Faut-il contrer Condé ?

La Cour Suprême de Guinée, ayant estimé que la CENI avait bien fait son travail, a désigné logiquement le vaincu de l’élection présidentielle : El Hadj Mamadou Cellou Dalein Diallo. Surprise ou choc ? Ce qui est choquant c’est de voir que certains soient surpris. Il n’y a jamais eu de suspense en Guinée. Nous ne sommes quand même pas en Côte d’Ivoire…

A l’extérieur de la Guinée tout a été fait pour favoriser Alpha Condé. Gandhi, un citoyen guinéen a, avec pertinence, décrit le comportement de ce qu’on appelle la Communauté Internationale :

 « … dans une interview récente à Jeune Afrique du 18 novembre, le Président de la Commission de l'Union Africaine, Jean Ping, fait un lapsus particulièrement révélateur : « l’essentiel est que l’UA arrive à faire de la Guinée un exemple sur le continent, avec une élection démocratique qui conduit au pouvoir un opposant historique, Alpha Condé »…

Mais il en remet de manière inadmissible une couche en disant que « des contestations peuvent avoir lieu, à condition qu’elles ne faussent pas la sincérité des élections ».

Pour ma part, je ne crois pas en un soi-disant « antifoulanisme » d’une quelconque institution internationale. Ce sont, en partie, les relations de Lansana Kouyaté au sein de la CEDEAO et de la Francophonie où il a longtemps sévi qui ont pesé lourd sur le processus électoral guinéen. Au-delà de leurs missions officielles, les fonctionnaires internationaux se cooptent généralement.  Battu au premier tour, l’ex-PM a, dans l’espoir d’être payé en retour, tout simplement fait bénéficier à Alpha Condé son propre lobby.

Cependant, à l’intérieur de la Guinée rien n’a été ménagé pour défavoriser Cellou Dalein Diallo. En la circonstance l’« antifoulanisme » du complexe « militaro ethnique » de transition a été déterminant. Vu sous cet angle du « tout sauf un Peuhl », même une Saran Daraba aurait pu battre Cellou !

Est-ce pour autant une raison de dédouaner l’« Alliance des Bâtisseurs » ? Pas du tout ! Quelquefois l’extérieur propose, mais c’est souvent l’intérieur qui dispose. Les organisations extérieures conseillent, recommandent, assistent ou financent mais forcent très rarement ! Cellou s’est laissé cerné par les Généraux Traoré (du Burkina Faso), Cissé (du Sénégal) et Sangaré (du Mali) sans rien dire. A l’intérieur, Cellou n’a rien trouvé de mieux que de placer toute sa confiance en Sékouba Konaté qui a pourtant montré très tôt sa préférence.

Au final, l’ « Arc » de Condé a tout fait pour gagner et l’ « Alliance » de Cellou a tout accepté pour perdre. Dès lors, faut-il s’acharner sur les simples conseillers « alimentaires » de Cellou uniquement ? Ce serait injuste. Le principal responsable de l’échec de Cellou est Cellou lui-même qui, pour n’avoir pas su écouter ceux qu’il fallait écouter, a perdu la guerre de l’image. Il faut avoir l’honnêteté de le dire. Ensuite, on pourra situer des responsabilités secondaires, etc.

Revenons sur ce qui s’est passé. C’est regrettable !

Cellou avait-il le plus important potentiel électoral ? Oui ! Mais Cellou n’a pas insisté pour obtenir un recensement plus complet. On a, par exemple, ignoré l’immense majorité des Guinéens à l’extérieur, notamment au Sénégal.

Avec un recensement même partiel, Cellou avait-il des chances de gagner ? Oui ! Il aurait même gagné dès le 1er tour. Un second tour étant une autre élection, pourquoi l’a-t-il accepté  et permis à son adversaire de se doper électoralement ? Seul Cellou le sait.

