Pourquoi il faut éliminer Dadis!

 

Depuis le 28 septembre 2009, la donne a complètement changé: tout nous est permis pour éliminer Dadis et son clan, même mettre en veilleuse notre ''souveraineté'' pour abréger et éviter une catastrophe humanitaire et libérer la Guinée. La technologie militaire de nos alliés nous permet de nous débarrasser du CNDD sans exposer d'avantage de vies.

Donc, nous n'avons rien à perte en sollicitant des drones militaires. Cela dit, nous ne sommes pas naïfs et savons que c'est compliqué et difficile d'arriver à mettre tout le monde d'accord sur ce procédé(la logique de la géopolitique) mais nous devons faire preuve d'imagination et mettre toutes nos ressources humaines à contribution pour trouver un deal. Tout ce que nous risquons, c'est un refus à raisonnablement justifier. Dans ce cas, nous explorerons alors les autres options qui réalistiquement nous restent.

Nous revenons donc encore une fois de plus à la charge car si nous n'y prenons garde, la situation à Conakry et dans le Pays risque de dégénérer; et rapidement plus vite que nous aurions pu l'imaginer. En effet, comme révélé déjà par les Forces Vives, corroborer par des informations fiables de connaissances dans l'Armée guinéenne (trop peureux pour s'opposer), Dadis et son clan sont entrain de recruter et entrainer des mercenaires. C'est un secret de Polichinelle mais qui peut nous coûter le Pays si nous les sous-estimons et leur donnons du temps. Leur enracinement ne rendra la tâche que plus difficile. La détermination de Dadis à s'entourer d'ex-rebelles et bandits armés ne laisse plus aucun doute sur son intention de recourir à la violence pour confisquer la Guinée. Nous pensons que si aucune résolution à l'amiable n'est possible, il ne faudrait surtout pas hésiter à utiliser les ''grands moyens'' pour en finir vite et efficacement avec le CNDD. Nous devons tout faire pour éviter d'avantage de pertes de vies, surtout d'innocents. Cela nous conduit à poser la question suivante: les vies Dadis et de son clan valent-elles les peines que nous nous imposons et le sacrifice de celles de nombreux autres Guinéens? A notre humble avis, certainement, non ! Depuis le 28 septembre 2009, nous avons la latitude d'imposer nos solutions, si nous savons faire bon usage de la compassion et de la bonne disposition de la communauté internationale à nous aider. Nous devons plaider et insister sur la nécessité de sauver la vie de nos compatriotes en évitant, réflexion faite en groupe, d'engager une force armée sur le terrain s'il y a d'autres moyens plus efficaces: il est pratiquement inévitable d'avoir des pertes matérielles et surtout humaines considérables (dommages collatéraux) dans ces cas, particulièrement dans une ville à forte densité comme Conakry.

La situation de la Guinée devrait servir d'un cas d'école pour la CEDEAO et l'Union Africaine pour d'éventuelles confiscation du pouvoir par des bandes armées et criminelles. Tout plaide pour une intervention urgente en Guinée sur des bases humanitaire (sauver des vies) et légales ( prise du pays en otage par des criminels). Surtout que rien ne protège légalement Dadis et son clan; et de ce fait, il est superflu de parler de ''souveraineté'' de la Guinée lorsque le pays est assiégé par des ex-rebelles et des renégats de l'Armée et qu'en plus des Guinéens (Forces Vives) autorisent et réclament une intervention. Les moyens technologiques militaires dont disposent nos amis et alliés Occidentaux devraient nous permettre de régler cette crise rapidement sans risquer d'avantage de vies de citoyens guinéens ou africains. Il suffirait de lancer un ultimatum à Dadis et sa bande: s'ils ne partent pas pacifiquement, ils seraient physiquement éliminés par des frappes militaires ''chirurgicales''. Les dispositions légales pour que cela puisse se faire ne devraient pas être un challenge insurmontable pour nos experts en Droit international. Lorsque la communauté internationale est disposée, elle trouve toujours les prétextes légaux pour appliquer ses décisions. Autrement, quelle est l'alternative? Vont-ils laisser la situation se détériorer jusqu'au point de non retour? Les atrocités du Rwanda, de la Sierra-Leone, du Liberia et même de la côte d'Ivoire devraient servir de leçons : le prix à payer par la Communauté internationale est toujours plus élevé lorsqu'elle est pusillanime et négligente en laissant faire plutôt qu'en utilisant les moyens qu'il faut pour prévenir la descente aux enfers! C'est un axiome! La Somalie qui passait pour un pays sans intérêt a été négligée; et aujourd'hui, elle est revenue pour hanter la Communauté internationale. A ce sujet, Félix Houphouet-Boigny disait: « il vaut mieux un peu d'injustice que l'anarchie car on peut revenir et corriger l'injustice tandis que l'anarchie, on ne la contrôle pas et on ne sait jamais comment elle va finir » (paraphrase). En résumé, il est possible d'éviter à la Guinée une guerre civile, atrocités et abréger les souffrances des Guinéens, simplement en admettant et acceptant que les vies de Dadis et de son clan valent si peu que point comparées à la Guinée. S'il faut en arriver là pour sauver des vies d'innocents, il faut le faire surtout qu'ils n'ont montré aucun sens ''d'humanité'' le 28 septembre 2009. A nous et aux Forces Vives de faire ce qu'il faut pour mettre en application le départ du CNDD sans causer plus de morts inutilement. Surtout pour nous qui sommes confortablement installés à l'étranger, ne sous-estimons pas la souffrance et les dangers qui planent sur nos compatriotes en Guinée: le temps n'est pas de notre côté, encore moins pour ceux qui vivent l'enfer au Pays! Pensant connaître désormais la psychologie du Dadis et son groupe, notre conviction est que la force sera utilisée tôt ou tard après des palabres infructueuses. Car pour eux, nous sommes faibles (militairement).



Note: Éliminer physiquement par des frappes militaires des chefs de bandes armées ou terroristes a été utilisé efficacement à plusieurs reprises par les Russes, Américains et surtout les Israéliens contre tous ceux qui menaçaient ,selon eux, la vie de leurs citoyens. Ils ont même et souvent violer le droit international pour arriver à leur fin. En Guinée aujourd'hui, nous en sommes là! Nous dirons aux FV qu'il leur revient de prendre les décisions difficiles! Ils devraient créer une ''première'' en terme de coopération et intervention étrangère pour restaurer la légalité en Afrique par ce moyen : solliciter leur technologie militaire pour épargner des vies et atrocités. Nous avons trop souffert depuis 51 ans! Nous sommes en 2009, les choses évoluent et il faut innover! En plus, il est dans leur intérêt aussi de nous aider (immigration, aide humanitaire, notre sous-sol, etc).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×