Politique " bal poussière " à Conakry

La situation et postures  plutôt singulières à Conakry, nous pousse à intervenir encore une fois pour partager notre désarroi et incompréhension face à ce qui ressemble bien à l’équivalent d’un ‘’bal poussière’’ politique.  Qui aurait cru qu’en l’espace de quelques jours nos colère et suspicions de sabotage de la sortie de crise passeraient du CNDD aux acteurs politiques regroupés au sein des Forces vives ?  C’est vraiment le monde à l’envers ! 

Le Hasard s’est manifesté à travers Toumba Diakité et en passant par le bon sens et réalisme de Konaté pour aboutir à des propositions d’un accord, on ne peut plus favorables pour une transition réussie et paisible.  Et que constatons-nous ?  Des hommes et des femmes que l’ambition aveugle à tel point qu’ils sont incapables de s’entendre sur un seul nom pour conduire la transition.  Et pourtant ce ne sont pas les ressources humaines et intellectuelles qui leur font défaut pour concocter une méthodologie de travail pour dénicher la personne qui répondrait  au mieux au profil (job description).  Pourquoi  vouloir absolument  que le futur PM soit issu des Forces vives lorsque nous connaissons tous les rivalités qui vous minent ?  C’est choquant de constater l’amateurisme avec lequel ils opèrent après tant d’années dans la politique.  Qu’ils ne se fassent pas confiance ne peut être qu’un alibi pour masquer des insuffisances stratégiques pour s’imposer politiquement parlant.  Est-ce le fait d’avoir toujours été dictés et dirigés qui les rend aussi pusillanimes à s’émanciper de la tutelle de ‘’l’autorité’’ ?   Ils n’ont pas le courage de choisir, donc ils proposent un ‘’lot’’ en laissant la responsabilité à la personne qu’il combatte de choisir : la personne nommée se sentira plus redevable et de la gratitude envers Konaté que les Forces vives surtout chez nous en Guinée où les mentalités sont ainsi conditionnées.  Et pourtant le cas de 2007 qui nous a fait atterrir un certain Kouyaté aurait dû servir de leçon !  Malheureusement les acteurs politiques se sont révélés des amnésiques et ‘’cancres’’ politiques qui commettent les mêmes erreurs : c’est ce qui a d’ailleurs permis à Dadis d’en arriver à vouloir s’imposer par la force malgré l’expérience que nous avions déjà eu avec  Conté.   Or en politique, il faut oser prendre ses responsabilités et non les déléguer  sous des prétextes spécieux.  Il est choquant que des Guinéens soient morts pour mettre le CNDD hors jeu et que des acteurs politiques informés remettent de force (pour ainsi dire !)le sort de la Guinée entre les mains du CNDD en lui demandant de choisir la personne qui va diriger la transition.

Il faut avoir le courage d’aller à Ouaga déterminé avec une délégation constituée de personnes prêtes à affronter et refuser toutes pressions pour appliquer autre chose que ces propositions qui répondent à l’essentiel de nos exigences pour lesquels des personnes sont mortes, d’autres violées et blessées.  Refuser d’aller à Ouaga parce que des mercenaires civils du CNDD exigeraient de faire parti du prochain gouvernement (si nous nous fions aux rumeurs) montrerait que nos acteurs politiques ne sont pas à la hauteur du défi : dans le nouveau contexte avec un PM issu et nommé par les Forces vives (même si c’est Konaté qui appose sa signature de nomination), devra pour la formation du gouvernement se faire sans interférence du CNDD qui autrement violerait les accords ; et la transition commencerait de facto dès que le PM est connu et serait aussi fondé du pouvoir de demander de l’aide extérieure à toutes fins utiles qui permettra à nos alliés d’intervenir si nécessaire pour calmer Pivi et autres trouble fête.  Ces personnes voulant représenter  le CNDD au sien du gouvernement de transition ont probablement dû convaincre Konaté qu’ils seraient leurs oreilles et yeux ; ce qui leur permet aussi d’avoir au moins une rallonge de 6 mois, sans parler de leur pouvoir nuisance à travers des fuites, désinformations et en semant la zizanie.  Et le pire dans leur exigence que les accords soient  signés à Conakry est que cela pourrait remettre en cause ce qui a été difficile à obtenir, c’est-à dire la mise en convalescence de Dadis à Ouaga, hors de Conakry : le CNDD pourrait alors exiger à son tour qu’il revienne aussi pour ces négociations ; et dans ce scénario tout pourrait être remis en cause.  Donc attention en prenant des postures sans penser aux effets secondaires pervers désavantageux !  

Pour finir, les Forces vives doivent cesser de prendre à leur tour le peuple de Guinée en otage !  Sans courage, détermination et opiniâtreté n’entrez donc pas en politique : dans tout accord, il y a les pièges et les petites lignes en annexes qu’il vous revient de dénoncer si  nécessaire.  En alternative, si personne ne peux affronter le trio (Campaoré, Konaté et Dadis) à Ouaga, déplacez vous donc tous ensemble au Burkina pour vous supporter les uns les autres.  Une semaine de perdue déjà par manque de courage et tergiversations : vous êtes entrain de griller vos dernières petites cartouches de sympathie.  Les Guinéens sont à bout de patience !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×