ATT : dix heures pour convaincre Sékouba Konaté

016072010162952000000guinee.jpg

Après le scrutin présidentiel en Guinée, Sékouba Konaté, critiqué, a envisagé de se retirer du pouvoir. C'est son homologue malien qui l'a convaincu de rester, pour la stabilité de la transition. Le 6 juillet, peu avant le dîner officiel qu’il donnait en l’honneur du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, arrivé la veille, le président malien, Amadou Toumani Touré, s’isole

Au bout du fil, le futur ex-président de transition guinéen, Sékouba Konaté, lui annonce son intention de démissionner après avoir été mis en cause dans le déroulement du scrutin. « Tu ne peux pas », lui répond ATT. Avant d’ajouter : « Dès que mon hôte est reparti, j’arrive. » Le 8 juillet, à 10 heures, ATT est à Conakry et a deux entretiens avec Konaté : un premier à l’aéroport et un second au palais Sékoutoureya. « Tu dois rester. Une bonne sortie, c’est lorsque la transition tue elle-même la transition [sic] », insiste le président malien. Dans l’avion du retour, vers 20 heures, il confie à l’un de ses collaborateurs : « Konaté a été atteint dans son amour propre et, en général, les officiers ne supportent pas cela. »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×