Sidya Touré s'explique sur les raisons de sa visite chez le Pr Alpha Condé

Après l'audience que lui a accordée le président de la République, le lundi 15 août 2011 au Palais Sèkhoutouréya, l'ancien premier ministre et président de l'Union des Forces Républicaines (UFR), Sidya Touré a accordé à nos confrères de la radio Renaissance FM, une interview dans laquelle il a livré la teneur de ce tête-à-tête. Lisez plutôt !

Renaissance : Bonjour Monsieur Sidya Touré

Sidya Touré : Bonjour

Renaissance : Hier, vous avez rencontré le Président de la République, le Pr Alpha Condé. Peut-on savoir dans quel cadre cette rencontre a-t-elle eu lieu ?

Sidya Touré : Écoutez, j'ai été appelé par le Président le vendredi dernier, et puis le dimanche le ministre Fall m'a confirmé cette rencontre. Lundi je suis donc allé à cette rencontre dans la perspective de discuter avec le Président des modalités pratiques de l'organisation de l'élection législative en Guinée. C'est ce qui était mon calendrier à moi. Nous en avons discuté, nous avons fait un large tour d'horizon de la situation politique du pays.

Je lui ai fait part des revendications du collectif des partis pour la finalisation de la transition, à savoir le problème de la restructuration de la CENI et de ses attributions.

Je lui ai fait part également du problème du fichier électoral qui doit permettre de sortir de cette question de "recensement" ou de "révision".

Mais ensuite, je lui ai fait part du problème des délégations spéciales qui ont été mises en place dans les différentes communes et CRD, au détriment des partis qui ne sont pas alliés au RPG (le parti au pouvoir). Donc voilà les questions que nous avons abordées.

Au delà de ça, il m'a informé de l'élargissement des personnes (militants de l'UFDG arrêtées le 3 avril dernier). Après toutes ces discussions-là, qu'il allait prendre cette décision hier, ce qui a été à mon sens fait. Il m'a aussi dit qu'il allait nommer des personnes pour commencer à discuter du processus de réconciliation avec nos compatriotes.

Renaissance : Monsieur Touré, après lui avoir expliqué toutes vos préoccupations, quelle a été la réaction du Président ?

Sidya Touré : Il m'a dit qu'il donnait des instructions au ministre de l'Administration du Territoire pour rencontrer le Collectif dès mercredi, pour commencer à discuter des questions que je viens de vous évoquer, afin d'engager ce processus qui devrait aboutir à la tenue d'élections législatives rapides en Guinée. C'est la condition de l'apaisement du climat social mais également de l'approfondissement de la démocratie dans notre pays. C'est aussi celle de l'acceptation par les bailleurs de fonds de drainer des financements vers notre pays.

Renaissance : Pensez-vous qu'après cette rencontre avec le Président de la République, il y aura un début de dialogue franc entre le pouvoir et l'opposition ?

Sidya Touré : Nous avons souhaité un dialogue direct avec le pouvoir. Je crois qu'il ne peut pas y avoir de dialogue plus direct qu'avec le Président lui-même !

Donc, je pense que c'est un début de négociation qui devrait nous permettre d'aller de l'avant.

Renaissance : L'UFR fait partie du Collectif des Partis politiques pour la Finalisation de la transition, qui a boycotté les récentes journées de concertation nationale organisées par le mouvement social. Quelles sont les raisons de ce boycott ?

Sidya Touré : Cela n'a plus de sens. Nous avons dit que nous ne voulons pas d'une discussion générale avec les institutions et les coordinations régionales sur une question aussi spécifique que le processus électoral ; et que ceux qui étaient intéressés par ce processus dans le cadre de notre Constitution et des lois électorales devaient se retrouver et discuter. C'est ce que nous venons de commencer.

Ces concertations doivent avoir lieu dans le cadre de débats sereins entre les partis politiques et le ministère de l'administration du territoire. Ces débats peuvent durer entre deux et trois semaines ; donc ce n'est pas en trois jours de débats au Palais du Peuple, avec tout le monde qu'on va régler ces questions-là.

Renaissance : Vous êtes président de parti et un leader de l'opposition. Que faut-il faire aujourd'hui pour débloquer la situation politique au sommet de l'Etat ?

Sidya Touré : C'est ce que nous avons commencé à faire. Moi je crois que c'est un pas en avant qu'il faut saluer. Nous allons commencer les discussions avec le Ministre de l'Administration du Territoire. Si nous allons dans ce sens-là, d'ici deux ou trois semaines, nous devrions aboutir à des accords qui permettront l'organisation des élections législatives. Donc, c'est un bon début. Encourageons cela, tous !

Renaissance : Merci Monsieur le Président.

Sidya Touré : Merci.

Source: Conakryinfos.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×