La victoire d’Alpha Condé est-elle légale ? Oui ! La Cour Suprême s’est prononcée. Ce qui est légal n’est pas nécessairement juste. Alpha Condé, soutenu par une « Internationale socialisante », n’a pas été élu brillamment mais bruyamment, ce qui a causé des violences durement réprimées. Cellou a reconnu publiquement sa défaite, perdant une occasion de se taire. Pourquoi devrait-on être plus « cellouiste » que Cellou ?

Voyons ce qui peut se passer. C’est inquiétant !

Cellou est-il fini ? Seul Cellou le sait. Pour le moment il est touché mais pas encore coulé ! S’il se couche, il coule. Tout le monde, y compris Alpha Condé et ses partisans, sait qu’on l’a triché. Alpha Condé s’est toujours considéré comme victime historique de tricheries lors de scrutins antérieurs. Il sait donc ce que c’est que d’être triché. Devrait-on réparer une injustice par une autre ? Ne devrait-on accéder à la présidence de la République qu’après avoir été triché au moins une fois ?

 C’est  effarant d’entendre des balivernes du genre : «  Alpha est opposant depuis X années ; il a été emprisonné pendant Y mois ; il a été triché Z fois ; il n’a jamais géré quoi que ce soit, etc. » ou  «  Cellou est jeune ; ce n’est pas normal de gagner au premier essai, etc. »

Cellou devrait se préparer dès maintenant pour le « 3ème tour », à savoir les législatives afin de s’imposer comme le véritable chef de l’opposition. Son parti ayant une implantation nationale, il doit veiller à ce qu’il ne soit pas perçu comme un parti de Peulhs. La communication est très importante car elle détermine la manière dont on est perçu par les électeurs.

Permettez moi d’enfoncer le clou car c’est très important. Le sentiment de perception est plus important que celui de l’appartenance. Dès qu’une organisation (quelle qu’elle soit) est perçue comme étant fondée sur des critères comme la langue, la religion ou le sexe, par exemple, elle ne pourra même pas regrouper tous ceux qui en remplissent les conditions d’adhésion et, pire, elle rebutera celui qui estime qu’elle ne tient aucun compte de ses intérêts.

Dans cette perception, le facteur régional n’a pas l’importance qu’on veut bien lui attribuer en Guinée. Le régionalisme n’est qu’un rhume pour notre pays alors que l’ethnocentrisme constitue son cancer. Je m’explique. Cellou n’a pas perdu parce qu’il est originaire du Fouta mais, en partie, parce que perçu comme étant Peulh. Il serait né à Siguiri et serait prénommé « Mamady », le résultat n’aurait probablement pas changé. Alpha Condé n’a-t-il pas perdu  à Boké, sa ville de rattachement ?

Cela dit, faut-il maintenir l’ « Alliance des Bâtisseurs » ? C’est mon souhait. J’avais voté pour elle et si c’était à refaire, je ferais le même choix, non pas par sectarisme mais par réalisme. J’avais dit que si Cellou était élu, il serait mon président et que si Alpha était élu, ce dernier serait mon président. La campagne électorale est terminée et le « jeune président » de mon pays étant Alpha Condé, celui devient ipso facto mon président. Comme le dit si bien le Dr Thierno A Diallo, pourquoi nier l’évidence ?

Dans ces conditions, faut-il contrer Condé ? Je réponds par non ! Il ne faut ni le contrer ni le contrarier. Il faut être responsable et être honnête avec soi-même. Il ne faut pas que l’entêtement stérile pousse les partisans de Cellou à faire du n’importe quoi. Il est « battu » mais pas écrasé. Il ne faut jamais écrire ou parler lorsqu’on est en colère. Quand on est énervé, on perd la tête et lorsqu’on n’a plus sa tête, on perd pied et on tombe. Ne soyons pas en colère et, au lieu de bâtir « un mur des lamentations », observons avec vigilance ce que va faire Alpha Condé pour mettre en application les 6 axes prioritaires tirés de la bible de son « Alliance Arc-en-ciel »:

 

-         unité nationale dans le respect de la démocratie et des libertés fondamentales ;

-         autosuffisance alimentaire

-         école et santé pour tous, avec prise en charge des enfants et des femmes enceintes

-         développement basé sur l’agriculture et la transformation du secteur informel productif

-         programme de réformes structurelles en partenariat avec tous les secteurs d’activité

-         encourager l’investissement étranger.

