Présidentielle guinéenne : le duel

"Jeune Afrique" passe au crible, les deux finalistes de l'élection présidentielle guinéenne, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo.

Présentation de Cellou Dalein Diallo, candidiat de l'UFDG.

Grâce à son profil de technocrate et à sa réputation d’homme posé, l’ancien ministre de Lansana Conté rassure. Mais il doit aussi répondre de ses années passées au pouvoir.

Profil :

43,63 % des voix au premier tour( résultats définitifs).

58 ans, marié, trois enfants

Candidat de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)

Ministre de 1996 à 2004 sous Lansana Conté

Premier ministre de décembre 2004 à avril 2006

Pour les uns, Cellou Dalein Diallo est un homme d’expérience capable de reconstruire la Guinée. Pour d’autres, moins nombreux si on en juge par son score lors du premier tour de l’élection présidentielle du 27 juin (43,63 %), il est un « prédateur de l’économie » puisqu’il a été aux affaires sous le régime corrompu de Lansana Conté. À ces deux catégories s’en ajoute une troisième. Les Peuls (son ethnie) estiment que l’heure est venue pour un membre de leur communauté de prendre les rênes du pays, déjà tenues par un Malinké (Ahmed Sékou Touré), un Soussou (Lansana Conté) et un Forestier de l’ethnie guerzée (Moussa Dadis Camara). La somme de tous ces ingrédients a placé le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) en tête dans la course à la présidence. Un destin qui a débuté en 1952 à Labé (Moyenne-Guinée) au sein d’une famille d’érudits musulmans.

Parcours impeccable de haut fonctionnaire

Après une brillante scolarité dans sa ville natale puis dans la capitale, Cellou Dalein Diallo décroche son premier diplôme supérieur à l’École supérieure de gestion de l’université de Conakry, en 1976. Il part ensuite à l’étranger pendant les années 1980 et 1990 pour suivre des formations au Centre d’études économiques, financières et bancaires (Cefeb) de Paris, à l’Institut du Fonds monétaire international (FMI), à Washington, ou encore à la Federal Reserve Bank de New York. De retour au pays, il intègre la Banque guinéenne du commerce extérieur en 1982 à l’âge de 30 ans, comme inspecteur du commerce.

Parcours impeccable pour un fonctionnaire qui rejoint en 1986 le saint des saints, la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), où il gravit tous les échelons jusqu’en 1994. Après un court passage à l’Administration et contrôle des grands projets (ACGP, de 1994 à 1996), la politique a fini par le rattraper.

« Le bâtisseur »

Repéré et soutenu par Ibrahima Kassory Fofana – un proche du président Lansana Conté et candidat malheureux à la présidentielle du 27 juin –, il est nommé en 1996 ministre des Transports, des Télécommunications et du Tourisme dans le gouvernement de Sidya Touré, qui, en 2009, avait d’ailleurs déclaré publiquement qu’il a été son « meilleur ministre ». De tous les gouvernements jusqu’en 2004, il enchaîne les portefeuilles techniques (Équipement, Transport, Télécommunications, Travaux publics et Environnement ; Pêche et Aquaculture…) et se forge une réputation d’homme solide, méthodique et sérieux, et de « bâtisseur ». Les ponts sur la Fatala (320 m de long et des fondations de 40 m de profondeur) et sur le Niger font encore aujourd’hui sa « fierté ». Tout comme les routes bitumées en Haute-Guinée reliant Kouroussa, Kankan et Kourémalé (à la frontière malienne) sur environ 300 km. En 1997, il fut aussi celui qui permit l’introduction de la téléphonie mobile. « Je suis fier de mon bilan. Et si je suis entré en politique, c’est bien parce que je n’ai rien à me reprocher et que je me sais capable de faire avancer ce pays », soutient cet homme courtois, qui peut à juste titre faire valoir des états de service sous Conté sans être tombé dans l’asservissement à un régime en déliquescence.

