Une lettre au président élu

 

Monsieur le Président élu,

Je suis de ceux qui n’aiment pas féliciter les élus en Guinée, cela par expériences multiples, ce peuple martyr qui a tant subit des brimades, de barbaries, d’injustices répétées et ce peuple qui rêve sans cesse d’espoir n’a jamais été récompensé  par ces élus.

Tous les régimes qui se sont succédés depuis l’indépendance en 1958 n’ont jamais été capables de redonner une once d’espoir à ce pays meurtri.

Donc, Monsieur le Président élu, vous ne feriez pas exception, c’est le contraire qui me surprendra. C’est pourquoi, je n’aime pas trop les qualificatifs « premier Président démocratiquement élu » ou opposant historique.

Le continent Africain a connu toutes les phases de dominations : l’esclavage, la traite négrière, la colonisation, la décolonisation, les partis unique, la colonisation économique et enfin  cette nouvelle notion de « démocratie » et la Guinée ne fait pas exception.

Cette démocratie à l’Africaine est devenue un nouvel outil de dictature-légitime dans nos pays laissant la place à des abus démesurés. A cet effet, permettez-moi de vous appelez tout simplement Monsieur le Président élu.

D’autres parts, Monsieur le Président élu, le peuple n’a plus besoins de discours ou des déplacements au bout du monde, le peuple a besoins de travail et d’espoir, mais cela passe en premier lieu par la lutte  sans merci contre les prédateurs de nos valeurs républicaines. 

-       Séparez-vous des démagogues qui arpentent les ruelles de Conakry nuits et jours

-       Séparer-vous de la corruption qui a remplacé notre hymne national

-       Rappelez-vous que l’impunité et le mensonge sont devenus nos plats quotidiens

-       L’injustice sociale s’est accaparée de nos maisons jusqu’aux entrailles

-       Les détournements du denier public sont devenus le symbole de la Guinée

-       Luttez contre le clanisme qui empêche tout développement

Redéfinissez le statut de l’armée guinéenne, cette armée d’aujourd’hui ne fait pas la fierté de la Guinée, car comme disait mon général : « Une armée sans formation est une armée criminelle »

Les événements de Février 2007, du 28 septembre 2009 et ceux poste-électorales 2010 en sont des exemples palpables.

L’armée doit rester garante des valeurs républicaines, de la sécurité des citoyens et des frontières, mais non une armée de violeurs, de tueurs.

Vous voyez Monsieur le Président élu, la Guinée n’a pas besoin de trop de pourparlers à travers le monde, voici ceux dont le peuple a besoin comme changement comme vous le dites haut et fort.

Monsieur le Président élu, j’espère que vous n’allez pas utiliser notre constitution contre le peuple en apportant des modifications en votre faveur sous prétexte de changement comme l’ont fait vos prédécesseurs surtout que la constitution actuelle est adoptée par décret présidentiel.

Monsieur le Président élu, vous dites déjà que la Guinée a besoin de deux mandats pour le changement, je vous dirai respectueusement non Monsieur le Président, la Guinée a besoin d’un  seul mandat de votre part pour mettre en place un Etat de droit, des institutions républicaines, des lois applicables à tous sans discrimination communautaire où chaque Guinéen se voit membre de notre nation multicolore.

La Guinée a besoin d’un Etat fort et respectable des droits fondamentaux et de la cohésion multiculturelle entre toutes les communautés afin que notre patrie soit une nation unie et indivisible.

Ainsi, Monsieur le Président élu, n’acceptez pas que « le pouvoir de la gloire vous guide, mais plutôt acceptez de guider le pouvoir  au nom de la gloire du peuple de Guinée »

Je vous demande Monsieur le Président élu juste de bien « gérer » nos ressources naturelles et d’apporter la sécurité aux citoyens  sans lesquelles aucun développement n’est possible.

Monsieur le Président élu, transformez votre haine de combattant du pouvoir pour fermer les plaies endolories du peuple de Guinée, car le peuple, le goût du pouvoir et la démocratie sont ingrat et merveilleux à la fois. Si je me lève au beau milieu de la nuit et je cris « vive le Président, mon seul interlocuteur ne sera que l’écho qui résonne, mais si je cris « vive le Président au beau milieu de la journée à Matoto, je vous assure Monsieur le Président, j’aurai au moins 10 personnes qui répéteront avec moi.

Depuis toujours dans notre pays, tous ceux qui vous ont précédé ont porté et abandonnés leurs chaussures sous l’arbre à palabre du pouvoir à Kaloum, alors, Monsieur le Président, ne les porter pas ne les jeter pas non plus, choisissez juste votre pointure.

C’est le moment, Monsieur le Président élu d’écrire une page immaculée au panthéon de l’histoire de notre chère patrie.

Je vous écris aujourd’hui en 2010 et j’espère vous écrire aussi dans 5 ans si Dieu le veut en espérant que vous accepterez d’organiser les élections et le verdict du peuple guinéen dans la transparence démocratique universelle et pas à la « Guinéenne de 2010 »

Je vous remercie Monsieur le Président et je souhaite que la paix et le changement positif des mentalités soient le cordon ombilical durant ces 5 prochaines années pour l’ensemble de la population et que le développement tant rêvé soit une réalité en Guinée.

Vive la démocratie universelle et que le bon Dieu unisse nos forces pour une Guinée unie et prospère.

 

Bonne année 2011 & Joyeux noël

 

Alpha Issa Barry

Président de l’association des Guinéens(nes) et Amis(es) du Canton de Neuchâtel (AGANC)

Vice-président de la Fédération des associations Guinéennes de Suisse et France voisine (FAGSFV)

Suisse

E-mail : aissabarry@hotmail.com

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Nous sommes le . Merci pour votre visite sur www.anouslaguinee.com site d'informations crédibles et d'analyses objectives

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×