Ebola : le PNUD appelle à agir pour éviter un effondrement économique régional

Images 308

Au début d'une visite de 10 jours dans les pays les plus touchés par l'épidémie d'Ebola (Guinée, Sierra Leone et Libéria), un haut responsable du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a déclaré lundi qu'il fallait tout faire pour que cette crise sanitaire ne devienne pas une crise socio-économique régionale.

« Cette crise sanitaire dévastatrice détruit des vies et des communautés. Elle porte également atteinte aux économies nationales, détruisant les moyens de subsistance et les services de base, et elle pourrait anéantir des années d'efforts pour stabiliser l'Afrique de l'Ouest », a déclaré ce responsable, Magdy Martinez-Soliman, qui est Directeur du bureau du PNUD pour la politique et les programmes de soutien.

« Alors que nous travaillons ensemble pour mettre fin à l'épidémie, il est maintenant temps de s'assurer que ces pays puissent également continuer de fonctionner et rapidement se remettre sur pieds », a-t-il ajouté. La Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, qui souffrent déjà des plus bas niveaux de développement humain dans le monde, avaient pourtant émergé d'années de guerre civile et d'instabilité politique et avaient commencé à faire des progrès encourageants.

La croissance du PIB en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria a diminué de 2 à 3%. Ces pays devraient perdre au total 13 milliards de dollars, à cause notamment des salaires perdus et de la baisse de productivité dus à l'épidémie.

L'épidémie a également un impact sur les services sociaux dans la région. En Guinée, les écoles primaires et secondaires et les universités sont fermées. Au Libéria, la couverture vaccinale a diminué de 50% au cours des premiers mois de l'épidémie.

La sécurité alimentaire a également été touchée, avec moins d'hommes et de femmes capables de planter et de récolter. En conséquence, le prix du riz a augmenté d'au moins 30% en Sierra Leone, et en Guinée la production nationale de riz est déjà en baisse de 10%.

Lors de sa visite, M. Martinez-Soliman doit se rendre dans des centres de traitement d'Ebola et des sites accueillant des projets du PNUD. Il doit aussi rencontrer des représentants du gouvernement et d'autres institutions impliquées dans la lutte contre l'épidémie.

Fin septembre, l'ONU a intensifié ses efforts pour mettre fin à l'épidémie en établissant la Mission des Nations Unies pour l'action d'urgence contre Ebola (MINUAUCE).

Les efforts du PNUD sont axés sur un relèvement rapide. L'agence onusienne est en train de remanier ses programmes dans les trois pays les plus touchés pour se concentrer sur la crise, déployant 47 employés supplémentaires et travaillant en étroite collaboration avec les gouvernements pour renforcer leur capacité à faire face à la crise.

Le mandat du PNUD est triple : accroître l'information et la participation communautaire; améliorer l'accès aux services de base; et former les services de police et de sécurité à prévenir la propagation de la maladie. Le PNUD travaille également avec des partenaires au plus haut niveau pour négocier l'accès humanitaire et mobiliser l'attention et les ressources autour de la crise.

Centre d'actualités de l'ONU

Source: PR NewsWire

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×