La réconciliation nationale: une notion déjà galvaudée ?

vl0003b045.jpg

Le 02 octobre 2011 dernier et les jours suivants, au fur et à mesure que la RTG passait les images des cérémonies marquant le 53è anniversaire de notre accession à la souveraineté, à écouter les discours des différentes personnalités, on était dans un surréalisme complet. Chaque allocution, du préfet au ministre en passant par le Gouverneur de Région, abordait la réconciliation nationale et ne manquait pas de montrer qu’il était nécessaire d’y procéder le plus rapidement possible afin qu’enfin les fils de Guinée vivent en paix dans une nouvelle ère.

On avait l’impression que chaque intervenant voulait que l’auditoire comprenne très bien qu’il est pour la réconciliation et qu’il n’a rien à voir avec ce qui se passe actuellement dans le pays et que c’est un autre qui en était responsable. Chacun parlait donc à un autre en se lavant les mains. Du Ponce Pilate parfait.

Je me suis donc proposé, suite à cette observation, de réfléchir avec les lecteurs de ce papier sur cette notion tant utilisée en Guinée au risque de fausser son contenu généralement admis. Pour cela nous passerons en revue les différentes tentatives de réconciliation, l’objet de la réconciliation et les actes futurs à accomplir pour arriver au résultat que souhaitent nos compatriotes.

La première tentative de mettre les guinéens face à leur histoire toute récente fut celle effectuée par le Comité Militaire de Redressement National (CMRN) après sa prise du pouvoir en 1984 ; Une commission fut mise en place qui devait rédiger le Livre Blanc permettant aux guinéens de savoir ce qui s’est réellement passé au Camp Boiro et dans d’autres endroits de torture et d’extermination de masse. Le Capitaine Facinet TOURE, rédacteur et premier lecteur d’une déclaration de coup d’état en Guinée, devenu maintenant Général, présidait cette commission. Avec ardeur, il s’est mis au travail. Hélas, le système Sékou était encore intact et les auteurs des crimes et exactions de toutes sortes étaient encore aux commandes. Il fut stoppé net dans son travail. Celui qui sera plus tard le mauvais neveu des peulhs n’avait de choix que de jeter l’éponge, tuant ainsi cette initiative dans l’œuf. Le régime de Lansana CONTE a peut-être pensé que le meilleur moyen de résoudre ce problème sérieux est de ne pas en parler, le temps faisant le reste.

En effet, il n’a plus rien entrepris dans ce domaine pendant 23 ans. Le Gouvernement de Lansana Kouyaté, dit gouvernement de consensus a une fois tenté de mettre sur pied une tentative de réconciliation en faisant un grand effet d’annonce. Mais, comme la plupart des actions de cet éphémère gouvernement, la parole prime sur l’action ; quand c’est annoncé, c’est comme si c’est fait ; c’est la dominance de la parole !


Il faut attendre la dernière année du régime de CONTE pour voir la seule action de réconciliation nationale prendre corps et commencer quelques
actions concrètes. C’était le Gouvernement de Dr Ahmed Tidiane Souaré dit Gouvernement de large ouverture parce que comprenant pour la première fois la majorité, la société civile et l’opposition (hors RPG).Dans ce Gouvernement, un certain BAH Oury détenait le poste de Ministre de la Solidarité et de la Réconciliation Nationale. A ce titre, ce dernier a mené deux actions importantes :a) la restitution à leurs familles des corps de nos frères forestiers froidement assassinés à Cosa et la négociation pour que ces familles acceptent le pardon des autorités gouvernantes. B) le début du traitement de l’épineux dossier de Kaporo-Rails. On se rappelle que le gouvernement de Conté (Sydia Touré à l’époque) a décidé et détruit tout un quartier, tué et violé d’innocents citoyens sous le prétexte de se conformer à des normes de l’habitat. En fait il s’agissait de détruire la base politique d’un parti en s’attaquant à une communauté, comme si on peut changer la température ambiante en déplaçant le thermomètre. Kiridi Bangoura et Alpha Ousmane Diallo connaissent très bien les dessous du dossier. Malheureusement, le décès de Conté a mis fin à cette initiative du gouvernement Souaré qui aurait peut-être graduellement débouché sur une forte volonté politique de nettoyer la PLAIE GUINEE.