En 2004, à peine promu Premier ministre, il décide d’assainir la gestion du pays. Plein d’audace – ou avec une bonne dose d’inconscience ! –, il veut interdire les marchés de gré à gré et supprimer les passe-droits devenus monnaie courante dans l’administration. Pour mener à bien sa mission, il souhaite s’appuyer sur des collaborateurs et des ministres de confiance. À la présidence, ça coince. Et, en avril 2006, il est limogé pour « faute lourde », accusé d’avoir fait signer la veille au chef de l’État « un faux décret » qui avait profondément remanié son gouvernement. « Quand la nouvelle de mon limogeage est tombée, je me suis senti à la fois blessé et soulagé », se souvient Diallo, qui échappe quelques jours plus tard à une tentative de déstabilisation. « Deux hommes voulaient me confondre en faisant croire que je m’apprêtais à quitter le pays avec une importante somme d’argent. Ils étaient venus m’attendre à l’aéroport avec une mallette. J’avais prévu d’aller à Paris. Mais comme quelques heures avant mon départ j’ai décidé de partir pour Abidjan dans un vol prévu plus tôt, ils m’ont manqué et la mallette est restée entre leurs mains », dit-il amusé.

Viennent ensuite un exil de douze mois, une série d’audits sur sa gestion puis un engagement partisan de premier plan. Si à l’époque du président Lansana Conté il lui arrivait de battre campagne pour le Parti de l’unité et du progrès (PUP, ancien parti au pouvoir), ce n’est qu’en 2007 qu’il devient officiellement membre d’un parti politique. Après de longues tractations avec notamment l’Union pour le progrès et le renouveau (UPR, présidée par Ousmane Bah), il intègre et prend la tête de l’UFDG, avec la bénédiction d’un autre opposant historique, Mamadou Bâ (décédé en mai 2009).

Imperméable aux attaques

Après les humiliations de Conté, Diallo subit les foudres de Moussa Dadis­ Camara. À peine arrivé au pouvoir, le capitaine commandite, le 1er janvier 2009, une descente musclée de militaires à son domicile. « Opposant aux mains sales », « orgueilleux pensant qu’une ethnie peut diriger le pays »…, les injures lors des fameux <<DAdis Show>> sont encore dans toutes les mémoires. En août de la même année, Dadis va jusqu’à ordonner la fermeture de l’aéroport de Conakry à tous les vols commerciaux après avoir appris que les militants de l’UFDG préparaient un accueil grandiose à leur leader de retour de voyage. Un mois auparavant, la tournée de Diallo à l’intérieur du pays avait été brutalement interrompue par l’armée.

L’aversion du putschiste pour « Cellou » a plusieurs explications. Ce dernier n’a jamais salué sa prise de pouvoir au lendemain de la mort de Lansana Conté. Il a refusé de renoncer à ses ambitions présidentielles au profit du capitaine, qui lui proposait en échange un poste de chef de gouvernement. Il a été le premier opposant d’envergure à déclarer publiquement son refus d’une candidature de Dadis à la magistrature suprême.

Le 28 septembre 2009, lors de la manifestation de l’opposition au stade de Conakry sauvagement réprimée par les militaires, il est grièvement blessé. Cet acharnement dont il a été victime a largement contribué à sa popularité. D’autant que les preuves d’une mauvaise gestion lorsqu’il fut Premier ministre n’ont jamais été apportées. De toute façon, Cellou » reste imperturbable. On le dit peu « réseauté » par rapport à Alpha Condé, mais il entretient des relations cordiales avec de nombreux dirigeants africains (entre autres Abdoulaye Wade, Amadou Toumani Touré, Blaise Compaoré, Faure Gnassingbé, Ali Bongo Ondimba). « Cellou est un homme droit. Il a toujours regardé ses adversaires sans sourciller. Cela confirme qu’il n’a rien à se reprocher », affirme un cadre de l’UFDG, tandis que Condé multiplie les attaques sur ses années au pouvoir.

Parfois accusé d’être un leader ethno­centriste à la tête d’un parti peul, le candidat prend soin de tenir un discours rassembleur. Quand on lui reproche d’avoir été généreusement financé par des commerçants peuls dont il deviendrait l’otage s’il était élu, il répond qu’il sera « impartial » en cas de victoire. Alors que ces contempteurs exigent que la lumière soit faite sur les audits, il répète qu’il ne se sent pas concerné et que le plus urgent est de « protéger l’avenir en instaurant un climat sain alimenté par une gestion transparente, condition essentielle à l’avancée de la Guinée ». Toujours imperturbable, la voix posée.

Présentation  d'Alpha Condé, candidat du RPG.

Celui qui a connu l’exil sous Sékou Touré et les geôles du régime Conté a enfin rendez-vous avec son destin. Il incarne le courage et la rupture avec le passé.


Profil:

18,25 % des voix au premier tour( résultats définitifs).