-          

Que c’est beau sur le papier! La réussite des seuls 3 premiers axes ferait de la Guinée un paradis.

Dans ces conditions, faut-il souhaiter (comme certains naïfs) la réussite d’Alpha Condé ? La question est fondamentale et recèle un terrible piège parce que très mal posée. Si Alpha Condé est sincère et veut effectivement appliquer son programme des 6 axes, il faut prier pour sa réussite. Si par contre, ce programme n’est qu’un alibi et qu’Alpha Condé veut faire autre chose d’inavouable, alors prions ALLAH de l’en empêcher.

Je ne fais pas de procès d’intention à Alpha Condé mais tout ce qu’il a dit pendant la campagne électorale et après la proclamation des résultats est inquiétant. On ne peut pas se déclarer président de tous les Guinéens et continuer à les diviser. Quand il s’attaque aux commerçants, il faut décoder son langage. Le vocabulaire a un sens particulier en Guinée. Quand on parle de la Basse Guinée, on pense d’abord aux Soussous (en oubliant les Peulhs, Bagas, Nalous, Landoumas, etc.) ; quand on fait référence au Fouta, on ne pense qu’aux Peulhs (pourquoi pas les Coniaguis, Bassaris, Badiarankés, Soussous, Malinkés, etc.) ; qui dit Haute Guinée ne pense d’abord que Malinkés alors que cette région est ethniquement hétérogène ; les Kissis, Tomas et Guerzés seraient-ils les seuls Forestiers ?

De la même manière, quand on parle des commerçants en Guinée, qui peut dire qu’il ne pense pas exclusivement aux Peulhs. Pourtant tous les commerçants ne sont pas Peulhs et tous les Peulhs ne sont pas commerçants. Dans le contexte guinéen, lorsque Alpha Condé stigmatise les commerçants, il vise spécifiquement les Peulhs, responsables à ses yeux de tous les malheurs du pays ! Peut-il nous prouver le contraire ?

Personne ne doit empêcher Alpha Condé de gouverner mais personne ne doit accepter qu’il nous mène au chaos. Or, tout porte à croire qu’Alpha Condé est fatigué avant même de commencer son travail. Ne s’est-il pas constitué lui-même otage de l’armée en étant pour celle-ci ce que fut Komara pour Dadis ? Il serait actuellement en permanence au camp Samory, non pour choisir un képi, encore moins pour « désangbansaliser » l’armée mais pour sa propre protection. Ne serait-il donc pas en sécurité au sein des « masses populaires qui l’ont démocratiquement élu » ?

Alpha Condé n’est peut-être pas que fatigué. Et s’il était déjà en faillite, parce que moralement surendetté ? En effet, il a trop promis et on verra comment il va constituer son gouvernement avec tous les rapaces qui l’entourent. La Guinée, abusée par sa propre armée, apparaît ruinée, ses caisses sont vidées, ses contrats minés ( surtout les contrats miniers !), son tissu social abîmé, ses travailleurs fatigués, ses chômeurs affamés, ses diplômés désespérés, etc. Je veux bien voir comment «Son Excellence le Pr. Alpha Condé, Président de la République de Guinée » qui a tant de manioc sur la planche va résoudre certaines « contradictions fondamentales » du pays qu’il a toujours rêvé de gérer.

J’espère que notre Président va inviter tous les Guinéens, pas pour fumer le calumet de la paix, mais pour boire, sans discrimination, le « sadigbè » de la réconciliation.

 

Je vous salue.

 

Sens des termes utilisés :

antifoulanisme : haine des Peulhs de Guinée

désangbansaliser : éliminer le caractère ethnique

sadigbè : bouillie simple de céréales, généralement de riz

 

Ibrahima Kylé Diallo, responsable du site www.kylediallo.info

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site