Récemment, après l’installation du premier régime de la Troisième République, UNE COMMISSION PROVISOIRE DE REFLEXION SUR LES CONDITIONS DE MISE EN ŒUVRE DE LA REALISATION DE LA RECONCILIATION MATIONALE a été mise en place avec deux co-présidents : l’Imam Ratib de la Grande Mosquée Fayçal de Conakry El Hadj Mamadou Saliou CAMARA et le Prélat de l’Eglise Catholique de Guinée Monseigneur Vincent KOULIBALY. A lire attentivement rien que l’intitulé de cette commission ,nous comprenons que la tâche est immense et loin d’être entamée car la commission est d’abord provisoire, on doit réfléchir, on doit définir les conditions et la manière de les mettre en œuvre pour arriver à une réelle réconciliation nationale qui puisse toucher toutes les composantes nationales et non pas seulement deux ethnies de notre pays. Nous sommes donc tous, en tant que guinéens, invités à la réflexion. C’est pour quoi nous allons juste tenter une esquisse du contenu d’un cahier de charges éventuel d’une vraie réconciliation en Guinée.

De quoi s’agit-il en fait ? Lors d’une cérémonie tenue en septembre 2011 dite de lancement des activités de la Commission de réflexion, les observateurs attentifs ont cru déceler une divergence dans les déclarations du Prélat et de l’Iman. En effet le Prélat semblait vouloir d’une réconciliation tout court sans aucun détail, sans aucun parcours historique.
Toute l’histoire passée serait un lot qu’il faut traiter en priant et en pardonnant l’ensemble tandis que l’Iman , tout en étant pour le pardon a indiqué clairement dans son discours qu’il faut remonter à 1958 c'est-à-dire au début de notre accession à la souveraineté et parcourir toute notre histoire
récente. Je serai plutôt d’accord avec l’Iman, mais à une année près : en remontant à 1957. Pourquoi remonter aussi loin ? L’histoire nous enseigne que dans toutes les colonies de l’ex Afrique Occidentale Française (AOF), la loi Gaston Defferre dite loi-cadre avait permis d’instaurer dans toutes les colonies, la Guinée y compris, des Gouvernements semi-autonomes qui avaient un réel pouvoir auquel il ne manquait que la force armée et la souveraineté. Or en Guinée le chef de ce gouvernement n’était autre que Sékou Touré lui-même en même temps chef du parti PDG- RDA organisateur des massacres de 1957 prélude à ce que la Guinée allait connaître pendant un quart de siècle. Les hommes de main de l’époque comme Momojo et Momo Koulikhagnè ont tapé sur du peulh et du soussou à l’époque Dans un récent article intitulé « Appel à la jeunesse de Basse-Guinée » notre frère Sampil le rappelait. Plusieurs notables soussous et peulhs et des milliers de gens ordinaires ont péri dans d’abominables pogroms. Si l’on veut faire une analyse économico-politique, on peut dire que c’est à cette époque que le PDG a commencé sa destruction du tissu économique guinéen en éliminant physiquement les riches planteurs et commerçants en tuant dans l’œuf l’ embryon de la future classe moyenne guinéenne. Ceci va se poursuivre en 1964 et avec cheytane 75. Quel pays peut émerger sans classe moyenne ?Les chinois l’ont compris en créant un capitalisme contrôlé par l’Etat le brésilien Lula, président des pauvres, a fortement réduit la pauvreté chez lui en
enrichissant les riches et en créant des multinationales telles que Vale. Pour revenir aux événements de 1957, pour ceux qui voudraient « oublier » l’histoire, je leur dirai simplement que Sékou Touré, dans un discours haineux prononcé en 1976 au Cinéma VOX reconnaissait avoir introduit des hordes de Sierra Leone et du Liberia pour aider celles du PDG à massacrer des guinéens. Les images sonores de ce discours existent et le satyrique le Lynx en a cité de larges extraits il y a quelques années dans une de ses publications. Nos ainés se rappellent certainement que c’est à cette période que la fameuse formule est née : « les fous et les sous se sont battus, les malins ont gagné ». C’est pourquoi remonter à 1957 permettra de parcourir la vraie histoire de notre pays.

Puis commença la période 1958-1984 avec son cortège de vrais faux complots et les exécutions massives dans les camps de la mort dont le plus
fameux est le Camp Boiro de Conakry. Il ne m’est pas possible de citer ici tous les faits car seuls les témoins pourraient le faire, mais certaines périodes ont marqué durablement les guinéens. Ce sont par exemple le complot  Kaman-Fodéba qui a donné l’occasion de liquider un grand nombre de compagnons de lutte du PDG et un nombre encore inconnun d’officiers de nos forces de défense et de sécurité.

