Sidya Touré sur Radio Familia Fm: Des alliances existent, mais chacun tente sa chance d'abord au premier tour

Le président de l’Union des Forces Républicaines, Sidya Touré, a été le l’invité de l’émission ‘’Société Débat de la radio Familia Fm’’, le samedi 8 mai dernier.Les questions d’ordre national ont été débattues. L’entretient a duré plus de 1h45.

A sa descente de voiture, une foule immense composée des jeunes et des femmes habillés de t-shirts du parti, ont accueillit le numéro un de l’UFR. Dans la cour qui abrite la radio ‘’Familia’’, M. Sidya Touré a passé quelques instants à serrer les mains des jeunes venus le soutenir pour la circonstance.

Après le jingle de l’émission, Sidya Touré a commencé par répondre à « ceux qui disent qu’une élection n’est jamais parfaite… » Il estime que les irrégularités de recensement et du fichier électoral amènent toujours à des soupçons et c’est ce qui crée des troubles postélectoraux.

Sur la question de la promulgation de la constitution, il indique que la Guinée n’est pas le seul pays à adopter la constitution par ordonnance « le Mali l’a fait… » Ce qui n’a aucune incidence sur la nature du régime Guinéen, a-t-il soutenu. En ce qui concerne, les préparatifs de l’UFR à l’élection présidentielle du 27 juin 2010, il est resté confiant affirmant que « l’UFR a choisit des gens qui sont chargés de gérer les élections au compte du parti… » Sidya Touré a rappelé l’historique du parti (NDLR : crée en 1992 et sous sa direction depuis le 20 mai 2002) qui compterait une soixantaine de fédérations et d’insister sur le fait que l’UFR soit « le seul parti transversal qui n’a aucune connotation ethnique et communautariste… »

Sur la question des audits, répondant au sociologue Fodé Bayo, la réponse du président de l’UFR a été on ne peut plus clair : « depuis le 4 janvier 2009 les Forces Vives ont soumis un mémorandum dans lequel, elles appellent la junte militaire à entamer les audits… » En ce qui concerne d’éventuelles fraudes, il précise qu’il sera le premier à dénoncer toute falsification du fichier électoral et que le parti refusera de partir aux élections au cas où cela sera constaté.

Pour son passage à la primature, il a éclaircit sur les dossiers de groupes électrogènes en soulignant qu’il a eu des groupes de 4 KVA sous financement de la coopération française à hauteur de 5 million de dollars.

L’autre temps fort de l’émission a été le problème ethnique. Sidya Touré a souligné que le communautarisme n’est pas une solution pour la Guinée : « une communauté ne va pas gagner contre une communauté. C’est le pays au lendemain du scrutin qui est important… » De son coté, M. Mohamed Camara – juriste de son état, a rejoint le président et de persister que tout parti qui se focalisera sur l’ethnocentrisme échouera même s’il gagne les élections parce qu’il ne pourra pas réaliser son programme. Dans le domaine d’alliance avec d’autres formations politiques notamment avec Lounceny Fall et Lansana Kouyaté, il note qu’il discute avec ceux-ci mais pour le moment, chacun tente sa chance d’abord au premier tour. Une inquiétude de M. Hamidou portant sur la rumeur selon laquelle « la Guinée est devenue un nouveau pré carré de la France, le chef du fil de l’UFR pense que la France ne va pas choisir le président pou les Guinéens et d’avancer qu’il ne discute pas sur ce point… »

Abordant le volet chômage des jeunes, il a signalé que ce dans son projet de société, il pense se focaliser sur le secteur privé. Faire du privé un relais de la fonction publique, à l’en croire, c’est ce qui va créer de l’emploi pour les jeunes avec des investissements à la clé.

Sidya Touré a dégagé son bilan à la primature notamment la stabilisation macroéconomique du pays - moins de dépenses et beaucoup de recettes.

Parlant de la démission de Dr Ousmane Kaba, il souligne que c’est lui qui l’a recruté dans son gouvernement en 1996 et d’ajouter qu’il n’y a pas de divergences entre eux.

Dans le cadre de l’enseignement de base, il affirme qu’il faut réunir toutes les conditions pour l’amélioration du cadre de vie des professeurs et d’élaborer des programmes répondant aux besoins des marchés de l’emploi.

L’animateur de l’émission a déclaré qu’il compte organiser des débats entre les potentiels candidats à la présidentielle et souhaitait savoir si le président de l’UFR répondra à son invitation au débat. Pour sa part, le président de l’UFR se dit prêt à débattre avec « tout candidat mais il exclut de se confronter à un leader avec lequel il partage le même programme… » Après l’entretien, Sidya Touré est sorti de la radio trouvant des jeunes militants qui l’attendaient encore.

Alpha Oumar Diallo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site