72 ans, marié, un enfant

Candidat du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG)

Universitaire, docteur en droit public

Opposant historique de Lansana Conté

Si une élection présidentielle se jouait à l’obstination, au mérite et au courage, si elle venait à récompenser celui des candidats qui s’est le moins compromis avec les pouvoirs et si les urnes accordaient une prime à la longévité du combat politique, nul doute que cet homme de 72 ans aux allures d’éternel militant l’aurait emporté au premier tour. Alpha Condé, c’est une vie dans le siècle, de la décolonisation aux démocratisations aléatoires, en passant par les indépendances ratées. Une vie vécue dans l’opposition constante à toutes les formes de dictatures, avec son lot d’exil et de prison, avec son ambition secrète aussi : être le premier président démocratiquement élu de Guinée.

Le destin d’Alpha Condé prend sa source à Boké, en Guinée maritime, au sein d’une famille de commerçants malinkés plutôt aisés, un jour de 1938. École et collège à Conakry, puis lycée en France, à Toulouse, où vit sa sœur aînée et où il débarque à l’âge de 15 ans. Très vite, le jeune homme assiste aux réunions de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (Feanf), qui, dès 1956, réclame l’indépendance totale des colonies. En terminale au lycée Turgot, à Paris, il se lie d’amitié avec l’un de ses condisciples, un certain Bernard Kouchner, et soutient avec ferveur la campagne pour le non au référendum de septembre 1958 prôné par Sékou Touré, qu’il admire. Inscrit en droit et en sociologie à la Sorbonne, mais aussi à Sciences-Po, Condé retrouve Kouchner et fait la connaissance d’étudiants avec qui il saura conserver, jusqu’à aujourd’hui, des liens utiles : Jean-Pierre­ Chevènement, André Santini, Pierre-André Wiltzer, Michèle Alliot-Marie…

Devenu l’un des dirigeants de la Feanf (il en sera le président, de 1964 à 1975), Alpha Condé se rend régulièrement en Guinée, où ses relations avec Sékou Touré, qui le reçoit volontiers, sont excellentes. Mais à la fin de 1961, quand le pouvoir réprime par la force le « complot des enseignants » (vingt morts, des centaines d’arrestations), la Feanf prend ses distances et Condé décide de rompre avec celui qui apparaît de plus en plus comme un dictateur. C’est le début d’un exil de trente ans. Marxiste non aligné, proche de la Chine et du Vietnam (il croit au rôle révolutionnaire de la paysannerie), le fils de Mamadou Condé et de Saran Camara mène une triple carrière : militante, exclusivement tournée vers la Guinée, internationaliste (il voyage beaucoup, de Pékin à La Havane, d’Alger à Belgrade) et universitaire. Titulaire d’un doctorat d’État en droit public, il est professeur associé à Paris-I, assistant du célèbre Maurice Duverger et membre actif du Snesup, le syndicat très à gauche des enseignants du supérieur.

Vingt-neuf mois de prison

Novembre 1970. À la suite de la tentative de renversement de son régime par l’armée coloniale portugaise, à laquelle il n’est pourtant pas mêlé, Sékou Touré fait inscrire Alpha Condé dans la fournée des condamnés à mort par contumace, aux côtés de l’ex-collaborateur de Jeune Afrique Siradiou Diallo. Écarté de l’université cinq ans plus tard, après la spectaculaire réconciliation franco-guinéenne décidée par Valéry Giscard d’Estaing, Condé entre dans le privé, à la société de négoce Sucres et Denrées, dont il ouvre les bureaux à Dakar, Abidjan et Douala, profitant de chacun de ses déplacements pour implanter au sein de la diaspora le Mouvement national démocratique (MND), fondé en 1977 et qui deviendra une dizaine d’années plus tard le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG). Son manifeste « Pourquoi luttons-nous ? » est clair : « Une seule nécessité, le changement et empêcher quiconque de refaire la même chose. » Lorsque Sékou Touré meurt, en avril 1984, Alpha Condé n’est plus révolutionnaire mais social-démocrate,­ membre de l’Internationale socialiste. Les années Feanf ne sont plus qu’un lointain souvenir, place aux alliances, aux tractations parfois, mais pas au compromis.