Puis l’agression portugaise de novembre 1970 contre la Guinée ou comme disent certains historiens déjà la libération par un détachement
portugais du fils du maire de Lisbonne fait prisonnier par le PAIGC et gardé en Guinée, a eu des conséquences s incalculables sur le peuple de Guinée et ses meilleurs fils. Seul un travail détaillé permettra de dire à nos fils et petits-fils ce que leurs pays a vécu à cette période. Deux exemples illustrent la barbarie de cette époque : 1) En janvier 1971, chaque ville de Guinée s’est réveillée en voyant des personnalités connues pendues à sa place publique la plus fréquentée car dans la criminologie stalinienne de Sékou,il faut terroriser et impressionner le peuple, tuer en lui toute velléité de résistance.
Ainsi chaque région avait eu ses pendus. 2) Dans la nuit du 18 octobre 1971 plus de 70 fils, parmi les meilleurs de ce pays, furent fusillés on ne sait pour quelle cause que rien au monde ne peut justifier.

En 1976, le régime créa ce qu’il a appelé la » Situation particulière du Fouta » sans doute pour mieux noyer le cas Telli Diallo qui venait d’être arrêté. On a vu un chef d’Etat publiquement insulter une frange importante de la population qu’il a le devoir de gouverner et inciter les autres composantes de la communauté nationale au pogrom contre elle.
Heureusement ses appels n’ont pas été entendus, mais il a quand même éliminé Diallo Telli et ses compagnons innocents.

Le régime du Général Lansana Conté n’en a pas été moins violent. Dès le début des années CMRN on entendait parler de la nécessité d’éliminer les branches pourries ; il s’agissait en fait des importants membres du système de Sékou Touré en prison et en activité. Le fameux coup Diarra en donna l’occasion et la nuit du 04 juillet 1985 est de triste mémoire. En une nuit, comme en octobre 1971 ‘plusieurs valeureux fils de ce pays ont perdu la vie sans jugement.

En 1990, lors des premières élections communales libres de Guinée, le PUP craignant une défaite en Forêt face au RPG incita directement
les populations de ces zones à ne pas voter pour des citoyens guinéens non autochtones .Quelle démocratie ? Toujours est-il que cet appel irresponsable du parti au pouvoir a eu des conséquences dramatiques sur la vie de centaines de guinéens.

C’est le lieu de rendre un hommage posthume à F. Ibrahima Fofana ex-Sécrétaire Général Fesabag/Ustg qui a toujours mis dans la même catégorie les crimes commis en mars 2006, juin 2006 et janvier/février 2007 suite aux revendications syndicales légitimes des travailleurs guinéens. Dans cette catégorie notons deux cas qui méritent une attention particulière : la répression du mouvement de juin 2006 a entrainé au moins une vingtaine de morts. Pour autant que cela au Mali, le régime de Moussa TRAORE était tombé car il s’agissait là d’une majorité d’élèves. Quant au mouvement de janvier-février 2007, il s’était transformé en une véritable insurrection lors de laquelle tous les symboles du pouvoir de Conté étaient devenus des cibles à détruire. Le massacre sous le pont du 08 novembre en fut la phase la plus triste. On ne sait pas encore le nombre de victimes de ce jour.

Plus près de nous , le 28 septembre 2009, s’est déroulé en plein jour sous nos yeux ,le massacre le plus odieux que la Guinée ait connu de toute
son histoire récente. Sous l’objectif des cameras et des téléphones portables des scènes insupportables de tueries et de viols collectifs ont choqué le monde entier. Ce massacre et ce viol contre des manifestants pacifiques ont été classés dans la catégorie de crimes contre l’humanité et sont sous investigation du Tribunal Pénal International (TPI).

A partir du 22 octobre 2010 jusqu’à pratiquement quelques jours du deuxième tour des présidentielles du 07 novembre 2010 le pays a vécu sous la
psychose de la chasse à une communauté sous l’accusation non prouvée d’empoisonnement d’eau. Des violences pré-électorales et post-électorales qui en découlèrent ne sont pas encore élucidées.

