Cellou Dalein Diallo dénonce de nombreuses anomalies lors du vote des législatives en Guinée

arton208441.jpg

Le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a dénoncé « d’importantes anomalies » dans le déroulement des opérations de vote ce samedi, peu après avoir exercé son devoir civique à Dixinn, la commune où il réside.

En compagnie de son épouse, Mme Halimatou Diallo et de ses proches, Cellou Dalein Diallo a invité ses partisans à « sanctionner » le gouvernement du président Alpha Condé « pour son incompétence et son incapacité ».

Parlant du déroulement du scrutin, M. Diallo a relevé de nombreuses anomalies à Conakry comme en provinces.

« Jusqu’à 10 heures (TU), des bureaux de vote n’avaient pas ouvert à Ansoumnya (Dubréka). Il y a d’autres où les matériels étaient manquants, les électeurs n’arrivent pas à retrouver leur bureau de vote ».

Dans la foulée, le leader de l’UFDG a fait savoir que la commission électorale n’a procédé à aucune correction à ce jour. « Ceux qui sont omis ne pourront pas voter. Ils n’ont fait qu’éclater les bureaux de vote de plus de 1000 électeurs en 2 ou 3 bureaux. Les électeurs éloignés de leur bureau sont privés de vote ».

Parlant du déroulement du scrutin à Tamagaly, dans la ville de Kindia, par exemple, M. Diallo a dit que des électeurs ayant l’habitude de voter à Tamagaly depuis 1993 ont été renvoyés à plus de 45 kilomètres. « Ils sont entrain de louer des camions remorques pour envoyer ceux qui peuvent partir, d’autres vont sur des motos. Je leur ai demandé de le faire et que le parti verra dans quelle mesure les aider ».

Poursuivant, M. Diallo a tout de même reconnu la grande affluence des électeurs. « Partout, on m’a dit que les citoyens se sont massivement mobilisés malgré les difficultés sur le terrain. J’espère qu’on va pouvoir rattraper et combler les déficits qui ont été notés pour que le scrutin se passe dans de bonnes conditions ».

Les opérations de vote des législatives en Guinée se sont déroulées dans le calme mais de nombreux électeurs sont confrontés à d’énormes difficultés liées notamment à l’insuffisance des matériels électoraux.

Onze ans après la dernière législature et près de trois ans après l’élection présidentielle de 2010, plus de cinq millions d’électeurs guinéens sont allés aux urnes ce samedi pour élire les 114 députés de l’Assemblée nationale.

Plus de trente formations politiques et près de 1 800 candidats en lice se disputent les 114 sièges de l’Assemblée nationale à pourvoir dont 76 à la proportionnelle et 38 au scrutin uninominal à un tour.

Source: APA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×