L'expérience de la Chine contre le SRAS peut aider à combattre Ebola en Afrique

Images 48

La Chine fait plein usage de son expérience contre le syndrôme respiratoire sévère aigu (SRAS) et des leçons de prévention et de traitement qu'elle en a tirées pour aider l'Afrique de l'Ouest dans sa lutte contre Ebola, ont déclaré des responsables.

En suivant les principes de détection, de déclaration, de quarantaine et de traitement hâtifs, la Chine construira un centre de traitement de 100 lits au Liberia, pays le plus affecté par l'épidémie, a confié lundi à la presse Wang Shengwen, directeur général du département d'aide étrangère du ministère du Commerce.

Le centre sera géré et opéré par une équipe médicale de l'Armée populaire de libération (APL), dont le gouvernement chinois a sélectionné et formé 480 pour se rendre au Liberia, a affirmé M. Wang.

En construisant le centre, la Chine respectera à la lettre les normes de construction d'hôpitaux pour maladies infectieuses, établissant des zones tampon entre la section stérilisée, la section infectée et la section semi-stérilisée.

S'en tenant aux directives de traitement de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les travailleurs de la santé chinois ont observé de près les cas suspects d'Ebola et ont traité les patients diagnostiqués comme étant porteurs du virus.

Ils ont également mené des campagnes destinées à conscientiser la population sur les modes de prévention et de traitement d'Ebola.

Depuis avril dernier, la Chine, le premier pays étranger à avoir fourni de l'assistance aux nations affectées, leur a livré quatre paquets de matériel de secours d'urgence, a indiqué le vice-ministre du Commerce, Fang Aiqing.

En plus d'apporter des fonds et de la nourriture, la Chine a également fourni du matériel de prévention de la maladie, tel que des vêtements et des lunettes de protection, des vaporisateurs, des masques, des thermomètres corporels et des dispositifs de contrôle de la température.

La Chine a également établi des laboratoires et des centres et a envoyé des groupes d'experts et des équipes médicales dans les pays affectés.

Jusqu'à maintenant, la Chine a offert quatre paquets d'aide d'une valeur totale de 122 millions de dollars aux pays d'Afrique de l'Ouest, a affirmé M. Fang.

Pour répondre à l'appel des pays africains, la Chine leur procurera des ambulances, des motocyclettes, des trousses de premiers soins, des lits d'hôpitaux, des camions et des incinérateurs, a-t-il mentionné.

Par ailleurs, la Sierra Leone a fait part de sa "sincère gratitude" face au soutien et à l'assistance technique de la Chine dans sa lutte contre le virus Ebola.

Dans une note verbale datée du 15 octobre et envoyée par la mission permanente auprès de l'ONU du pays africain à Genève à son homologue chinoise, la Sierra Leone s'est déclarée "reconnaissante face à cette contribution importante et généreuse".

La Sierra Leone souhaite renforcer la coopération et la collaboration avec le gouvernement chinois, alors que le pays s'efforce d'éviter la propagation de la terrible maladie, a ajouté la mission.

Depuis l'apparition d'Ebola, le gouvernement chinois a pris l'initiative de répondre à l'appel des pays affectés et de l'OMS.

A l'échelle locale, la Chine a renforcé ses mesures préventives et est confiante, apte et prête à combattre une éruption potentielle d'Ebola, a déclaré lundi un responsable de la santé.

Wang Wenjie, qui oeuvre au sein de la Commission nationale de la santé et du planning familial, a affirmé lors d'une conférence de presse que le mécanisme national de prévention et de contrôle peut aider la Chine à contenir rapidement la maladie en cas d'éruption.

La Chine n'a rapporté aucun cas confirmé du virus, mais des experts estiment que les risques existent, compte tenu que les voyages entre la Chine et les pays africains sont de plus en plus fréquents, a dit M. Wang.

Le responsable a également révélé qu'il n'y a eu aucun cas d'Ebola parmi les citoyens chinois vivant et travaillant à l'étranger ou parmi les travailleurs de la santé chinois aidant à combattre la maladie en Afrique.

"La Chine a imaginé des plans de contingence destinés à traiter rapidement et efficacement les citoyens chinois s'il y a un cas confirmé à l'étranger, ce qui comprend le transport des patients en Chine si nécessaire", a mentionné M. Wang.

L'OMS a déclaré dans son dernier communiqué qu'en date du 29 octobre, 4.951 personnes avaient succombé au virus Ebola dans huit pays sur les 13.567 cas rapportés. La Guinée, le Liberia et la Sierra Leone sont les nations les plus durement touchées.

Source:Xinhua

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×