GUINEE : LE RENDEZ-VOUS DU 19 SEPTEMBRE 2010- POUR QUI VOTER?

Jusqu'ici, je m'étais fait un devoir de ne pas jouer au militant ardent pour la cause de tel ou tel candidat guinéen engagé dans l'élection présidentielle entamée le 27 juin dernier. Ai-je adopté cette position parce que je me sentais au-dessus du Guinéen moyen? Assurément pas du tout. Mais j'ai constaté, qu'en dehors des mimétismes théâtraux , l'introduction du multipartisme politique en Guinée au début des années 1990, n'a pas, globalement, conduit les leaders politiques, toutes tendances confondues, à entreprendre de sérieux efforts pour asseoir dans la conscience des Guinéens, ce que pouvait être une vraie nation guinéenne.

La course au pouvoir n'a semblé consister qu'en se rabattant sur les siens,sur son ethnie, laissant sous-entendre qu'une fois au pouvoir, leurs problèmes, tous leurs problèmes trouveraient solution. Cette tendance s'est d'ailleurs vérifiée, en dehors des partis politiques, dans de nombreux services publics où se retrouvaient concentrés, du Directeur au planton, des originaires de la même région. Cette réalité a conforté et renforcé l'implantation de « partis ethniques » que du reste, j'avais défendu, un moment, comme étant le point territorial d'extension sur l'espace géographique national. Mais le ronron endogamique n'a vraiment pas favorisé cette extension et l'implantation du multipartisme politique depuis 1992,n'a pas inversé le cours des choses. Très peu de partis « anciens » y ont échappé mais Sidya Touré a annoncé assez tôt sa « transversalité ».Les crispations poussées entre Guinéens résultent de cette évolution. Alors n'étant pas engagé dans la politique active, j'ai pensé que quelques Guinéens comme moi, pouvaient, malgré leurs faibles moyens, tenter de dire, par écrit, à d'autres qu'ils appartiennent à la même maison, la Guinée et qu'il faut cultiver la solidarité et la fraternité , qu'il ne faut pas se focaliser sur des détails de comportements, dans cette maison pour l'avenir des jeunes générations. C'est pour cette raison que mes écrits n'ont été consacrés qu'à l'entité de la nation guinéenne. Si j'ai, parfois critiqué très fortement les anciens Présidents , c'est au regard de ce qu'ils ont laissé de concret pour ces jeunes générations. Les sociétés humaines ne vivent pas sur de belles intentions proclamées des décennies durant et jamais réalisées mais sur du concret bâti. C'est l'absence totale de ce concret qui conditionne toute la donne guinéenne d'aujourd'hui.

Après l'équipée du premier tour d'élection présidentielle menée par 24 candidats. Il n'en reste plus que deux finalistes : Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo qui ont regroupé autour d'eux par des alliances presque tous les autres. Pour chacune et chacun des Guinéens, il faut,à présent, faire un choix. Dérogeant à l'attitude de neutralité que j'ai adoptée jusqu'ici dans mes écrits,je dois choisir. Pour cela, j'ai lu et relu les programmes et les comportements en présence comme chacun a dû le faire. Je ne vais donc pas procéder, ici, à l'examen d' un tableau synoptique et comparatif de ces programmes.

La réunion d'éléments hétéroclites composant l'Association de l'Alliance Arc-en-ciel, autour du RPG d'Alpha Condé ne m'apparaît que comme une association de circonstance, pour le temps d'une élection mais sans lendemain solide.

 

Trop de choses désagréables ont été dites récemment et réciproquement aux uns et aux autres pour qu'on puisse voir cette alliance, impulser collectivement une politique de changement durable. Ce qui était possible dans le cadre d'un système de parti unique ne peut pas l'être dans le cadre d'une telle alliance. Alpha Condé a beau expliquer, par ailleurs que c'est par souci de pardon et de réconciliation qu'il était allé se recueillir sur la tombe des deux premiers Présidents, je n'ai pas été convaincu. Ce geste, un détail, diront certains, a été une énorme faute politique, annonciatrice d'autres fautes à venir, s'il était élu. Il y a des détails qui peuvent compter même dans un programme apparemment bien ficelé. Sur ce geste, je demeure dubitatif sur la comparaison faite sur le Grand Mandela et la réconciliation en Afrique du Sud. La démarche de réconciliation entreprise par Mandela n'a aucune espèce de point de comparaison avec la situation de notre pays. Le régime de l'apartheid était en place avec tout son arsenal de guerre quand le grand dirigeant de l'ANC a accedé au pouvoir. En Guinée d'aujourd'hui, en dehors des fantasmes et des rumeurs, il n' y a qu'un mythe Sékou Touré et Lansana Conté. Ignorer cette réalités à des fins électoralistes, est en soi un élément de décrédibilisation de celui qui s'inscrit dans une réhabilitation de ces fantômes.

Mentionner ces faits ne constitue nullement une intention d'entretenir une haine contre les deux anciens Présidents. La plupart des Guinéens souhaitent la pardon et la réconciliation et la fin de la sempiternelle dénonciation de notre lourd passé. Pardon et réconciliation sont des valeurs de nos sociétés traditionnelles. Un candidat pouvait donc parfaitement annoncer qu'une fois élu, il contribuera à la tenue d'une Conférence nationale de réconciliation entre l'Etat guinéen et les citoyens pour une société apaisée. Un Président élu qui serait allé se recueillir sur la tombe de ses prédécesseurs, en prélude à une Conférence apaisée, s'en serait sorti plus grandi que le candidat qui fait ce pélerinage pour glaner quelques voix d'électeurs. C'est ce qu'on appelle la quête frénétique du pouvoir et cela a rarement donné de bons résultats.

Je me décide à voter pour Cellou Dalein Diallo de l'UDFG; Avec la tranversale UFR de Sydia Touré, la NGR d' Abé Sylla qui partage une vision similaire de la politique et Soumah, cette équipe plus compacte me semble plus apte à entreprendre un aggiornamento politique. Cellou Dalein Diallo n'est pas le diable qu'on veut nous dépeindre. J'ai eu l'occasion de discuter longuement , une fois avec lui au téléphone. C'est l'impression d'une certaine humilité de l'homme que j'ai reçue. Avec Sidya Touré et Abé Sylla, je pense qu' ils seront loin de l'image qu'on colporte à leur sujet. C'est donc sans état d'âme mais pour la Guinée que je vote et souhaite qu'on vote massivement pour Cellou Dalein Diallo.

 

Ansoumane Doré Dijon (France)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site