Des commissaires de la Ceni rejettent les actes posés par le groupe de Lounceny Camara!

logo-ceni.jpg

Dans une déclaration rendue publique ce mercredi 18 avril, cinq commissaire se désolidarisent des activités de la commission électorale nationale indépendante (Ceni). Depuis le lendemain de l’élection présidentielle, selon eux, la ceni est dirigée de façon unilatérale par le président Louceny Camara.

Les cinq membres soulignent que malgré les multiples mises en garde contre cette dérive autoritariste déplorable, le Président de la CENI continue sa fuite en avant.

C’est Abdourahamane Telly Touré qui a joué le rôle de porte-parole des commissaires grognards. Aujourd’hui, note-t-il, la ceni est tout simplement réduite à sa plus simple expression. « Une cellule technique mise en place par M. Lousény Camara, composée des représentants du MADT, des partenaires au développement, des partis politiques, de la mouvance et quelques commissaires, siège de façon permanente et agit en lieu et place de la plénière souveraine. Nonobstant, les dispositions des articles 5 et 6 du règlement intérieur », rouspète M.Touré.

Plus loin, Tely d’ajouter : « nous assistons maintenant impuissants à l’affectation controversée des operateurs de saisie et des agents de maintenance, au début de l’acheminement du matériel et des kits d’enrôlement des électeurs dont la fiabilité et la sécurité ont fait l’objet de réserve pertinentes de la part de l’auditeur commis à cet effet ».

Selon Tely Touré, le logiciel AFIS des kits de WAYMARK de consolidation centralisée des données et d’impression de cartes, de listes et autres documents électoraux, qui permet surtout d’éliminer les doublons et encore en phase de développement. Il se réfère en cela au rapport d’audit du 29 mars 2012.

Quant au rapport final de l’audit déposé à la ceni, il demeure, souligne le conférencier, curieusement inaccessible aux commissaires. « Nul ne sait si le transfert des données de base alphanumériques et biométriques du fichier SAGEM à pu être réalisé », s’alarme-t-il.

Poursuivant son intervention, M.Touré soutient que les conclusions du rapport préliminaire de l’audit recommandé de façon consensuelle par le dialogue inclusif font ressortir, entre autres, ce qui suit : l’insertion du dernier enregistrement dans la base des données centrale a été faite le 4 mai 2010, l’existence de 3. 801 967 enregistrées biométriques valides (photos et empreintes digitales), l’intégrité du fichier est intacte. On ignore cependant, rajoute-t-il, s’il y a une possibilité de migration des bases des données contenues dans le système SAGEM vers d’autres et vice versa.

Tout ceci voudrait dire, selon les commissaires contestateurs, que les allégations selon lesquelles le fichier est dans la nature, inaccessible et non sécurisé ne seraient que mensongères. « D’où notre inquiétude, quant à la reprise de l’enrôlement intégral des électeurs, inapproprié, injustifié et coûteux », a déclaré Touré.

Face à cette situation qu’ils qualifient de dérive, les signataires Elhadj Boubacar Diallo, Thierno Seydou Bayo , Mamoudou Diallo, Abdouramane Tely Touré et Mme Mamie Sia Tolno ont décidé de se désolidariser de toutes les activités en cours et non conformes aux dispositions légales et réglementaire jusqu’au rétablissement des conditions de fonctionnement normal de l’institution, conformément à la loi L 013 portant CENI et au règlement intérieur. Ils en appel au Président de la République, aux partis politiques et à la société civile pour leur implication dans la résolution de la crise qui affecte la Ceni. Comme Lounceny Camara, le Président de la CENI a déclaré que même si la Guinée brûle, il ne va pas démissionner, attendons de voir !

Source: Guineeinter

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×