Ebola : "l'urgence sanitaire renforcée" en Guinée et en Sierra Leone prorogée au 30 juin

Ebola map v2 fr

La Guinée et la Sierra Leone ont décidé de prolonger "l'urgence sanitaire renforcée", déclarée en mars dernier, jusqu'au 30 juin, annonce un communiqué officiel publié samedi. Cette décision a été prise par les les chefs d'Etat guinéen Alpha Condé et sierra-léonais Ernest Bai Koroma vendredi à Gbalamouya, localité de la sous-préfecture de Pamelap, proche de la Sierra Leone, qui voulaient "harmoniser leurs points de vue dans la mise en oeuvre d'une stratégie de renforcement et d'extension des mesures" de lutte contre le virus Ebola.

Des mesures prises dans le cadre de l'urgence sanitaire renforcée sont contenues dans un protocole d'accord signé le 26 mars dernier entre les deux gouvernements, qui ont constaté que " le goulot d'étranglement de la riposte reste le faible engagement des populations et des autorités dans certaines localités des deux pays".

En Guinée, les préfectures guinéennes concernées par cette déclaration d'urgence sanitaire renforcée sont situées dans la région de la Basse Guinée, à savoir Forécariah, Coyah, Dubréka, Boké, Kindia, Boffa, Fria et Conakry.

Les mesures comprennent la fermeture temporaire des services hospitaliers et cliniques privées au sein desquels des cas d'Ebola ont été déclarés. Les malades qui y sont déjà présents doivent rester sur place et des mesures seront prises pour assurer leurs soins et leur alimentation.

"Les autres structures de soins qui n'appliquent pas les mesures de prévention doivent être également fermées", selon les autorités des deux pays.

"Tout guérisseur ou tradithérapeute qui ne référera pas des cas suspects d'Ebola aux structures sanitaires spécialisées sera poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui", assurent les autorités.

Ces mesures portent aussi sur le renforcement des enterrements dans la zone couverte par l'urgence sanitaire renforcée par la Croix-Rouge ou la Protection Civile, dans le respect de la dignité humaine.

Les personnes, qui "cachent des malades ou déplacent des corps d'une localité à une autre seront considérées comme des criminels qui propagent la maladie et poursuivies conformément à la loi pour mise en danger de la vie d'autrui", menacent les autorités.

Des mesures exceptionnelles de restriction de mouvement seront appliquées aux localités abritant des contacts.

Source:Xinhua

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×