Où allons-nous à partir de ce parcours qui n’a visé qu’à nous rappeler quelques faits de notre histoire ? Puisque LA COMMISSION DE REFLEXION rencontrera les sages et les personnes ressources de toutes les communautés et les couches sociales afin de faire des
propositions au Gouvernement, il est donc loisible à tout citoyen de faire des contributions.

En tout premier lieu le champ d’action de la Commission doit être défini c'est-à-dire qu’elle doit bien fixer les crimes et exactions pour les quels elle peut être compétente et ceux qui relèvent de la catégorie de Crimes Contre l’humanité. A dire clairement, les massacres du 28 septembre 2009, ceux de la nuit du 04 juillet 1985 et ceux de la nuit du 18 octobre 1971 sont des crimes contre l’humanité et devront être traités soit par le TPI soit
par des juridictions à compétence universelle dont certains pays disposent si heureusement.

La Commission ne doit pas hésiter à élaborer le CAHIER DES CHARGES le plus détaillé possible, le motiver et demander son financement approprié par le Gouvernement. Je rappelle ici que la Côte d’Ivoire voisine a doté sa commission similaire d’un budget de 25 millions de dollars américains et qu’elle est déjà à pied d’œuvre. Certes, nous n’avons pas les mêmes moyens que notre voisin, mais 10 à 15 millions de dollars ne sont pas de trop pour une telle cause ; étant donné que tout ce que nous bâtirons de matériel (immeubles, barrages hydroélectriques, usines,
routes, ponts et autres infrastructures) peut être détruit si les guinéens n’ont pas la paix entre eux ; comprenez que j’ai peur d’user du vocable guerre civile.

La Commission doit éviter de tomber dans le piège qui veut faire croire qu’une entente entre le Fouta et le Mandé est la réconciliation nationale. Certes, leurs habitants et ressortissants sont les plus nombreux parmi les guinéens, mais la RECONCILIATION NATIONALE ne saurait être limitée à ces deux régions ou groupes ethniques. Même s’il est vrai que les heurts les plus récents ont concerné ces deux groupes, toutes les régions et toutes les ethnies de Guinée sont concernées. Pour illustrer ce fait, il suffit de rappeler que le régime du PDG a fait des
ravages dans toute la Guinée et dans toutes les couches sociales.

Bien que la Commission soit co-présidée par deux personnalités religieuses, la réconciliation ne se fera ni dans les mosquées, ni dans les églises, ni dans des meetings .Elle exige un travail administratif très important qui devra mobiliser du personnel et des moyens à la mesure de la gigantesque tâche. –Elle exigera des réunions publiques que les médias du monde entier vont retransmettre, elle exigera un travail professionnel et transparent.

Les conditions de la réconciliation nationale ?

La plus importante est évidemment la volonté politique du Gouvernement ou du régime politique en place. La volonté des guinéens est maintenant de pouvoir se regarder en face, de se regarder dans le miroir sans avoir honte d’eux-mêmes et je crois qu’ils se réconcilieront entre eux un jour
quelles que soient les manœuvres des politiciens d’une époque donnée. Pour le temps présent, le meilleur gage qui puisse être donné à la Commission de Réflexion est que le Gouvernement qui l’a mise en place joigne l’acte à l’intention c'est-à-dire qu’il ne fasse rien qui donne l’impression que la réconciliation est encore lointaine. Le Gouvernement doit donc crédibiliser par ses actions quotidiennes, le travail de la Commission. Dans cette connexité, on devrait voir dans le projet de budget 2012, une dotation substantielle, ne serait-ce que partielle au titre de LA RECONCILIATION NATIONALE. Ne dit-on pas souvent que le budget d’un Etat est le reflet de sa politique ? Attendons de voir.

Vers la fin des années 90, un certain Pr Alpha CONDE, opposant parlant de ce qu’il appelait la gabegie du régime disait à peu près ceci :on pourrait pardonner le pillage de Conté, mais pas les tueries contre nos militants ;cela est imprescriptible.

Les guinéens attendent donc que les tueries qui ont émaillé toute son histoire depuis 1957 soient élucidées soit au TPI, soit au niveau de la COMMISSION DE RECONCILIATION NATIONALE, pour qu’enfin les historiens écrivent notre histoire, pour que nos enfants et petits-enfants d’écoliers apprennent la vraie histoire de leur pays, pour que les guinéens pardonnent sans rien oublier.



BALDE Kandia-Haîdara

BALDE Kandia-Haîdara

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×