Quelle démocratie pour la Guinée ?

 

imagescaap7hyb-1.jpg

Après la conférence de la Baule au cours de laquelle le président français d’alors disaient à ces hôtes africains que l’aide sera désormais plus tiède envers ceux qui ne joueront pas le jeu démocratique, la Guinée comme beaucoup de pays africains a pris de plein fouet le multipartisme.

Et sans réflexion profonde, ni travail socio-politique, elle a voulu transposer sur son sol un système éprouvé en occident depuis des lustres. Vingt deux ans après, en jetant un regard en arrière, on ne peut franchement pas dire que cette transposition mécanique ait été un franc succès.

C’est pourquoi, aujourd’hui, il est, à mon avis, urgent de réfléchir à ces quelques questions qui me semblent fondamentales : Quelle démocratie pour la Guinée ? Que faut-il pour un réel ancrage de cette démocratie ? Comment garantir sa pérennité ?

En effet, si l’essence de la démocratie qui est le pouvoir du peuple reste universelle, je reste persuadé que les mécanismes qui permettent son implantation dans une société donnée, quant à eux, doivent tenir compte, voire s’adapter aux particularités historiques et culturelles de la dite société.

Cette première phase de ma réflexion est axée sur les partis politiques et le comportement des hommes politiques.

En Guinée, nous avons une pluralité ethnique qui est une véritable richesse. Mais aujourd’hui cette richesse représente un trésor de guerre pour bon nombre de politiciens guinéens. C’est pour cette raison, qu’une lutte doit être menée contre la formation et le développement de partis aux socles ethniques.

Un parti qui a vocation à présider aux destinées d’une nation cosmopolite ne saurait avoir ses instances dirigeantes composées à plus de 80% de personnes de la même ethnie ou de la même région. Dans une élection nationale comme les législatives, les listes ethniques et régionalistes ne devraient pas avoir l’autorisation de concourir. Les origines des fonds injectés dans les finances des partis doivent être connues.

C’est pourquoi, la nécessité d’un travail de fond du législateur sur les critères d’agrément, les candidatures aux scrutins et le mode de financement des partis politiques me paraît aujourd’hui plus qu’évidente.

La violence dans les rues guinéennes n’est autre chose que la résultante de la violence verbale d’hommes politiques produits d’une société phallocrate au sein de laquelle les femmes ont du mal à se faire une place sur la scène politique. Pourtant leur promotion en politique pourrait, sans aucun doute, fortement atténuer le niveau des escalades de violences verbales qui sont de véritables poisons pour notre unité. Et là également, un travail du législateur me paraît indispensable.

Par ailleurs si les paroles des politiques sont bues par leurs militants sans discernement au point de prendre un adversaire pour un ennemi, c’est parce que ces derniers  manquent cruellement d’éducation en matière de démocratie. Dans ce domaine des aides doivent être octroyées aux partis pour l’éducation de leurs militants.

Concernant, les propos tenus lors des campagnes électorales, une législation claire doit être établie pour disqualifier tous ceux qui font allusion aux origines et aux appartenances ethniques et tiennent des discours d’incitation à la haine.

Je n’ai pas la prétention de croire qu’avec ce qui précède, le remède au mal guinéen est tout trouvé. L’objectif ici visé est de lancer le débat sur les outils et les mécanismes à mettre en place pour une démocratisation de la Guinée dans la paix en évitant à la nation de revivre les douloureux événements qui ont jalonné son parcours au cours des dernières décennies.

Puisse Dieu bénir la Guinée !

Laye BAMBA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×