Rabiatou Serah Diallo ou pourquoi ces hommes sont-ils contre toi

Nous avons vécu un mois de janvier assez mouvementé au pays.  Et la seule femme suivie et poursuivie par tous les journalistes du pays reste et demeure Radiatou Serah Diallo.On a cru qu’enfin une femme aura les responsabilités de sortir notre pays de l’impasse, de l’éternelle transition que nous vivons depuis des années.

Triste tournure surtout que les forces vives ont combattu pour une transition apaisée dirigée par une personnalité neutre pouvant garantir des élections libres et transparentes.

En analysant, je ne vois que 2 profils. Soit les syndicalistes ou les religieux. Et comme les religieux ne sont pas membres des forces vives et que le conseil national de transition leur serait réservé, il était pour moi claire que le choix de mme Serah Diallo n’était plus qu’une question de forme. Surtout qu’au niveau du mouvement syndical, elle avait déjà été choisie.

On constate encore ce complot masculin contre la femme en Guinée même lorsque tout est clair et évident qu’elle serait la mieux indiquée.

La femme guinéenne après ces manigances peut-elle rester toujours aussi muette sans revendiquer officiellement le leadership chez nous ? Où sont ces braves femmes de Guinée pour dénoncer les combines, le copinage et le complot pour nous écarter de toute sphère de décision ?

On aurait exigé le diplôme universitaire à Serah Diallo. Ridicule condition lorsqu’on prétend se battre pour la démocratie.( Le peuple qui choisit) .E la question qui me vient à l’esprit est celle de savoir si le peuple guinéen se souvient quand même que ces 2 premiers président n’était que des anciens écoliers.

Et pourtant cette femme brave a prouvé qu’elle aime la Guinée et que tout son combat est orienté vers l’amélioration des conditions des travailleurs en particulier et de tous les guinéens en général. Là où tous les politiciens diplômés et universitaires ont échoué, elle a convaincu avec sa force de mobilisation, son charisme et ses qualités de leader.

Espérons qu’elle occupera le poste de vice premier ministre ou de ministre d’état chargé de contrôler

l’ application de accords de Ouagadougou ou de gérer directement les prochaines élections.

Une fois de plus, le peuple de Guinée refuse de faire comme au Liberia, en Inde ou au Pakistan. C'est-à-dire donner la chance à la femme de montrer de quoi elle est capable.

Peut-on affirmer que notre peuple est profondément mysogine ? Dedain, mépris vis à vis des capacités d’une femme à diriger la Guinée ? La question reste et doit se  poser au quotidien.

Bonne lecture.

 Que la Guinée reste bénie.

Par Nenette Baldé

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site