TOUMBA-LE-TERRIBLE ne doit pas tomber dans le filet des félons !

 

J’emploie volontairement le terme « félons » parce qu’il s’agit d’hypocrisie et de traîtrise de la part des principaux responsables de la junte qui n’ont jamais respecté leur serment de servir les Guinéens.En  s’exprimant sur les ondes de RFI, Toumba Diakité, auteur du tir patriotique contre le cruel Dadis, a démontré qu’il n’est pas encore tombé. En l’écoutant, je n’ai pas eu l’impression d’entendre un homme traqué.

On comprendra bientôt comment ont été organisés les crimes de sang du 28 septembre et le coup salvateur du 3 décembre 2009. Un site obtus parle d’évènements tragiques pour ces deux dates. C’est un amalgame ignoble. Le 28 septembre est effectivement une tragédie (tueries, blessures et viols ciblés à grande échelle) alors que le 3 décembre est une comédie inachevée (le plombage d’une fripouille).

Il faut qu’on sache qui a fait quoi. Je ne défends pas Toumba et je souhaite d’ailleurs qu’il ait à répondre de ses actes devant la justice. Ce n’est surtout pas le moment de le faire taire pour toujours. Comme un mafiosi repenti, il mérite une protection car il peut encore être utile au pays, ce qui ne le blanchit nullement. Il appartiendra à la justice de déterminer les circonstances atténuantes dont devra bénéficier Toumba qui a quand même rendu un service à la nation en écartant Dadis, ce qui pourrait faciliter le travail du facilitateur de la CEDEAO. Le général Sékouba devrait, à titre personnel, lui témoigner sa gratitude.

« Le tigre » en papier (dont le regard fuyant donne l’impression à tout moment qu’il vient d’être brusquement réveillé) se serait envolé pour le Maroc afin d’évaluer visuellement ce qui reste de Dadis. Je salue ce courage hautement historique de notre nouveau Samson !

Aujourd’hui, on constate une continuité dans la médiocrité ou plutôt dans la négativité. Si Sékouba Konaté assure l’intérim c’est tout simplement parce qu’il dispose de troupes, contrairement au numéro 2 officiel, le général Toto Camara, officier solitaire. Ce dernier, paraît-il, serait plus intelligent que le ministre de la défense. Pauvre Guinée où le chef intérimaire de la junte est intellectuellement moins enviable qu’un nommé Toto et où un Pivi a pu être ministre !

Je ne sais pas comment se poursuivra l’intérim dans cette transition dont le terme n’est même pas fixé. Mais les premiers gestes du « tigre » sont perçus comme des coups de griffe d’un chat hésitant. En effet, nous avions même oublié, faute de compte-rendu de Conseil de Ministres, l’existence d’un Premier Ministre virtuel jusqu’à ce que Komara sorte de son coma verbal pour désavouer « le vaurien Idrissa Chérif ». Le général Konaté n’a pas trouvé mieux que de récupérer cet individu en perdition ainsi qu’un autre criminel, le sinistre Moussa Keïta, celui-là même qui avait haineusement chauffé à blanc des Guerzés pour les inciter à attaquer d’autres Guinéens.

Je profite pour dire qu’il ne faudrait pas critiquer Idrissa Chérif à cause de son « ivoirité ». Ce ressortissant de la Côte d’Ivoire ayant commis des crimes contre son propre son pays natal, fallait-il s’attendre à ce qu’il fasse du bien à un pays d’adoption ? C’est un mercenaire opportuniste tout simplement. De même, je déplore qu’il faille faire allusion aux origines libano africaines de Sékouba. C’est un Guinéen tout court qui, par ailleurs, rappelle tristement un certain Conté : militaire, amateur d’alcool, d’argent (et d’autres choses), cruel et peu bavard !

Pourra-t-il débloquer la situation actuelle de la Guinée ?

Je demeure sceptique car  le nouveau chef de la junte devrait prendre de toute urgence les mesures suivantes :

-          dissoudre les milices ethniques de Dadis dont la seule bravoure est de tuer des civils

-          mettre fin aux exactions contre des populations bien ciblées

-          concentrer les militaires et surtout ceux qui sont armés dans les camps

-          écarter les éléments perturbateurs qui parlent sans autorisation au nom de la junte et du gouvernement

-          faciliter toute enquête sur ce qui a ensanglanté le pays

-          former un nouveau gouvernement à majorité civile, en tenant compte bien évidemment des équilibres ethno régionaux. Car il faudrait être d’une hypocrisie incommensurable pour ne pas admettre la marginalisation effective de la Moyenne Guinée et le recul récent de la Guinée Maritime.

-           déclarer solennellement, ni sur la Bible, ni sur le Coran, encore moins sur les deux à la fois qu’aucun membre du CNDD ne sera candidat aux prochaines élections législatives et présidentielles

-          élaborer, en accord avec les « Forces Vives » un calendrier indicatif et raisonnable pour ces élections.

Cette liste n’est pas exhaustive mais ce serait un pas de géant pour désamorcer la guerre civile qui nous guette si ces mesures étaient effectives.

C’est à Sékouba de prouver qu’il peut maintenant mettre fin à sa mission antinationale de « général de brimade » et arrêter le mal que ses collègues et lui continuent à faire à « MON » pays censé être aussi le leur.

 

Je vous salue.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. CHE 17/12/2009

Je vous remercie de votre vision claire de la situation.C'est vrai aujourd'hui Toumba est un repenti et il a besoin d'une protection pourqu'on pusse connaitre la verite sur les evenements du 28 septembre.Il a beaucoup de choses a´ livrer a' la justice internationale
CHE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×