Le voudrait-il que le successeur de Touré, le général Lansana Conté, ne lui en laisse pas le temps. La tentative de coup d’État de Diarra Traoré – qui sera fusillé – en 1985 et la découverte d’un pseudo « complot malinké » obligent le MND d’Alpha Condé à replonger dans la clandestinité. Lui-même attendra mai 1991 pour rentrer en Guinée, après trois décennies d’exil. Retour de courte durée : harcelé, il se réfugie à l’ambassade du Sénégal, d’où le président Abdou Diouf le fait évacuer à bord de son avion. Avril 1992 : Conté, sous pression, lâche du lest et décrète le multipartisme. Alpha revient à Conakry pour participer à la présidentielle de décembre 1993. Son slogan : « Nul ne peut voiler le soleil avec ses mains. » Il récolte 20 % des voix, ce qui fait de lui le leader de l’opposition – position confirmée deux ans plus tard lors des législatives, où le RPG, son parti, enlève dix-neuf sièges de députés, dont un qu’il occupera lui-même. Ses divergences avec Lansana Conté, qui l’accuse régulièrement de chercher à le déstabiliser, sont irréversibles. Jusqu’à la mort du général, en 2008, Alpha Condé refusera de le rencontrer et ne mettra jamais les pieds dans un ministère ! La sanglante mutinerie de 1996 aggrave son cas. Lors de ses meetings, le président traite l’opposant de « poux » et de « cancrelat ». Une nouvelle fois, le chef du RPG doit quitter le pays.

Le 1er décembre 1998, Alpha Condé est à bord de l’avion d’Air France en provenance de Paris. Candidat à la présidentielle du 14 décembre, il se rend compte à son arrivée à Conakry à quel point l’atmosphère est tendue. La radio officielle diffuse en boucle des bulletins d’alerte selon lesquels il aurait recruté des mercenaires au Liberia, prêts à envahir la capitale depuis la mer. Il juge plus prudent de prendre le large et de gagner l’intérieur du pays. Dans la nuit du 15 au 16 décembre, il est arrêté non loin de la frontière ivoirienne, avec trois compagnons, malmené, rapatrié sur Conakry, puis enfermé à la prison centrale sur la presqu’île de Kaloum. Il y restera seize mois en détention préventive, vingt-neuf au total, dans des conditions très dures, entrecoupés de grèves de la faim. À l’extérieur, son réseau de soutien se mobilise. Les présidents Bongo, Konaré et Chirac, le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, et la secrétaire d’État américaine, Madeleine­ Albright, interviennent en sa faveur auprès d’un Conté inflexible. Son procès devant la Cour de sûreté de l’État est une mascarade : faux témoins, retrait de ses avocats, accusations montées de toutes pièces (il aurait installé des camps d’entraînement de miliciens au Liberia, en Côte d’Ivoire, au Burkina, grâce à l’aide financière de Kaddafi). Condamné à cinq ans de prison en septembre 2000, Alpha Condé est gracié le 18 mai 2001 avant d’être évacué de Conakry à bord de l’avion personnel du président Abdoulaye Wade.

Jusqu’à la mort de Lansana Conté, le 22 décembre 2008, c’est le plus souvent à distance, depuis Paris, qu’Alpha Condé poursuit son combat, refusant de soutenir les Premiers ministres successifs, qui, tous, ont cru pouvoir « civiliser » un régime ossifié. De Sidya Touré à Lansana Kouyaté, de François Lonsény Fall à Cellou Dalein Diallo, aucun ne trouvera grâce aux yeux d’un homme désormais convaincu d’incarner seul la véritable rupture avec le passé. Avec ses quinze sections régionales, ses sous-sections et ses comités de base, ses mouvements de jeunes, de femmes, de cadres, de sages, d’éleveurs, d’artisans, de commerçants et d’anciens combattants, son parti est le mieux structuré et le plus implanté de tous. Une position de force qui l’autorise à adopter, vis-à-vis du capitaine Moussa Dadis Camara, une sorte de neutralité bienveillante, jusqu’aux massacres du 28 septembre 2009. Mais qui ne lui a pas permis, à l’occasion du premier tour de la présidentielle du 27 juin, de sortir du carcan d’un scrutin très fortement ethnicisé. Pour beaucoup de Guinéens, ce chef courageux et intuitif, mais aussi cassant et expéditif, reste avant tout un leader malinké, même s’il est sans doute, de par sa formation et son idéologie politiques, le moins ethnocentré de tous les candidats. À lui de convaincre les électeurs qu’il est aussi un rassembleur.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site