Ses gourous auraient-ils mal « lavé » Dadis ?

On avait fait croire aux Guinéens que Dadis était invulnérable. Toumba Diakité vient indirectement de nous prouver le contraire bien que nous ressentons encore un goût d’inachevé. Dadis, comme tout mortel, n’est pas imperméable aux balles. Un mythe s’effondre. Il semblerait que des gourous de la « forêt sacrée » aient fait boire à Dadis des mixtures, l’auraient décoré de gris-gris et l’auraient lavé d’une potion magique. Apparemment ce blindage a été inefficace ou, peut-être, les gourous de la « forêt saccagée », dans un état second, se sont trompés de canaris, faute d’étiquetage.

Personnellement, je ne crois pas en ces croyances car il ne faut adorer que Dieu, l’Unique.

Si Dadis était sûr de son invulnérabilité, se serait-il entouré d’une garde prétorienne puissamment armée ? Dieu veille en permanence et comme on le dit, « Il ne fait pas de crédit mais paye des dettes ». Dadis étant un ethnocentriste sanguinaire qui a humilié beaucoup de nos compatriotes, il commence à payer. En le blessant grièvement, Toumba (autre grand criminel qu’il ne faut surtout pas oublier) rend un service inestimable : Dadis au cerveau de moineau mérite de mourir à petit feu pour connaître le calvaire de celui qui a reçu une balle dans la tête. Qui pourrait être « désolé » pour lui ? Ses partisans se font discrets.

Les mensonges constamment répétés par « Le Vaurien Idrissa » ne trompent personne car pour Dadis (incapable de s’autoproclamer « incapable de commander ») c’est fini, survivant ou pas. Le mouvement « Dadis Doit Rester » a-t-il encore un sens alors que le criminel est sorti de « MON » pays ?

On promet, parait-il, une forte récompense pour la capture de Toumba sans en préciser la nature et montant : francs guinéens, sacs de riz, came, canettes de bière, etc. J’invite nos compatriotes à téléphoner aux numéros indiqués par la junte qui moleste sa famille innocente pour dire que Toumba est à Kaya au Burkina Faso. C’est une forme de résistance pacifique.

Je me pose encore quelques questions dont on finira par avoir les réponses :

En écartant Dadis, ne visait-on pas à faciliter le travail du facilitateur Compaoré ? On a l’impression que l’avion qui a secouru Dadis était prêt avant l’ « incident ».

N’a-t-on pas éloigné Sékouba Konaté pour l’innocenter et faciliter la succession en sa faveur ? Il est revenu du Liban, la nuit, dans un aéroport de Gbessia sécurisé à cet effet par ses partisans.

La junte n’est ni légale ni légitime mais le bon sens (qui n’est pas le droit) ne voudrait-il pas que ce soit le général Toto (numéro 2 du CNDD) ou le PM Komara qui assure l’intérim lorsque Dadis est écarté ?

Dans cette logique infernale, on risque de voir bientôt Komara recevoir des ordres de son ministre Sékouba probable futur « père de la nation ». Ce prénom prestigieux signifie « Sékou le Grand » comme ce fut le cas d’un respectable notable de Kankan. Avec le général Konaté, le sens change car il s’agit plutôt de « Gros Sékou », ce qui donne une connotation de balourdise. L’ordre des termes est important pour éviter toute confusion avec un compatriote qui a beaucoup fait pour la musique guinéenne. Pauvre Guinée !

Dieu est Grand ! Dadis dans son arrogance avait menacé d’ôter sa tenue pour se présenter aux présidentielles. Aujourd’hui, il est plus près d’être enveloppé dans un linceul pour rejoindre le caveau familial de ses deux prédécesseurs, dictateurs et sanguinaires.

Je vous salue.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site