"Comment Obama m'a félicitée pour ma lutte contre Ebola en Guinée"

Dijah at the summit 22

"Je ne m'y attendais pas du tout…" Lorsque Barack Obama a parlé d'elle lors de son discours à Washington, le 3 août dernier, la Guinéenne Kadijah Diallo, présente dans la salle, est tombée des nues. Le président américain a salué son rôle dans la lutte contre Ebola dans son pays, dans le cadre de l'Unicef. Elle revient sur ce moment particulier.

Le 3 août, Barack Obama s'est exprimé durant une heure environ devant 500 jeunes africains venus de tout le continent, dans le cadre du programme Young African leaders initiative (Yali), lancé l’an dernier. Âgés de 25 à 35 ans, ces jeunes ont été sélectionnés parmi 30 000 candidats pour leur engagement et leur leadership au niveau local, pour venir étudier pendant six semaines aux États-Unis.

Lors de son discours, le président américain a notamment fait référence à Kadijah Diallo, une Guinénne de 33 ans, chargée de communication à l’Unicef dans son pays :

Nous avons ici Kadijah Diallo, de Guinée… Où est-elle ? Elle est là [tout en la montrant du doigt, NDLR]. Donc Kadijah a guidé l'Unicef dans sa campagne médiatique pour stopper la propagation d'Ebola. Et avec les compétences en management qu’elle a acquises au collège Wagner, elle veut travailler pour améliorer la vie des femmes et des petites filles quand elle sera de retour en Guinée. Donc nous sommes fiers d’être son partenaire.

Dans le cadre du programme Yali, Kadijah Diallo a suivi des cours de management à l'Université de Géorgie, dans le sud des États-Unis, avant de repartir en Guinée le 6 août. Elle revient sur le discours d'Obama et son travail au sein de l’Unicef dans son pays.

Je ne savais pas que Barack Obama allait parler de moi pendant son discours, c’était vraiment inattendu. Quand il a prononcé mon nom la première fois, je ne m’en suis même pas rendue compte, j’étais "à l’ouest". Il a ensuite demandé où j’étais, et c’est là que j’ai réalisé qu’il parlait de moi. Ça m’a paralysée. Parmi les 500 jeunes sélectionnés dans le cadre du programme Yali, seuls quatre d’entre nous avons été cités en exemple par Obama. C’est un honneur.

Dans mon pays, l’Unicef a été leader en termes de mobilisation sociale dans la lutte contre Ebola. On a beaucoup travaillé sur le terrain, avec les communautés et de nombreux partenaires, pour informer sur la maladie et lutter contre elle. Au sein de l'Unicef, mon rôle est de travailler avec les médias pour les informer au sujet du travail réalisé par l’organisation sur le terrain. Ce sont surtout les médias locaux qui importent. Sans eux, il serait impossible de communiquer avec les gens autour de la maladie et donc de l’éradiquer. [Des rumeurs au sujet d'Ebola ont longtemps circulé en Guinée, ayant parfois conduit à des agressions contre le personnel de santé et freiné la lutte contre la maladie, NDLR.]
Bien que la maladie soit en recul, la Guinée est toujours frappée par l’épidémie d’Ebola, qui sévit depuis décembre 2013. Entre 10 et 18 nouveaux malades sont découverts chaque semaine dans le pays, selon l’ONG Médecins sans Frontières. Le virus a déjà tué plus de 11 200 personnes en Guinée, en Sierra Leone et au Libera, sur 27 700 cas recensés, selon l'Organisation mondiale de la santé.


Cet article a été écrit en collaboration avec Chloé Lauvergnier (@clauvergnier), journaliste à France 24.

Source: france 24

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site