L'OMS préconise une intensification de la vaccination dans les pays touchés par Ebola

Images 243

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a préconisé l'intensification des activités de vaccination systématique pour parer à un risque croissant d'épidémies de rougeole, de coqueluche et d'autres maladies évitables par la vaccination dans les pays touchés par Ebola.

'Nous appelons à l'intensification des services de vaccination systématique dans toutes les régions et pour des campagnes de vaccination de masse dans les régions où il n'y a pas de transmission de l'Ebola', indique un communiqué de l'OMS transmis à la PANA à Genève, ce vendredi, qui cite le Directeur de la vaccination, des vaccins et de la biologie à l'OMS, le Dr. Jean-Marie Okwo-Bele.

L'épidémie d'Ebola, qui a infecté 24.000 personnes et en a tué plus de 10.000, a également réduit la couverture vaccinale en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, alors que les structures de santé et leur personnel se concentrent sur la lutte contre l'épidémie.

'Toute interruption des services de vaccination, même pour de courtes périodes, va déboucher sur une augmentation du nombre d'individus susceptibles et va augmenter la probabilité des épidémies de maladies évitables par la vaccination', selon une note de l'OMS envoyée aux pays, cette semaine.

Les nouvelles Directives pour les programmes de vaccination dans la Région africaine dans le contexte d'Ebola pour aider les pays à maintenir ou relancer les services de vaccination incluent des précautions pour le contrôle de l'infection pour le personnel de santé. Le document souligne que pour les pays non touchés par Ebola, la vaccination et la surveillance systématiques 'devraient se poursuivre en utilisant les pratiques normales d'injection et d'élimination des déchets sécurisées'.

Des campagnes de vaccination de masse contre la rougeole dans les régions qui ne sont pas touchées par la transmission d'Ebola devraient être menées pour réduire le risque d'épidémies graves de rougeole, notent les directives.

Durant l'épidémie d'Ebola, les personnes infectées par le paludisme n'ont pas pu être traitées, soit parce qu'elles avaient trop peur de s'adresser aux centres de santé ou parce que ces structures étaient fermées.

Pour réduire rapidement le fardeau du paludisme et le nombre de personnes paludéennes et fébriles se présentant dans les centres de dépistage d'Ebola, l'OMS a recommandé l'administration massive de médicaments contre le paludisme à toutes les personnes concernées dans les régions fortement touchées par Ebola.

Des campagnes d'administration massives de médicaments contre le paludisme ont été menées en Sierra Leone et au Liberia d'octobre 2014 à janvier 2015, touchant environ 3 millions de personnes par une distribution au porte-à-porte, réduisant le paludisme et le risque de la transmission d'Ebola aux malades du paludisme.

'Cette concentration sur la vaccination et le paludisme entre dans le cadre des efforts de l'OMS pour soutenir les pays à se remettre rapidement, comme la prévention et le contrôle des infections dans les centres de santé qui ne se consacrent pas à Ebola, le renforcement du personnel de santé, la surveillance de la maladie et des services de santé essentiels', a déclaré le Directeur du Service des livraisons et de la sécurité à l'OMS, le Dr. Edward Kelley.

Le Liberia a mené deux campagnes de vaccination contre plusieurs maladies et la Guinée a menée des activités similaires dans les provinces non touchées par Ebola en octobre et novembre 2014.

Pour sa part, la Sierra Leone a mis en place des précautions de prévention de l'infection et a aidé des structures sanitaires à intensifier la prestation de services réguliers.

Le Liberia et la Guinée ont mené des activités de vaccination contre la rougeole ciblant les enfants de moins de cinq ans dans les districts endémiques et la Guinée prépare un plan de riposte à l'épidémie qui va cibler 10 districts supplémentaires.

Avant la vaccination systématique, la rougeole provoquait environ 2,6 millions de décès, chaque année, et cette maladie reste une des causes principales de décès chez les jeunes enfants dans le monde. Près de 145.700 personnes sont mortes de suites de la rougeole en 2013 - principalement des enfants de moins de cinq ans.

Source: PANA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×