Les « Navétanes » au Sénégal : un moyen original d'intégration et de cohésion sociale

senegal15.jpg

Les autorités guinéennes doivent pour atténuer les méfaits de l’oisiveté d’un nombre de plus en plus croissant de désœuvrés et parer aux velléités d’égarement et de déliquescence d’une jeunesse en manque de repères, se soucier de créer un cadre réglementaire, qui favorise l’harmonisation des politiques en matière de jeunesse, en s’inspirant pourquoi pas de tels exemples positifs, pour mettre un accent particulier sur la définition de stratégies de promotion d’ensemble, à même de favoriser et d’encourager des initiatives qui vont dans le sens de la revalorisation du sport et de la riche culture guinéenne, tombés ces dernières années en désuetude par la cupidité et l'amateurisme de la gestion calamiteuse des dirigeants, en matière d'entreprenariat et de management publics.

En effet, les « Navétanes », ces tournois de football au Sénégal, imaginés et organisés à l’origine pour occuper la jeunesse le temps des vacances scolaires, constituent de véritables moyens de mobilisation et d’occupation de cette couche fragile de la population, une façon de la responsabiliser à travers sa participation au sein d'ASC (associations sportives et culturelles) à la mise en oeuvre et à l'organisation d'activités sportives et culturelles, qui s'intégrent pleinement aux stratégies de développement local.

Voici en quoi consitent ces Navétanes avec une présentation de Olivier Monlouis (soucrce sheepshed.info)

En wolof, « Navétanes » signifie « championnat d’hivernage ». Dès la fin des années 50, quelques adultes passionnés de football entreprennent d’organiser de manière informelle, des tournois pour occuper la jeunesse le temps des vacances. Des vacances qui s’étalent sur toute la durée de la saison des pluies, soit 4 mois (de juillet à octobre). Au fil des décennies, les Navétanes s’étendent à l’ensemble du pays, en même temps que la passion croissante des Sénégalais pour le football, jusqu’à devenir l’événement sportif le plus populaire du pays.

L’Organisme National de Coordination des Activités de Vacances (ONCAV) compte plusieurs milliers de licenciés, pour une centaine d’Associations Sportives et Culturelles (ASC) affiliées. Aujourd’hui, la Fédération Sénégalaise de Football cohabite officiellement avec l’ONCAV, et ses championnats populaires d’hivernages. C’est le ‘’mouvement navétane’’ qui est l’origine de la popularisation de la pratique du football au Sénégal. Ce mouvement est également la base du plus vaste tissu associatif du pays.

Les ASC font figures de véritables moyens de mobilisation de masse, qui dépassent largement le cadre de la jeunesse sénégalaise. Les ASC participent activement à la gestion urbaine, et s’associent aux stratégies de développement local. L’ASC COUMBA CASTEL de l’île de Gorée, l’illustre dans le film. Financé essentiellement par les cotisations des licenciés, l’ONCAV est financièrement autonome. Paradoxalement , seuls les matchs de quartiers qu’elle organise, tant au niveau local que national, remplissent les stades. Les Navétanes sont l’âme du football sénégalais, et donnent la pleine mesure de ce que signifie la passion du football en Afrique.

Pape Camara et Chimère Gueye de l’ASC WALIDAN l’expliquent : « au delà de l’enjeu sportif, c’est l’honneur d’un quartier, celui d’une famille qu’il faut relever ». Chaque quartier du pays possède une mémoire collective liée aux Navétanes. Le rêve semble pouvoir se réaliser dans le jeu, et à travers toute la mise en scène qui l’entoure. Les Navétanes correspondent au moment de l’année que les sénégalais choisissent, pour mettre ne scène leur football.

Les femmes sont associées aux Navétanes. Elles sont fières de se présenter comme des supportrices de la première heure. Celles croisées sur l’île de Gorée la veille d’un match important, se définissent elles-mêmes comme « des mamans, des sœurs… », renforçant l’idée selon laquelle, les ASC sont d’abord des familles. Certaines vont jusqu’à fermer boutiques pour suivre les matchs. Etroitement liées à la vie sociale des quartiers, notamment par le biais du commerce, elles jouent un rôle de premier plan dans le quotidien des ASC.

Il est difficile de dissocier le fétichisme du football en Afrique Noire. Très à l’enjeu des matchs, plusieurs témoignages viennent nous aider à appréhender ce phénomène. Pour Pape Camara, un vétéran des Navétanes, aujourd’hui professeur d’EPS, « les préparations mystiques d’avant match rentrent dans le cadre de la préparation psychologique des équipes ». c’est lors des regroupements que se déroulent les séances de bains rituels, un préalable indispensable orchestré par le marabout de l’équipe en personne. Les membres de l’ASC DEUKHELE de Derklé abordent ce moment propre au football sénégalais sans pudeur. Il s’agit de « conjurer le sort jeté par les adversaires » ou de « se protéger des blessures ». la dimension mystique prend tout son sens lors de ses championnats d’hivernage.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×