ce qui sera pour moi un exploit.

Tonton, toute mon admiration et mes hommages.



Ton Paul Théa.


NB : l’interview de Mr Amidou Bangoura est en vidéo que je publierai quand elle sera prête ; ceci est donc mon dernier texte, le temps de me consacrer à la vidéo du Hafia77



Paul THEA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×