Le général Konaté appelle l'armée à la «discipline»

Le ministre guinéen de la Défense, le général Sékouba Konaté, qui assume l'intérim pendant l'hospitalisation du chef de la junte militaire Moussa Dadis Camara, a appelé mercredi 9 décembre l'armée à l'union et à la discipline alors qu'une longue absence du numéro un du régime est désormais envisagée.

Le général Sékouba Konaté s'est rendu mercredi 9 décembre dans plusieurs casernes de Conakry. A cette occasion, il a déclaré devant les militauires en armes: « La discipline était complètement bafouée, il faut faire revenir la discipline». «Nous demandons aussi la cohésion (...) L'armée est indivisible, on est une famille», a-t-il insisté.

L'un de ses principaux adjoints le colonel Keita a garanti la loyauté du régime au capitaine Camara, même si a-t-il dit cela devait durer « des années ». Le provisoire risque donc de durer encore longtemps, en attendant la traque des insurgés se poursuit. Le capitaine Camara, Aboubakar Sidite Diakité est toujours en cavale.

«Toumba était l’aide de camp du président de la République. Il avait en charge sa protection . Dans ses prérogatives, il a créé des unités de groupement d’intervention au camp Kandara, à Tombo au Kaloum, au kilomètre 36.
Pour nous, ces hommes étaient censés défendre le président de la République puisque c’est la garde présidentielle. Malheureusement, il s’est avéré que ces hommes étaient à la solde de Monsieur Toumba. Quand il a tiré sur le président c’était en complicité avec ses hommes et quand ils ont appris après que le président n’était pas mort, ils ont cherché à s’évader. Certains ont été rattrapés à nos frontières avec le Mali, la Sierra Leone et la la Guinée Bissau. Ce sont donc ces éléments qui ont tenté de fuir le territoire pour aller se réfugier ailleurs qui ont été rattrapés par les forces de l’ordre et qui sont en prison. Une centaine de militaires. Nous espérons que ce n’est qu’un problème de jours pour rattraper le fugitif parce que déjà les 96% de ses lieutenants, de ses proches sont sous les verrous
».

Sur le plan politique, l'opposition après la suspension des négociations par la junte, dénonce une décision unilatérale et un prétexte pour rester au pouvoir. Elle demande à la CEDEAO d'obliger les militaires à revenir négocier. Eux aussi exigent le retrait de la junte. Ils demandent à la communauté internationale la mise en place d'une nouvelle autorité de transition. Cette communauté va-t-elle profiter de la situation pour relancer les efforts diplomatiques.?

Le général Konaté, ancien commandant du Bataillon autonome des troupes aéroportées (BATA, unité d'élite de l'armée guinéenne), avait été l'homme-clé du coup d'Etat de décembre 2008.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site