Retour à une transition civile au burkina : l’UA donne un ultimatum de 15 jours

Timthumb php 2

Les militaires burkinabè ont 15 jours pour restituer le pouvoir aux civils, faute de quoi elle imposera des sanctions de l’Union africaine. C’est la principale décision du Conseil de paix et sécurité de l’institution, réuni ce lundi 3 novembre 2014 à Addis-Abeba.

Depuis Addis-Abeba, le Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine a appelé l’armée burkinabé à remettre le pouvoir à un gouvernement civil sous deux semaines, sous peine de sanctions.  Le samedi 1er novembre dernier, un communiqué de la présidente de la Commission annonçait déjà les couleurs en appelant « les acteurs politiques et la société civile au Burkina Faso à travailler ensemble dans un esprit de consensus et de responsabilité, afin de convenir d’une transition dirigée par des civils qui aboutira, dès que possible, à la tenue d’élections libres, justes et transparentes.

Elle insiste sur le devoir et l’obligation des forces de défense et de sécurité de se mettre à la disposition des autorités civiles qui devraient conduire la transition et à agir dans un esprit républicain ».  Dr Nkosazana Dlamini-Zuma  exhortait égalent « les dirigeants des forces de défense et de sécurité à s’abstenir de tout acte ou propos susceptible d’accroître l’instabilité au Burkina Faso, ainsi que des répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité régionales ».

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×