Quelle démocratie pour la Guinée ? (Billet n°2)

imagescaap7hyb-1.jpg

Dans cette deuxième phase de ma réflexion, je m’arrête un instant sur les scrutins. Comme je l’ai dit auparavant, les élections au lieu d’être de simples exercices démocratiques, sont aujourd’hui de véritables sources de déstabilisation dans les pays africains en général et en Guinée en particulier.

L’instabilité créée avant, pendant et après les élections empêche le déploiement et la réalisation de véritables projets de développement. Or sans développement, il ne saurait y avoir de démocratie pérenne. Et, à chaque élection, nous abandonnons presque notre souveraineté en devenant un pays sous tutelle où les diplomates étrangers nous dictent nos règles de conduite. Cette situation en particulier ne devrait faire la fierté d’aucun enfant de Guinée.

Dans un pays où le citoyen ordinaire vit dans le dénuement total, des montants faramineux sont dépensés pour organiser des consultations électorales dont personne au départ n’est prêt à accepter les résultats.

Pour éviter donc de tourner en rond pendant encore des décennies dans ce cercle infernal. Nous avons l’obligation de réfléchir aux solutions permettant un apprentissage de la démocratie dans la stabilité.

Les raisons de ces instabilités sont multiples. L’une des principales, à mon sens, qui est la méthode d’organisation des élections a fait l’objet d’un de mes précédents articles intitulé « CENI, une usine à gaz africaine ».

Dans le présent papier je regarde les mandats avec la cadence des élections. Et je me pose cette question : Dans cette phase d’apprentissage de la démocratie, est-il utile et bénéfique d’avoir des mandats de courtes durées avec une cadence soutenue d’élections comme dans les pays où la démocratie a déjà atteint un certain niveau de maturité ? J’en doute fort, car comme en médecine, pour les soigner de la même maladie, la dose de médicament pour un enfant ne saurait être équivalente à celle destinée à un adulte.

Les problèmes guinéens sont sérieux et leur résolution nécessite un changement profond de mentalité qui ne peut s'inscrire que dans la durée avec comme condition sine qua non, la stabilité.

C’est pourquoi, je pense qu'il faut espacer les échéances électorales en augmentant la durée des mandats et en les rendant de facto non renouvelables.

Que ce soit pour le présidentiel ou le législatif, une durée de huit ans pour un mandat unique peut par exemple être envisagé! C’est trois ans de plus que le mandat actuel et c’est l’équivalent de deux mandats aux États-Unis. Donc suffisamment de temps pour permettre à un élu de faire ses preuves.

L’espacement des consultations électorales aura pour avantages entre autres :

  • D’éviter que toutes les forces vives de la nation soient constamment focalisées sur la question des élections en paralysant ainsi le pays pendant des mois voire des années.
  • D’éviter qu'au lieu d’être un moyen, les élections ne deviennent indéfiniment une fin comme cela semble être malheureusement le cas aujourd’hui.
  • D’éviter de dépenser fréquemment des sommes colossales qui peuvent être mobilisées pour l’amélioration des services sociaux de base.
  • D’avoir une période significative de calme et de sérénité après la tempête des élections pour rassurer les investisseurs.
  • De permettre aux militants des différents bords politiques d’être éduqués en matière de démocratie en apprenant et en digérant les règles de base.

Par son caractère non renouvelable le mandat unique, ici cité, permettra également de renouveler la classe politique pour éviter la prise en otage du pays par une génération d’hommes politiques et la perpétuation d’un quelconque système d’affairisme et de clientélisme. Il permettra également dans le cas du président en exercice d’éviter qu’il ne soit juge et partie au moment des élections devant aboutir à son remplacement. Les calculs politiques pour préparer une éventuelle réélection qui empêchent le changement par une véritable rupture avec le passé n’auront plus lieu d’être.

Evidemment, dans la situation actuelle de la Guinée, si cette proposition devait être appliquée, elle ne saurait l’être avant les prochaines présidentielles car il s’agit là de repartir sur de nouvelles bases.

Et comme je le dis souvent, aucune des propositions que je fais n’est censée être la panacée. Mon but est de susciter le débat pour la production d’idées permettant à la Guinée de construire sa démocratie.

Puisse Dieu bénir la Guinée !

Laye BAMBA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site