Sénégal: Abdoul Mbaye premier ministre

4063634-6165638.jpg

Macky Sall, 50 ans, qui a écrasé le sortant Abdoulaye Wade à la présidentielle du 25 mars, a nommé hier soir Abdoul Mbaye, chef d'entreprise et ex-banquier, au poste de premier ministre du Sénégal, selon un décret présidentiel lu mardi soir devant la presse.

"Abdoul Mbaye est nommé premier ministre", indique le décret lu par Mme Aminata Tall, secrétaire générale du nouveau gouvernement sénégalais dont la liste devrait être rendue publique aujourd'hui. Abdoulaye Mbaye, âgé de 59 ans, est un chef d'entreprise, ancien banquier, formé au Sénégal et en France. Réputé sérieux et rigoureux, c'est un technocrate jusqu'ici inconnu dans le ghota politique sénégalais.

Le nouveau chef de gouvernement doit former une équipe réduite de 25 membres au maximum. "Ce sera un gouvernement qui devra conduire les affaires publiques dans la plus grande transparence, selon les principes de bonne gouvernance", a-t-il déclaré à la presse juste après sa nomination. "La principale priorité sera de se mettre au travail. Le président Macky Sall tient à ce que ses engagements devant le peuple soient respectés", a-t-il ajouté.

"Tout est urgent", a dit Macky Sall

Abdoul Mbaye est le premier chef de gouvernement de l'ère post-Abdoulaye Wade, qui dirigeait le pays depuis 2000 et qui a été battu au second tour par son ex-premier ministre et homme de confiance Macky Sall. Sa nomination a été précédée du premier discours à la nation de Macky Sall dans lequel ce dernier a annoncé une rupture dans la gestion publique. "Tout est urgent", a indiqué Macky Sall, citant notamment l'école, la santé et les prix des denrées de première nécessité dont le riz, l'huile et le sucre dont le prix a connu récemment une hausse. Il a indiqué à l'endroit de ses collaborateurs qu'il "ne protégera personne" parce que, estime-t-il, "le pouvoir est fait pour servir et non se servir". "Gouverner autrement, c'est bannir les passe-droits, la favoritisme et le trafic d'infuence, mettre l'intérêt public au dessus de toute autre considération", a dit Macky Sall. "Il ne saurait y avoir de place pour la sollicitation à des privilèges ou des avantages indus". Le président Sall a indiqué que "l'Etat et ses démembrements (représentations) réduiront leur train de vie", évoquant notamment une rationalisation des missions à l'étranger et de la carte diplomatique.

Macky Sall, qui s'exprimait à la veille de la célébration des 52 ans de l'indépendance du Sénégal, ex-colonie française, a également annoncé la dissolution prochaine de l'Assemblée nationale et un report des élections législatives, initialement prévues le 17 juin, au 1er juillet. "Compte tenu des délais courts qui nous séparent de la date des législatives, j'ai consulté la nouvelle opposition (pour un report du scrutin). Faute de consensus, l'Assemblée nationale sera dissoute conformément aux dispositions constitutionnelles", a-t-il dit. Ce scrutin législatif doit renouveler les 140 députés à l'Assemblée nationale qui est actuellement largement dominée par le Parti démocratique sénégalais (PDS) d'Abdoulaye Wade.

Concernant le conflit en Casamance (sud) en proie depuis 30 ans à une rébellion indépendantiste, Macky Sall a "tendu une main fraternelle aux dirigeants et combattants" de cette rébellion du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) pour le règlement pacifique d'un conflit "qui n'a que trop duré". La gestion de cette crise se fera "en association avec les pays voisins de Gambie et Guinée-Bissau", a-t-il ajouté.

Source: Le figaro

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×