Déploiement des forces de l'ordre dans tout le pays pour empêcher l'opposition de manifester

Sans titre 25

Les forces de l'ordre guinéennes étaient déployées en masse jeudi à Conakry et dans le reste du pays pour empêcher l'opposition de manifester pour l'annulation du calendrier électoral, selon les correspondants de l'AFP et des témoins.

Dans le quartier populaire de Hamdallaye, à Conakry, un incendie près du siège du parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), a été rapidement maîtrisé par les gendarmes.

L'autoroute Le Prince, principal théâtre des récents affrontements, menant des banlieues au centre-ville à travers des quartiers populaires favorables à l'opposition, est restée fermée à la circulation depuis 07H00 (locales et GMT), de même que les marchés, dont celui de Madina, poumon économique de la ville.

Beaucoup de jeunes se regroupaient aux abords des grands axes, où un déploiement massif des forces de l’ordre était visible.

"Nous avons entendu M. Alpha Condé dire qu'il n’y a pas la moindre possibilité de modifier le chronogramme établi par la Ceni (commission électorale) comme s'il était le porte-parole de la Ceni", a déclaré à l'AFP Thierno Boubacar Sow, militant de l’opposition manifestant dans le quartier de Simbaya.

"Tant que ce chronogramme n’est pas modifié, il n’aura pas la paix ou alors, il va gouverner des cimetières", a ajouté M. Sow, en référence aux propos réitérés mercredi à Paris par le président Alpha Condé.

M. Condé, qui s'exprimait à l'issue d'un entretien avec son homologue François Hollande, a réaffirmé que la présidentielle se tiendrait en octobre, à l'échéance fixée par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), excluant implicitement l'organisation du scrutin local auparavant, comme le demande l'opposition.

A Mamou (centre), les forces de l’ordre présentes en nombre ont barré la route menant au siège du principal parti d'opposition, empêchant tout rassemblement à ce point de départ prévu pour la manifestation qui devait se terminer à la maison des jeunes de la ville, selon des témoins.

Une forte tension régnait également à Labé, principale ville du centre et fief du chef de file de l'opposition Cellou Dalein Diallo, où le marché central et les écoles étaient fermés, ainsi qu'une partie des stations-service.

A N’Zérékoré, dans le sud-est, l’opposition se mobilisait au siège de l’UGDD (Union guinéenne pour la démocratie et le développement).

En revanche, à Kankan (est), traditionnellement acquis au RPG, la situation était normale, marché, écoles et stations-service fonctionnant normalement, tout comme à Siguiri et Kouroussa, dans la même région.

A Dinguiraye et Mali, dans le nord, les militants de l’opposition étaient empêchés par les forces de l'ordre de tenir des meetings au siège de leur parti.

Source: AFP

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×