Des ONG de défense des droits humains interpellent le Président guinéen: Condé doit faire le serment de lutter contre l’impunité

Sans titre 138

Ce 14 décembre 2015, le Président Alpha Condé prête serment pour son second mandat devant le peuple guinéen et ses invités.  Dans cette ambiance festive, il ne faudra pas oublier que de nombreuses violations des droits humains persistent dans ce pays. L’usage excessif de la force est monnaie courante en Guinée et l'impunité est devenue la norme.  Au cours de la dernière décennie, la répression des manifestations a fait plusieurs centaines de morts et des milliers de blessés. Cinq organisations internationales et locales adressent une lettre ouverte au Président guinéen récemment réélu.

Lorsqu’en mai 2015, Thierno Sadou Diallo est tué d’une balle dans le dos au cours d’une descente de la gendarmerie dans son quartier, laissant derrière lui une femme enceinte et deux enfants en bas âge, on aurait pu espérer  des autorités  guinéennes l’ouverture d’une enquête impartiale et  voir les présumés responsables de ce crime présentés devant la justice ordinaire - et pas militaire. Mais, la famille de cet homme de 34 ans, comme celles de centaines d’autres, attend encore que  justice  soit rendue, puisqu’aucune suite n’a été donnée à sa plainte. La raison – l’auteur des tirs était un gendarme.

Paradoxalement, parmi les personnes arrêtées dans le cadre de manifestations et accusées de participation à un attroupement illégal, certaines ont été jugées en quelques semaines et sont aujourd’hui en train de purger leur peine en prison. L’usage excessif de la force est monnaie courante en Guinée et l'impunité est la norme.

Au cours des dix dernières années, au moins 360 personnes sont mortes lors de manifestations dans le pays, dont 20 en 2015, et plus de 1 800 ont été blessées. La plupart des victimes étaient des manifestants, parfois de simples passants, tués par balles ou matraqués à mort par les forces de sécurité. En dépit du contexte difficile lié à la violence de certaines manifestations, rien ne pourrait justifier l’utilisation excessive de la force par les forces de sécurité, et notamment l’usage des armes à feu contre des personnes qui ne constituent pas une menace.

Le recours excessif à la force en Guinée lors d’opérations de maintien de l’ordre  a engendré trop de drames.  A ce jour, aucune enquête n’a été menée sur les violations commises à Womey (Guinée forestière) par l’armée, la police et la gendarmerie entre septembre et novembre 2014, notamment au moins six cas de viols, le pillage systématique des habitations et la contamination des sources d’eau du village.

Une plainte a été déposée devant le tribunal de N’Zérokoré au compte des femmes violées par les forces de sécurité. Elle n’a pas reçu de suite. En mars 2015, la Cour d'assises de Kankan a ajourné le procès de quatre membres des forces de défense et de sécurité accusés d'avoir tué six personnes lors d'une grève menée en août 2012 dans la mine de Zogota en Guinée forestière. Les officiers inculpés n’ont ensuite plus jamais comparu devant la Cour.

Jusqu’à présent, l’obligation de rendre des comptes pour ces graves atteintes aux droits humains a été bien mince, malgré certaines inculpations récentes liées au massacre du stade du 28 septembre, en 2009. Cette culture de l’impunité est inacceptable, d’autant que les familles des victimes bravent courageusement les risques et les difficultés administratives pour porter plainte, dans l’espoir d’obtenir justice, vérité et réparation.

La Guinée  a une histoire émaillée de violences. Ces violences sont surtout liées aux restrictions imposées à la liberté de réunion et à la liberté d’expression, ainsi qu’au recours excessif à la force par les forces de sécurité.

Aujourd’hui le peuple guinéen a soif de justice. Le président Alpha Condé qui entame son second mandat devra veiller à ce que les projets de révision du code pénal et du code de procédure pénale, en cours, soient rapidement adoptés afin de renforcer les libertés de réunion et d’expression,  de  lutter contre la torture et de  prévenir d’éventuelles  violences  aux prochaines élections locales prévues l’année prochaine. Point déterminant: la loi guinéenne doit permettre la tenue de manifestations pacifiques même si celles-ci sont spontanées.

Le président Alpha Condé a la responsabilité, lorsque des éléments des forces de sécurité commettent des violations des droits humains, de s’assurer que des enquêtes soient diligentées et que les personnes mises en cause soient présentées devant la justice ordinaire dans le cadre d’un procès équitable.

Sous la foi du serment de ce 14 décembre, des promesses électorales refont surface pour se rappeler au bon souvenir du président Alpha Condé. En effet, lors de la campagne électorale, Alpha Condé s’était engagé auprès des électeurs à  mettre fin à l’indiscipline et à la culture de l’impunité qui règnent  depuis des décennies en Guinée. Il est urgent de faire de  cet engagement une réalité.

Les organisations signataires :

1- Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT)

2- Amnesty International

3- Avocat sans frontières Guinée

4- Les Mêmes Droits Pour Tous (MDT)

5- Ligue Guinéenne des Droits de l’homme (Liguidho)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×