Guinée : Pour une transition réussie, des femmes et hommes integres.

A la phase de la vraie transition, les patriotes qui croient réellement au changement ont leur place. De ceux là, Dr. Sow, un homme intègre, éducateur et personne de référence est pietiné depuis des decennies, parce que victime de ses convictions jurant non negociables l’ère de la démocratie et de la bonne gouvernance.

A ce stade du combat, les piliers de la democratie, pour être solides et suffisants, le champ de la construction doit connaître des ingenieurs de la carrure et de l’option de Dr. Sow. A ce nom célèbre et revelateur, doivent être joints ceux de pionniers comme Dr. Sy Savané de Rouen, Dr. Ansoumane Dore, Mesdames Néné Aye Barry de Suisse, Dr. Bangoura Dominique, Dr. Thierno Monenembo, Dr Faya Millimouno, Abdourahamane Barry de Phila, Ani Touré ..., A ajouter aussi des elements jeunes et énergiques de l’étoile de Mouctar Diallo...

Avec cette opportunité donnée à la classe politique, il y a lieu pour elle d’être plus réaliste en faisant de cette lutte traditionnelle de la promotion individuelle une histoire des temps improductifs. La Guinée d’aujourd’hui doit être à la recherche de sa stabilité et du leadership sous-regional. Cette ambition, avec son capital humain, si bien sur il était valorisé, est belle et bien achevable.

C’est aussi le temps de se prononcer pour des alliances sincèrement et pratiquement muries, pour que vive pour la premiere fois la Guinee, encore sa stabilité et la prosperité de ses enfants, vivant depuis un demi-siecle en veritables fils de parents pauvres.

Un million de partis politiques n’ameneront personne nulle part, surtout que le poste de President de la Republique est loin d’etre bicephale. Un seul president pour un temps, est une raison suffisante de realisme. Cette Chine de candidats et de partis politiques, vous le savez plus que moi, n’a rien de patriotique et meme de meritoire ; à part le theatre politique dont elle donne l’impression, la substance fuyant a’ toute enjambee une telle association. Il y a lieu pour la classe politique de cesser de rever ; ou si elle doit rever, il faut qu’elle reve avec les yeux ouverts.

Ce manque de pragmatisme n’a fait que des victimes « inconscientes » dans nos rangs et depuis trop longtemps. Si elle avait ouvert les yeux, la classe politique bien sur’, aussi bien elle, le pays et nos populations seraient loin du brouhaha politico-economico-social de nos jours.

De cette perte constante, où est la lecon ?

Avec la présence sur les lieux d’une « philosophie » nouvelle, venue avec un interlocuteur nouveau, aujourd’hui est le temps de la nouvelle école. Il y a lieu de fermer la porte et toutes les portes de l’irréalisme dans nos camps, dans nos champs et sur le champ.

Le clair choix est l’appartenance à la nouvelle mouvance des idees réalistes. A défaut, il faut faire ses bagages hors de la politique Guinéenne assoiffée de renaissance.

Pour le jeune Général « reformiste », les félicitations viendront quand les rêves deviendront réalité.

En attendant, ceux qui ont le temps des erreurs n’ont qu’à vivre dans le cadre de leur politique basée sur l’echec. La Guinée et les Guinéens du progrès et des avancees tangibles eux, se demarquent, parce qu’ils sont réalistes et doivent vivre de lendemains meilleurs.

Félicitations à tous les patriotes de tous les camps, y compris l’armée, la classe politique, les syndicats, la société civile et le peuple.

Vive la solidarité et le pragmatisme pour une Guinée reconciliée et vibrante.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×