La recomposition du paysage politique pour uue coalition unique

Quelque soit le résultat de la rencontre de Ouagadougou, les partis politiques guinéens ont, maintenant, le plus grand intérêt à mettre au dessus de leurs prétentions, le respect des principes et de la pratique de la Démocratie. Les évènements du 23 décembre 2008 et du 28 septembre 2009 les interpellent plus que jamais à une véritable réorganisation du paysage politique guinéen pour plus d’envergure et de rapprochement avec les populations guinéennes.

Une solidarité à toute épreuve est impérative pour gagner le bras de fer avec la junte militaire.

En Guinée, et ailleurs dans le monde, la désorganisation de l’armée guinéenne est, de plus en plus, connue. Les purges dans la hiérarchie et les purges ethno stratégiques sont les raisons principales qui ont permis au pouvoir militaire précédent de se perpétuer en favorisant, parallèlement, la naissance d’une bourgeoisie militaire. Ces facteurs, ont miné l’armée et empêché une réforme de celle-ci dans un contexte qui l’aurait mise au service des populations et de l’État. L’héritage est plutôt indésirable.

Cependant, il est tout autant connu que le modèle de l’ethnostratégie politique, utilisé par le pouvoir en place, a été malencontreusement adopté par les partis politiques. Cette stratégie, les a menés à une impasse dans la conquête du pouvoir politique en Guinée. Les partis politiques n’ont donc pas su, dans le passé, convenir d’une plate-forme commune de lutte politique pour l’instauration de la Démocratie et la défense des institutions nationales.

Des questions de leadeurships et de futiles de considérations personnelles ont ainsi voué un peuple entier à l’obscurantisme politique et aux bottes d’un régime militaire, pendant près d’un quart de siècle. Le cycle peut recommencer, si l’on y prend garde.

C’est dire que, les partis politiques ont, désormais, le plus grand intérêt à mettre au dessus de leurs prétentions, la victoire de la Démocratie avec le respect des principes et de la pratique qui l’instaurent et la consolident. Les victoires électorales seront, alors, mieux ressenties, plus tard. Elles seront l’expression réelle du choix des populations avertis, éduquées, et consultées à la base.

Dans cette optique, outre l’existence des Forces vives de la nation dont ils sont membres, les partis politiques en vue depuis les évènements du 28 septembre 2009 sont l’Union des forces républicaines (Ufr) de Sidya Touré, l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg) avec Cellou Dalein Diallo, l’Union pour le progrès de la Guinée (Upg) de Jean Marie Doré, le Front uni pour la démocratie et le changement (Fudec) de Lounsény François Fall, les Nouvelles forces démocratiques (Nfd) avec Mamadou Mouctar Diallo, l’Union des Forces du Changement (Ufc)d’Aboubacar Sylla. La plupart de ces leaders ont été victimes d’agression lors du meeting au stade du 28 septembre. Le Parti de l’espoir pour le développement national (Pedn) de Lansana Kouyaté affine ses armes à partir de l’extérieur pour faire impact à l’intérieur du pays. Le Rpg a fait entendre sa voix tandis que l’Union pour la république (Upr) d’Ousmane Bah s’était rendue populaire avant ces évènements en s’affichant avec le chef de la junte militaire dans le Foutah. Sa rupture possible avec le capitaine Dadis et le Cndd n’implique pas forcément un retour au bercail des autres partis politiques.

Pourtant, il va lui être difficile de faire cavalier seul. Comme n’importe quel parti politique avec une comptabilité qui recense, à ce jour, en Guinée plus de 70 partis politiques répertoriés. À coté de ces remarques, il est facile de noter que la plupart des partis politiques en question sont dirigés par d’anciens hauts fonctionnaires de l’État qui ont servi sous le Général Lansana Conté.

Il ne s’agit, donc, pas de faire un classement ni un positionnement à la faveur des évènements du 28 septembre 2009. En évitant les exclusions, l’on pourrait renforcer une coalition politique, civile et civique, unique visant la préservation de la démocratie en Guinée : c’est l’ultime barrage aux ambitions de la junte militaire en Guinée. Seule la volonté nationale d’une réorganisation politique rationnelle du pays va favoriser la transition démocratique autant que le décollage économique.

Le multipartisme sauvage s’est avéré être une marque de désorganisation politique. En tout cas, en Guinée, au fil des années, il a été un facteur d’affaiblissement des partis politiques. L’heure est à la concentration des partis politiques en au plus cinq partis politiques représentatifs des expressions diverses et des opinions.

La signification, c’est l’ouverture aux débats démocratiques avec des mouvements politiques, aux prises de position, aux lobbyings et aux groupes d’intérêt, au sein des partis politiques eux-mêmes. La concentration des partis politiques est aussi un moyen d’effritement des élans ethnocentriques et régionalistes qui ont, jusqu’à présent été un autre facteur d’affaiblissement des partis politiques guinéens.

À cause de ces deux facteurs - le multipartisme sauvage et l’ethnostratégie politique - de 1992 à 2009, aucune tentative d’organisation des États généraux des partis politiques n’a abouti. La crise politique qui secoue, actuellement, la Guinée devrait lever tous les obstacles pour une réorganisation du paysage politique national. Une révision de la Charte des partis politiques, par les partis politiques eux-mêmes, est un jalon important vers une communauté pour bonne gouvernance. C’est, en même temps, un contrepoids à l’affairisme et la corruption politique qui ont toujours fait prendre à la Guinée, la mauvaise route à chaque croisée des chemins.

S’agissant de la junte armée, il lui faudra vaincre ses paradoxes. Revendiquant le droit de diriger le pays, les militaires ont réprimé toutes les manifestations populaires organisées, pour dénoncer la déliquescence économique et les crises sociopolitiques en Guinée. Les victimes blessées et morts augmentent au fil du temps. Que vont-ils réclamer au cours des pourparlers? La force des armes pour un droit acquis au pouvoir? C’est pourquoi, l’on ne peut croire en eux. Mieux, chaque institution a un rôle précis à assumer dans une République.

 http://o.tity.faye.over-blog.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site