Après Dadis, c'est au tour de Sékouba Konaté d'atterrir à Ouaga

sekouba.gif

Après l’arrivée de Moussa Dadis Camara le mardi 12 janvier 2010 à Ouagadougou, c’était au tour du Général Sékouba Konaté, président par intérim de la Guinée Conakry, de fouler le sol burkinabè, hier mercredi. Cependant, le Général, lui, n’a pas été accueilli à la base 511 comme Dadis, mais bien à l’aéroport de Ouagadougou et à travers le salon présidentiel.

« Dégagez ! On ne vous a pas appelés ici ! » C’est par ces paroles que le sbire de sécurité renvoie les hommes de médias à plus d’une cinquantaine de mètres du tapis rouge étalé à l’entrée du salon présidentiel de l’aéroport international de Ouagadougou, ce mercredi 13 janvier 2010. Il est 19h00.

La raison de la présence en ces lieux de ce petit groupe de journalistes parmi lesquels on reconnaît des représentants de L’Observateur Paalga, RFI, La Voix de l’Amérique, BBC, Sidwaya, Fasozine, Le Pays…, est pourtant l’arrivée du Général Sékouba Konaté. C’est donc parti pour l’attente à l’angle du salon ministériel. 19h34, un avion atterrit sur le tarmac. Un petit coup d’œil au-dessus du mur nous permet de savoir qu’il s’agit d’Air Ivoire.

« Il est là ! », se souffle-t-on pendant que les chasseurs d’images apprêtent leurs appareils, postés devant une demi-douzaine de ressortissants guinéens venus accueillir leur président par intérim. Un militaire s’approche pour nous demander de reculer encore plus. C’est la protestation générale. Il faut dire qu’entre-temps, les hommes de presse ont eu vent que quelques-uns de leurs confrères guinéens font partie de la délégation alors ils sont mécontents d’être, eux, indésirables.

19h 54, le Général Konaté, de grande taille, sort enfin du salon présidentiel accompagné, entre autres du ministre des Affaires étrangères burkinabè, Alain Yoda, et du chef d’état-major particulier du Président du Faso, Gilbert Diendéré. Le président intérimaire s’engouffre dans le véhicule mis à sa disposition et le cortège de véhicules quitte l’aéroport sous les crépitements de flash et les timides salutations de ses compatriotes.

Sans doute qu’au programme de Sékouba figurent une entrevue avec le facilitateur de la crise dans son pays, le président Blaise Compaoré et, peut-être, une rencontre avec Dadis.

Hyacinthe Sanou

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×