Parution de deux livres de notre compatriote SOLO NIARE

arution de deux livres de notre compatriote SOLO NIARE

 

Prédestiné pour des études de maths à l'Université, Solo NIARÉ eut, tout ce temps, un parcours atypique jusqu'à la publication de cette œuvre. Il a assumé la fonction d'informaticien graphiste au Centre culturel franco-guinéen pendant près de dix ans, période pendant laquelle il eut l'opportunité d'affûter sa plume en fréquentant quelque références de choix dans le monde littéraire tel Williams Sassine entre autres, et dans la pratique assidue de la noble discipline théâtrale couronnée de plusieurs tournées (Francophonie de Limoges, Festival d'Aurillac...). Suite à une série d’animations théâtrales pour jeunes enfants africains de 4 à 9 ans qu’il eut la tâche d’assumer pendant quelques années, il sentit le besoin de s’essayer à la légende urbaine enfantine et au théâtre.

Voici ci-dessous le résumé des deux livres :

 

La Tirelire de maman

Contrairement à l'histoire de la cigogne qui amène les bébés dans les familles en Europe, généralement, en

Afrique, on raconte aux enfants que les parents achètent les nouveau-nés au marché. Un petit garçon de quatre ans raconte avec une innocence pathétique les neuf mois de grossesse de sa mère : des premiers signes jusqu'au jour du grand événement, aucun nouveau comportement ne lui échappe. Toutes les scènes de vie de sa petite famille sont analysées, décortiquées sous un angle puéril. Le jeune

garçon en profite pour prendre position face à sa vision du monde qu'il entrevoit à travers la télé : travail des enfants, enfants soldats, famine, guerre… Le ventre de Maman qui prend du volume ne semble-t-il pas être aujourd’hui une belle cachette pour les sous de Papa qu’elle dilapidait à vue d’œil ?

 

Le Temps d’un mensonge

Simplement muni d’une carte postale illustrant la photo d’un restaurant, un clandestin débarque à Paris à

la recherche de son frère qui vient juste d’être « reconduit », expression actuellement à la mode

semblant contenir un peu plus de civilité. Il décide d’élire domicile sous un abribus où il se lie d’amitié avec un SDF dans un immense appétit de converser. À force de fabulations, ils sont transportés tous les deux dans un empire à la Idi Amin Dada sous les tropiques où le clandestin se retrouve grand Empereur et le SDF, son conseiller principal. L’ambition absolue de perpétuer son pouvoir platonique pousse l’empereur à adopter une attitude d’écœurement vis-à-vis des urnes qu’il suspecte, en premier lieu, être des acteurs pouvant transformer, au plus vite, son trône en un siège éjectable. L’empereur usera du stylo et du papier en-tête Présidence de la République qui décuple institutionnellement son pouvoir pour mobiliser tout son pays dans une guerre sans fin contre les urnes par l’entremise d’un décret.

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×