Synergie d'action entre le ministère de la culture et les artistes pour combattre la piraterie des oeuvres d'art

Img 705

Dans le souci de combattre farouchement la piraterie et la contrefaçon des oeuvres d'art, le ministre guinéen de la culture et du patrimoine historique Ahmed Tidiane Cissé a annoncé mardi la mise en place d'une synergie d'action avec les hommes de culture et les promoteurs culturels du pays.

Cette action consiste à rechercher et à traduire devant les juridictions compétentes toutes les personnes ou tous les réseaux spécialisés dans la piraterie des oeuvres littéraires, musicales, artistiques, dans le but de se faire de l'argent au détriment des créateurs.

"L'utilisation sous quelque forme d'une oeuvre artistique et musicale sans le payement d'une contrepartie aux artistes créateurs est un vol", a déclaré le ministre de la culture.

Une brigade de gendarmerie a été formée pour les opérations de démantèlement et l'interpellation des réseaux de piratage des oeuvres destinées à la vente sur le marché local ou international, sans autorisation de l'Etat guinéen.

Pour M. Cissé, les artistes guinéens doivent pouvoir vivre de leurs créations et de leur travail, en percevant leurs droits d'autreurs payés par l'Etat et les recettes issues de la vente de leurs oeuvres artistiques.

La piraterie met en péril la vie de l'artiste et l'expose au risque de vivre dans la pauvreté constante, qui finira par l'anéantir sur le plan culturel. Or, il estime que la culture est très importante dans la vie d'une nation. C'est à travers elle qu'un peuple s'identifie et se distingue des autres peuples du monde.

La piraterie est un crime qui fait aussi perdre des milliards aux artistes et à l'Etat guinéen, a expliqué Ahmed Tidiane Cissé, avant de préciser que le gouvernement prendra désormais ce combat à coeur afin de protéger et de valoriser les oeuvres de création de chaque artiste.

Etant lui-même homme de culture et ancien professeur de chorégraphie africaine à Paris, il affirme qu'il n'acceptera pas désormais qu'on assassine la culture guinéenne, par des actes illégaux et frauduleux des pirates".

Dans sa feuille de mission 2014 remise par le gouvernement, le ministre révèle qu'il est inscrit en bonne place, la défense de la qualité des créations littéraires, musicales, artistiques guinéennes, pour le bien du pays.

Toutefois, il fustige le manque de moyens financiers nécessaires, pour venir à bout de sa mission, avec un budget de fonctionnement de 16 milliards de francs guinéens, soit 2,2 millions de dollars.

Source:Xinhua

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site