La Guinée est un scandale "humain".

Par analogie à la fameuse phrase générique qui dit que la Guinée est « un scandale géologique », il faut plutôt dire que notre pays est un scandale ’’humain’’-tueries du PDG mises à part-: un pays, c’est la qualité des hommes et femmes et non son sous-sol !  C’est une évidence pourtant éludée par tout le monde.   En effet, lorsque nous observons comment des cadres bardés de diplômes (en théorie) et ce qui est considéré comme l’intelligentsia guinéenne se fourvoient, conspirent sur des bases communautaristes et contribuent à détruire ce Pays en effilochant sciemment le tissu social et en dilapidant nos ressources minières et humaines (en provoquant la fuite des cerveaux et des gens intègres),

l faut avouer que tous nos malheurs ont une source unique et inavouée : l’esprit et la mentalité de la première république qui a forgé ‘’l’Homme nouveau’’ qui ne veut pas mourir en beaucoup d’entre nous.  La lecture de la politique guinéenne aujourd’hui montre à quel point et l’ampleur des dégâts causés par les séquelles du mal instillé à haute dose de propagandes ‘’révolutionnaires’’, parricide et patricide.   Voici ci-dessous, certains exemples –vérifiables- pour illustrer mes propos.

Les témoignages de probables narcotrafiquants à la barre, en ce moment, et ceux de hauts fonctionnaires montrent à quel point la Guinée est déliquescente : comment un illettré (ex chauffeur de la patronne de la Douane) soi-disant représentant d’investisseurs américains vendant à la fois du riz, sucre, autres denrées alimentaires et en même temps des avions (sic) a pu être pris au sérieux par le gouvernement Souaré au point de l’inviter officiellement -selon lui par Lansana Conté- et mettre des véhicules ‘’VA’’ à sa disposition ? 

Un autre exemple : un pays où des hommes politiques, il y a une année prônaient que la loi fondamentale amendée soit promulguée par « ordonnance », une fois de l’autre côté de la barrière se découvrent des vertus ‘’légalistes’’ en réclamant de façon démagogique un referendum qui permettrait de rester plus longtemps à la mangeoire (au gouvernement).  Celui qui est improprement appelé « Président de la République » au lieu de Chef de l’Etat de facto n’est pour commencer pas légal, même s’il a acquis une relative légitimité par ses comportement et attitude ; le CNT n’est pas issu de la volonté du peuple, le gouvernement Doré émane des Forces vives autoproclamées représentants des Guinéens :  avec toutes ces irrégularités constitutionnelles dont la légitimé même du PM, comment ce dernier peut  exiger une consultation des Guinéens maintenant par un referendum alors qu’ils ont été ignorés tout au long et par les ‘’accords’’ dits de Ouaga?  Voila la logique tordue de certains cadres, motivés par la  vénalité ! Et ils constituent, hélas, la majorité de l’administration guinéenne. 

Quant aux candidatures pour la présidentielles : des personnes qui n’ont ni exercé dans l’administration ni occupé des postes de responsabilité ou milité dans une ou des associations ou encore, certains qui ont déjà  montré leurs limites se croient capables malgré tout de diriger un pays aussi compliqué que notre Guinée dans ce contexte mondial très défavorable. Quelqu’un qui ne connait même pas ses propres limites ne peut vouloir le pouvoir que comme une fin en soi et non comme un moyen : il/elle veut mettre le pays à sa disposition pour son plaisir personnel et son ego.

Quant-au MATAP : les différents ministres ont failli à leur mission en n’exigeant pas que les demandes d’agrément pour constituer un parti politique répondent aux critères déjà existants en démontrant leur représentation géographique nationale ; et maintenant ils n’ont d’autres choix que d’user de l’arme de la caution pour limiter le nombre de postulants ; autrement ingérable.  Voila encore un autre exemple d’incompétence ‘’rédhibitoire’’ pour le progrès de la Guinée.  Sans parler de ces cadres académiquement instruits -et qui se disent « patriotes »- qui se sont volontairement mis à la disposition de Dadis pour des raisons vénales au détriment du Pays : ils devaient certainement être conscients des limites de ce dernier mais l’avenir de la Guinée importe peu devant leurs fantasmes financiers (voitures, argents, maisons, femmes, voyages et honneurs de dignitaires etc.).  Voila le drame de la Guinée !          

Pour finir, vous conviendrez avec moi qu’avec un tel défaut de ressources humaines compétentes composées de femmes et d’hommes, une administration et un Exécutif majoritairement

 issus de l’école du PDG -mentalement déformés-, même si la Guinée disposait de mille milliards d’Euros par jour, leur incompétence à réaliser les projets ne peut les pousser qu’à détourner les fonds dont ils/elles disposent : on ne peut pas faire le travail et l’argent est disponible, donc on en jouit pour réaliser ses propres fantasmes et rêves. Et bien sûr, pour eux, il faut aussi éliminer ou contribuer à écarter -même au prix du mensonge et de la trahison- tous ceux qui peuvent faire ombrage ou se révéler plus compétents pour sauvegarder son statut ou espérer remplacer la victime. Et l’un des prétextes pour se donner bonne conscience est ‘’l’ethnisation’’ ou la ‘’communautarisation’’ des débats pour noyer le poisson afin que le problème de la compétence soit éludé et que les médiocres continuent à prospérer.  

Last but not least, des institutions de la République qui acceptent des dons de particuliers opérateurs économiques proches de L’Exécutif (c’est cela le problème !) : est-ce un moyen d’acheter leur conscience ou de se prémunir contre toutes éventuelles poursuites ?  C’est plutôt une situation Kafkaïenne !

Pour finir, voila ce qui explique fondamentalement le problème de la Guinée, dont certains (une majorité) soi-disant cadres et l’intelligentsia incapables de transcender leurs instincts communautaristes font l’apologie de la médiocrité, du PDG à Dadis.  Et donc, aussi longtemps que cette ‘’espèce’’ de Guinéens ne sera pas réduite au point d’être en voie de disparition, tous efforts de redressement seront vains tant les résistances seront fortes, insidieuses et dans nos propres rangs.

Si les elections présidentielles se passent dans la paix, en fait, l’An 1 de l’indépendance de la Guinée sera 2010 car le Pays est à construire à partir de rien.  Hormis les villas et les routes, de 1958 à nos jours, les acquis hérités des deux précédentes républiques sont si peu que point, que le futur président de la République devra tout mettre en place pour faire de la Guinée un Etat d’abord avant de parler de développement.  La nation viendra après lorsque le niveau économique fera progresser les mentalités PDGistes de « l’Homme nouveau » (surestimant son niveau et celui de ses capacités)!

 

Vive l’indépendance de la Guinée en 2010 !

 

 PS : Lorsque certains vendeurs d’illusions, de plus de 50 ans (âge), parlent de la Guinée devenir un pays émergent de leur vivant, il faut les conduire au Ghana, ou même au Sénégal pour un ‘’reality check’’ (revenir sur Terre).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×