Hommage à la beauté ! un poème de Saïdou Nour Bokoum

Image 36

Je suis belle et guinéenne

Je suis belle et guinéenne

J’ai la tête bien pleine

Comme elle est faite

Reine comme Bilquis

Soumise au prophète roi

Tombeur d’Iblis roitelet des Ifrits

Est-ce sage d’avoir le cœur en fête

Quand autour j’entends

Tant de croassements de vautours

De leurs ailes battant comme tambours

« Baoulé  la reine est morte : »

La rivière comme la Mer rouge

Du sang des prophètes

Moi petite mortelle

Encore à l’âge de la marelle

Nourrie de pastorales

De souvenirs bucoliques

De morelles cueillies au pied de la dame

Enigme transhumaine

Figée dans le roc lors de l’éternelle transhumance

Ame damnée dit la légende

Le regard rivé à quelle Innommable beauté

Nulle part entrevue de ce peuple sans trace ni race

Eternel nomade ivre de ce vain miroitement

Teint « light » de cette impossible note de jazz

Round midnight avec ce cinglé de « Bird »

O résurrection de ma sœur cette folle Billie

Livrée au vin aux vertiges de ce miroir sans tain

Lot des génies qui hantent les flots du château d’eau

De cet étrange lopin de Dieu où tombent des trombes d’eau

Qui noient les masures oubliant de tomber des robinets

Chutant dans les tombes

Voum Rôô dit le grand phénix flamboyant

De sa négritude du haut de ses turpitudes

A transvalué l’Ebène aux ailes multicolores

Du fabuleux « Vovondréo »

Qui m’a sauvée du « monstre Trimobe »

De mon enfance

J’entends la douce et amère voix

De ma mère

« Ko mbaloudha niamoûdè

Kirimban

Ko nialloudh niamoudè

Kiribam”

L’écrit est vain dit l’un

La parole est un monde dit l’autre

Je suis belle et guinéenne

J’ai la tête bien pleine

Comme elle est faite

O je n’ai pas la tête à la fête

Mais qui suis-je pour blâmer

Les fêtards pétards en trompette

Pour passer le blues et le spleen

Des blédards rendus zonards

Réduits à la castagne

Rasant les murs des châteaux en Espagne

Surgis de la mangrove

Prospérant dans la fange des rapines

Qu’importe si ça groove into my heart

Il suffit je suis belle je suis Miss

Et c’est ma mission

Sortie des sous-sols

Sauvée des Caves en manque de faciès

Tout s’efface place à La Face

De Qui a fait dire

Dieu est beau Il aime la beauté

Je suis fière d’une Guinée sans frontières !

Wa Salam,

Saïdou Nour Bokoum

www.nrgui.com Nouvelle République de Guinée

PS Hommage :

1) à miss Conakry, Halimatou fille de notre Doyen Boubacar Diallo professeur à l’université d’Abidjan et de ma cousine Safiatou Thiam, sage-femme entre Abidjan et Clinique Ambroise Paré

2) Fatim Bokoum (Gogo), fille d’El Hajj Boubacar ( !) Bokoum miss Amérique 2010) ; je suis doublement croulant devant ces beautés : l’une est ma nièce, l'oncle est fier, l’homme soupire.. j’aurais pu kiffer la seconde, mais la horde de riches prétendants. Bien, y a-t-il une Hajja pour prier derrière un imam officiant dans une petite Kaaba imaginaire ? Alors à vos chapelets !

 3) naturellement, vous pouvez zapper le poème qui est loin d'être lumineux..

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×