Ouverture d'une série de procès criminels à Nzérékoré

Images 241

Deux procès se sont ouverts lundi 23 mars à Nzérékoré. Celui des drames de Womey, lors duquel des sensibilisateurs à Ebola avaient été massacrés, et celui des tueries intercommunautaires de Koulé et Beyla.

Temporairement, la Cour d’assises de Kankan en Haute Guinée va déménager à Nzérékoré, la capitale administrative de la Guinée forestière, située à 1 000 km au sud-est du pays. Où s’ouvre, ce lundi 23 mars, sa session foraine d’une durée prévisionnelle de deux mois, pendant lesquels d’importants dossiers criminels seront jugés.

D’abord, l’assassinat par une foule hostile le 16 septembre 2014, de huit membres d’une équipe de sensibilisateurs contre Ebola,  dans la sous-préfecture de Womey, à 50 km au nord de Nzérékoré.

Puis les affrontements intercommunautaires de Koulé (Nzérékoré) et Beyla qui ont entraîné, du 15 au 18 juillet 2013, une centaine de morts, des disparus et plusieurs dégâts matériels.

Dans ces deux dossiers, environ 150 personnes défileront à la barre, poursuivies pour divers chefs d’accusation, dont assassinat, viol, association de malfaiteurs, vol à main armée et incendie, a confié le procureur général de la Cour d’appel de Kankan, William Fernandez.

Le drame de Womey : une justice pour tous ?

Après le drame survenu en septembre, lors duquel 8 soignants d'Ebola avaient été assassinées, la sous-préfecture de Womey avait été placée sous haute surveillance. À tel point que des défenseurs des droits de l’Homme, dont "Avocats sans frontière", avaient ensuite dénoncé des actes de représailles exercés par les services de sécurité sur les populations locales, qui se sont réfugiées en brousse pendant plusieurs jours. L’ONG note des cas de viols et de pillages qu’elle impute aux agents de sécurité. Le comité de crise qui s’est constitué après le drame craint ainsi une justice partiale.

Mais le procureur de la Cour d’appel de Kankan précise que l’instruction qui vient d’être bouclée ne porte que sur l’assassinat des sensibilisateurs. "Nous ne sommes pas informés d’autres actes de violences subis par les populations", a déclaré William Fernandez.

À Koulé et Beyla, des violences intercommunautaires chez le capitaine Dadis Camara

Dans la nuit du 14 au 15 juillet 2013, un jeune Konianké, Kalil Keita, a été tué à coups de machette pour "vol de carburant" par un autre jeune Guerzé, gardien de la station d’essence de Koulé, sous-préfecture d’origine de l’ex-chef de la junte guinéenne, le Capitaine Moussa Dadis Camara, située à 42 km de Nzérékoré. S’en étaient suivis des affrontements aux relents communautaire et religieux, entre les Guerzé (chrétiens) et les Konianké (musulmans), avec l’incendie d’une église, d’une mosquée et du domicile du guide spirituel des Guerzé, lui-même battu et son fils tué.

Les batailles qui ont atteint la commune urbaine de Nzérékoré et Beyla, préfecture voisine, ont fait 98 morts, dont des brûlés vifs, des mutilés et des disparus, selon le bilan estimatif d’un rapport conjoint des ONG "Mêmes droits pour tous" et "Avocats sans frontières". Des violences qui auraient été favorisées par la passivité des autorités administratives et l’implication présumée des Donzos (chasseurs traditionnels) et des rebelles du Mouvement uni de libération du Liberia pour la démocratie (Ulimo).

Source: jeune afrique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site