Deux nouveaux morts mardi dans les violences postélectorales, Cellou Dalein Diallo proteste

016112010144350000000guinee-violences.jpg

À Conakry et à Pita, en Moyenne-Guinée, deux personnes sont mortes au lendemain de l'annonce des résultats provisoires, affirme l'AFP. Cela porte à quatre le nombre de décès dans des incidents depuis lundi. Cellou Dalein Diallo a dénoncé la "brutalité sauvage" des forces de l'ordre, qu'il accuse de "s'attaquer à une ethnie".

Quatre personnes sont décédées dans des incidents liés à l'annonce des résultats provisoires depuis lundi, selon un décompte de l'AFP. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a annoncé lundi soir la victoire d'Alpha Condé au second tour contre Cellou Dalein Diallo.

Mardi matin à Conakry, un homme aurait été tué dans une altercation avec un soldat, dans le quartier de Simbya. « Il y a eu une dispute entre eux, l'homme a voulu s'échapper, et le soldat lui a tiré dans la nuque », a indiqué une source policière à l'AFP.

À Pita, en Moyenne-Guinée, un partisan de Cellou Dalein Diallo aurait été tué par balle. Il participait à une manifestation qui a dérapé en pillage de deux villas. Un voisin du bord opposé aurait ouvert le feu faisant un mort et 14 blessés d'après un membre de la section locale de la Croix-Rouge.

"Brutalité sauvage"

Ces deux décès s'ajoutent à celui de Conakry lundi, dans des affrontements entre des partisans de Cellou Dalein Diallo et des forces de l'ordre. Et celui de Dalaba (Moyenne-Guinée), survenu dans la nuit de lundi à mardi. Les circonstances de ce dernier, rapporté par des témoins, demeurent mal déterminées, mais elles impliqueraient un militaire.

Après avoir appelé au calme lundi, Cellou Dalein Diallo a demandé « aux forces de l'ordre d'arrêter d'assassiner [ses] gens, de les extraire de leurs maisons, de les emprisonner ».

« Les forces de l'ordre continuent d'assassiner et de réprimer avec une brutalité sauvage », a-t-il affirmé devant des journalistes, les accusant d'être « dressées pour s'attaquer à une ethnie (les Peuls) et aux partisans de Cellou et ses alliés ».

Le candidat malheureux devait rencontrer les autorités de la transition et en particulier le général Sékouba Konaté mardi pour lui faire part de ses demandes.

Saïd Djinnit, le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Afrique de l'Ouest a toutefois estimé mardi que la situation était « généralement calme » en Guinée malgré des incidents isolés.

Il a souhaité que les Guinéens « savourent, mardi, le moment de la fête de l'Aïd » et « attendent tranquillement la proclamation des résultats par la Cour suprême ». (avec AFP)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site