Deuxième session du comité interministériel : Guinée-Mali Mieux se concerter pour la réalisation du barrage de Fomi

Barrage fomi 300x160

La réalisation du projet du barrage de Fomi s’annonce comme un projet de grande envergure pour le Mali et la République sœur de Guinée. Ce projet de barrage à buts multiples permettra aux populations riveraines de ces deux pays de tirer le maximum de profit. Ainsi, son impact sur la vie de ces populations se mesure à des dimensions considérables.

Initialement prévue en République de Guinée,  la présente réunion vient d’être transportée au Mali pour  la simple raison de la présence du virus à fièvre dans ledit pays. Celle  de Bamako qui se tient du 7 au 10 juillet 2015 à l’ex CRES de Badalabougou a réuni les experts  des deux pays, mandatés pour la mise en œuvre de ce projet. Les travaux  de ladite session ont été précédés par une cérémonie d’ouverture, co-présidée par le Ministre malien de l’Energie et de l’Eau Mamadou  Frankaly Keita et le représentant du ministre guinéen  de l’Energie et de l’Hydraulique M. El Hadj Bandian Doumbouya et  celui du secrétaire exécutif de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) Hilaire Doffou.

En effet, durant les trois (3) jours,  les experts passeront en revue les Termes de Références (TDR) relatifs au cadrage, à la modélisation hydrodynamique et au développement d’un modèle des services écosystémiques et de subsistance dans le delta intérieur du Niger. Egalement,  il a été question de la présentation du programme BAM-GIRE et du cadre de sa mise en œuvre ; la signature d’un acte conjoint de nomination des membres statutaires du comité interministériel de concertation : Guinée-Mali et l’élaboration d’un plan d’action et de modalités de fonctionnement du secrétariat permanent  du comité interministériel.

Le Représentant du ministre guinéen dans son intervention n’a pas manqué de situer la présente rencontre  dans son contexte. Il s’est agi de passer en revue le contexte et les enjeux dudit projet, conformément au dernier développement du processus  de mise en œuvre amorcé par la Banque Mondiale et l’Autorité du bassin du Niger. Les experts se sont aussi penchés sur l’adoption d’un plan d’action opérationnel pour le secrétariat permanent du comité interministériel de concertation.  El Hadj Bandian Doumbouya a également souligné  l’état  de l’ensablement du fleuve Niger.  Tout en déplorant les contraintes qui constituent le blocage de la mise en œuvre du projet du barrage de  Fomi, le représentant du ministre guinéen dira : «  Il est donc urgent que l’on évalue tous les facteurs de blocage, que l’on se remémore de tout ce que nous avons perdu, pour prendre à bras le corps toutes les opportunités qui nous permettraient d’avancer. » Poursuivant, le représentant du ministre guinéen  souhaite que le Mali et la République de Guinée soient à l’avant-garde de ce combat, puisse que cela va de l’intérêt de leur peuple.

Emanent de la volonté des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Autorité du bassin du Niger, la construction du barrage de Fomi contribuera  à réguler le régime du fleuve Niger ; à accroitre la production hydroélectrique ; à sécuriser la production agricole y compris pendant la contre saison dans un contexte de changement climatique et de la variabilité pluviométrique ; d’assurer une interconnexion des réseaux électriques avec les pays voisins au bénéfice de l’intégration africaine pour un développement durable etc. Après avoir  salué l’engagement des deux chefs d’Etat, à la faveur de la réalisation de ce projet, Mamadou Frankaly Keita a rappelé  les liens  séculaires qui lient  nos deux peuples, par la reprise de cette citation du président feu Hamed Sékou Touré : «  la Guinée et le Mali, ces deux poumons d’un même corps. » Quant à la présente réunion,  dira le ministre, elle a permis de faire le point du niveau d’avancement du dossier du projet Fomi ; de définir les modalités pratiques de fonctionnement du secrétariat permanent du comité interministériel etc.

A titre de rappel, cette volonté des chefs d’Etat a été traduite par la signature d’un protocole d’accord portant la création d’un comité interministériel de concertation Guinée-Mali.  Celle-ci a été suivie d’une première rencontre de ce comité, tenue en juin 2014 à Bamako. Celle-ci avait permis d’adopter le règlement intérieur du comité interministériel de concertation du projet Fomi ; d’adopter la décision portant attributions, composition et fonctionnement du secrétariat permanent du comité. Aussi,  cette première réunion avait permis de valider les Termes de référence des études portant l’actualisation de la faisabilité, la réalisation des études d’avant-projet détaillé et la feuille de route des études du projet du barrage de Fomi.

 

Diakalia M Dembélé

Source: L'Informateur

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×